Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Nono défend Bussotti1

Texte intégral

  • 1 [Sylvano Bussotti fut directeur artistique de La Fenice de 1975 à 1979.]

1Dans la question de La Fenice et à propos de l’écran de fumée, pour le moins douteux, soulevé contre sa direction artistique, autrement dit contre Sylvano Bussotti, règne sinon une confusion, du moins une certaine complexité. Cinq niveaux se confondent.

21. Des éléments réels et problématiques peu pris en compte ; a) la gravité de la situation aujourd’hui inextricable des institutions lyriques, avec toutes ses implications et toutes les difficultés légales qui découlent de l’embrouillamini de la loi 800 ; b) la fonction novatrice du service social du théâtre, qui ne se limite plus aux opéras et aux concerts, mais devient un centre de production musicale (de pédagogie, d’activités dans les écoles et dans les quartiers, mais aussi hors les murs). Cette fonction se heurte aux schémas mentaux de privilèges absurdes, aux pratiques de classe, aux plaisirs esthétiques béats et béotiens, et au dénigrement de toute espèce de nouveauté liée à l’émergence sociale ; c) la transition que La Fenice opère actuellement dans sa spécificité : de son passé, entre corruption et clientélisme, qui a miné jusqu’à la mécanique de l’institution – qui a recruté et sous quelle direction a donc travaillé le directeur administratif que la nouvelle gestion a envoyé en prison ? et pour quels motifs précis un récent surintendant a-t-il été chassé par l’action parfaitement justifiée des masses du théâtre ? –, à son présent : l’héritage de la structure interne, absente, gangrenée ou opérante – et qui se reflète en général sur une volonté résolue et obstinée, et sur l’action politique, pour travailler à un tel renouveau, nécessaire à son nécessaire assainissement ; le sabotage opiniâtre et bigarré de toute nouvelle perspective, même escomptée ; le corporatisme et les conditions économiques internes qui frôlent la folie.

3À cette situation s’opposent l’engagement de la nouvelle direction et la fonction inédite et courageuse de Bussotti. Ce musicien, reconnu dans le monde entier comme une présence culturelle d’une intelligence provocante, d’une créativité pleine de fantaisie et d’une participation humaine généreuse, a quitté le cabinet de l’humaniste pour travailler avec les hommes, dans le contrôle et la transformation de soi-même, et pour pratiquer la « science sociale moderne ». Ce n’est pas une expérimentation subjective, au détriment de La Fenice, mais un problème, une proposition et une conquête culturelle et politique dans la lutte de notre temps : il s’agit du nouveau rôle de l’intellectuel, du producteur de culture, au sein même des institutions, non pour les rendre efficaces, mais pour les transformer ; il s’agit du dépassement non seulement du personnage usé et douteux de l’imprésario, dans son efficacité à sens unique, mais aussi du manager ; il s’agit aussi, dans le même temps, du dépassement de l’intellectuel reclus, et dont l’isolement n’est utile que pour une société basée sur le profit et sur la division du travail.

4Des erreurs, des retards et des limites, toujours possibles, provoquent-ils la colère de pédants autoritaires et attardés ? Bacone répond que l’espoir « qui prend en compte les erreurs du passé est le plus grand de tous ». Dans le cas de La Fenice, l’intelligence doit saisir, avec sa capacité analytique, le processus complexe de ces erreurs et de ces retards, en éclaircissant les responsabilités pénales, et non en demandant, à la manière de Néron, que « tombent des têtes », surtout dans une situation temporairement discutable. Chaque processus a son temps propre et doit être calmement et patiemment pris en compte. Cela vaut aussi pour les processus d’innovation culturelle, où aucune ombre d’avions Lockheed ou de péculats ne plane.

52. Des motivations catégorielles et aveugles, qui sont le fait de certains « tempéraments », isolent souvent la vie, subie ou non, dans le théâtre, des éléments de la vie sociale hors les murs.

63. Une situation discutable, jusqu’à la divagation culturelle de jugements, de prétentions et de demandes contradictoires, car liées à la volonté justifiée, et de plus en plus affirmée, des masses du théâtre de compter et de participer – des masses qui ébranlent finalement le caractère subalterne du passé pour réfléchir, même si c’est avec retard, à la croissance politique du pays.

74. Des situations internes de différents genres, qui provoquent des discussions, voire des débats, toujours nécessaires, réels, et non pas stériles, et destinés surtout à contribuer à une forte participation dans la pratique de transformation de La Fenice, qui n’est ni une île ni une oasis, mais une institution vivante, nouvelle et coordonnée, en relation avec les autres institutions vénitiennes, et qui participe au processus actuel, social et culturel de la ville et de la nation.

85. Des stratèges rusés, vénitiens ou non, agissent à l’intérieur et à l’extérieur du théâtre, instrumentalisent la situation en raison d’objectifs étroitement politiques et partisans (vieille habitude), et entendent freiner, bloquer et faire reculer les processus d’innovation en marche.

9Pour autant qu’il me soit aujourd’hui possible de comprendre de manière synthétique si ces composantes du problème de La Fenice sont interdépendantes ou non, reliées ou non, à découvert ou non, pingres et grossières, il me semble que la personnalité complexe de Bussotti est prise comme bouc émissaire d’un grave problème. Ce problème ne peut être personnifié et ne peut lui être attribué que si l’on vise le ridicule. Une pingrerie et une grossièreté d’usage, mais qui révèlent aussi l’incapacité et la mesquinerie de ces champions, incapables d’analyse, et qui ne proposent que de mauvaises solutions, voire des non-solutions. Encore un deus ex machina ? Ou peut-être Menotti ? Voilà les formules rances, adaptées à leur arrogance mentale, parce que soumises au passé, statiques dans la défense de l’ancien, et imperméables à la nouveauté qui se mesure au social. Ce sont eux qui ne veulent pas affronter le problème et qui entendent laisser dériver tout le théâtre, en désorganisant une nouvelle conception (assumée avec courage, mais à corriger si nécessaire), une nouvelle fonction – une contribution collective responsable est nécessaire pour abattre les cloisons et pour dépasser le temps imparti, des réformes légales aux organisations culturelles, des conseils de quartier aux syndicats, des masses à la direction du théâtre, dans l’invention et la qualité : la discussion actuellement équivoque se transforme et innove dans cette direction –, et une nouvelle pratique – qui ne s’improvise pas, mais qui se construit, en transformant et en se transformant, en inventant et en s’inventant, ensemble.

10Il est possible que l’instrumentalisation rusée, la grossièreté des considérations et la pingrerie révulsante du lynchage plus ou moins tapageur de Bussotti – mais avons-nous oublié les précédents lynchages de Visconti ou de Pasolini ? – soient l’objet d’une réflexion pour les lecteurs du Gazzettino, non pour brouiller les pistes, mais pour éclairer la question, la situer et en débattre sereinement, en dépassant précisément la banalité de sa formulation initiale ?

11Date : 1977.

12Source : « Nono difende Bussotti », in Il gazzettino, 1er juillet 1977.

Notes

1 [Sylvano Bussotti fut directeur artistique de La Fenice de 1975 à 1979.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search