Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

À propos de ma visite en RDA1

Texte intégral

  • 1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « Luigi Nono, né en 1924, compt (...)

1Dans le cadre des rapports continus avec les institutions, les camarades et les amis de RDA, le court séjour du 7 au 11 février a contribué à affermir notre relation dans un esprit ouvert et fraternel. Notre délégation du Centre Thomas-Mann se composait cette fois de la secrétaire générale Spina, de trois vice-présidents, le professeur Chiarini, l’ingénieur Roncali et moi-même, de Mme le professeur Mercuri, de l’architecte Dati et du surintendant du théâtre de La Fenice de Venise, Mario Vianello. La présidente, le sénateur Tullia Carettoni, retenue par ses engagements au Sénat, n’avait pas pu venir.

2Le but de notre voyage était d’examiner quelques points avec les camarades et les amis de la Ligue pour l’amitié des peuples, d’établir le programme de 1977 et de tracer celui de 1978. Les initiatives du Centre Thomas-Mann doivent être soutenues ; le centre fête cette année le vingtième anniversaire de ses activités culturelles ; son but est d’informer, en Italie, sur la situation qui se développe en RDA : ce but peut être poursuivi, dans la situation actuelle, après la reconnaissance de la RDA et la victoire de la « guerre froide », à travers des initiatives multiples et déterminées, qui servent simultanément la coexistence pacifique et l’amitié entre les peuples.

3Des entretiens avec le président de la ligue à d’autres, à Halle, dans l’atelier du professeur Sitte, et à Berlin, avec les sociétés de compositeurs et d’écrivains, ces différentes rencontres nous ont offert l’occasion de commencer un travail sur différents thèmes et ont rendu possible le fait que nous puissions réunir des connaissances sur le développement culturel de la RDA. Des informations et des discussions, ainsi qu’un examen réciproque, surtout là où diffèrent les appréciations sur des événements du passé et du présent, donnaient à ces rencontres un caractère positif. Nous avons notamment pris l’engagement commun d’organiser, en RDA et en Italie, des rencontres et des séminaires réguliers, pour entreprendre des analyses et des réflexions communes, pour établir des connaissances détaillées et pour mener des discussions sur les différentes situations dans lesquelles nous travaillons et dans le sens de la coexistence pacifique.

4L’entretien avec le vice-ministre de la Culture, le camarade Wagner, était d’un intérêt particulier. Il nous a expliqué la ligne et les programmes, issus du Neuvième Congrès du SED, dans le domaine de la culture, et, moi-même, j’ai personnellement souligné que cette ligne était intelligemment conforme aux données de la société socialiste en RDA.

5Bien que les rencontres nous aient pris à peu près tout notre temps, j’ai eu l’occasion de recueillir de nouvelles impressions sur une vie culturelle ancrée dans le socialisme, même si des contradictions, des difficultés et des carences dans le processus du développement socialiste sont à prendre en considération et doivent être surmontées dialectiquement, à tout moment.

6À Berlin, quelques mois seulement après ce voyage, les développements importants dans le secteur du bâtiment, les nouvelles initiatives dans l’aménagement de maisons anciennes et la construction du premier complexe immobilier depuis la guerre sautent aux yeux.

  • 2 [Wolf (Christa), Kindheitsmuster, Berlin/Weimar, Aufbau Verlag, 1976 ; traduction française, sous (...)

7Je sais qu’il en est de même dans d’autres villes. On doit aussi mettre en relief l’activité de la Volksbühne, hautement qualifiée et consciente de sa responsabilité, qui examine attentivement sa programmation de nouvelles œuvres musicales, comme, par exemple, l’opéra Hot de Friedrich Goldmann, et le fait que les œuvres fondamentales du théâtre musical moderne, comme Lulu d’Alban Berg et Moïse et Aaron d’Arnold Schoenberg, sont, depuis des années, au répertoire du Komische Oper de Berlin ou de l’Opéra de Dresde, au contraire des pays capitalistes. Un cadeau m’a fait particulièrement plaisir, celui du livre, récemment publié, de l’écrivain Christa Wolf, Trame d’enfance2, livre qui était presque épuisé très peu de temps après sa parution.

8À mon départ de Berlin, j’exprime le vif désir de vous revoir prochainement.

9Date : 1977.

10Source : « Über meinen Besuch in der DDR », in Sonntag, 10 avril 1977.

Notes

1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « Luigi Nono, né en 1924, compte, depuis le début de sa carrière, au nombre des musiciens politiquement engagés d’Italie. En 1952, il adhère au Parti communiste ; depuis 1974, il est membre du Comité central du PCI. Dans sa ville natale, Venise, il est aussi membre de la direction municipale et régionale du Parti. /Luigi Nono est l’un des compositeurs contemporains les plus importants, pas seulement en Italie. Parmi ses œuvres les plus importantes, figurent la cantate Il canto sospeso, la composition électronique La fabbrica illuminata, ainsi que l’opéra Al gran sole carico d’amore. Sa dernière œuvre est un concerto pour piano [en fait… sofferte onde serene…, pour piano et bande magnétique], pour Maurizio Pollini, qui sera créé ce mois-ci en Italie ».]

2 [Wolf (Christa), Kindheitsmuster, Berlin/Weimar, Aufbau Verlag, 1976 ; traduction française, sous le titre Trame d’enfance, Aix-en-Provence, Alinéa, 1987. Voir aussi, dans la bibliothèque de Nono, Kassandra, Hambourg, Luchterhand, 1983.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search