Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Le débat au comité central du PCI sur le compte rendu de Massimo d’Alema

Texte intégral

  • 1 [L’Italie est alors secouée par les difficultés du compromis historique et les attentats des Briga (...)

1Le parti a souvent souligné la nature tout à fait nouvelle du processus que nous affrontons et des mécanismes nouveaux dans lesquels nous nous trouvons et que nous devons modifier, en approfondissant sans cesse les analyses, dans les moments graves comme aujourd’hui, mais sans nervosité et sans émotivité particulière. La fermeté et l’unité de la direction du Parti, à tous les niveaux, sont plus que jamais nécessaires, compte tenu de la situation actuelle1. Or, de nombreux cadres et de nombreux camarades ne comprennent pas cette réalité. D’où leur désarroi et un certain durcissement, qui les incite à proposer les mêmes schémas du passé et à adopter de vieilles positions traditionnelles. Après avoir affirmé son accord avec le camarade Chiaromonte à propos du rapport entre les graves événements de ces derniers jours et de ces dernières semaines d’une part, et la situation politique générale, celle du gouvernement, d’autre part, Nono a poursuivi en disant que les communistes devaient constituer un parti de gouvernement dans la lutte et un parti de lutte dans le gouvernement. En ce sens, il est nécessaire de développer et d’accroître la lutte des masses et la participation du Parti. La nouvelle situation des camarades dans leurs responsabilités locales, avec une décentralisation plus marquée, révèle un nouveau type de participation. Simultanément, il faut toujours garder à l’esprit le moment de transformation de la réalité : on perçoit ici des limites et certaines formes de passivité, alors que ce qui est nécessaire, c’est une vérification incessante de notre manière d’être, de notre connaissance de la réalité et de notre lutte, dans une relation de plus en plus étroite avec les forces socialistes et catholiques antifascistes. Il nous faut aussi dépasser les schématisations, en nous mesurant toujours aux nouvelles connaissances, dans la pensée comme dans l’action.

2J’insiste, a ajouté Nono, sur la nécessité de développer notre capacité de réflexion et la connaissance de notre époque, comme de ces phénomènes et de ces méthodes cognitives que nous avons trop longtemps refusés. D’accord avec l’intervention de Bufalini, qui appelle à réfléchir attentivement sur ses propres déclarations. En ce qui concerne le discours sur la manière dont les étudiants lisent ou non, et sur la manière dont ils étudient ou refusent d’étudier, nous devons être fermes dans la dénonciation, mais aussi très ouverts pour comprendre leurs problèmes et leur volonté d’être actuels, d’aujourd’hui. Il ne faut donc pas s’arrêter à la littéralité des mots d’ordre du mouvement étudiant, mais en saisir les raisons de fond, les motivations réelles, les questions et les propositions. Après avoir parlé de la nécessité de dépasser ces risques qui peuvent aboutir à des différences et à des oppositions entre ouvriers et étudiants, le camarade Nono a fait référence à la situation du Mezzogiorno et à sa désagrégation, à laquelle ne doivent pas répondre que des initiatives économiques, mais, plus radicalement, des initiatives politiques, intellectuelles et culturelles. Il a conclu en confirmant la validité du compromis historique dont la ligne, a-t-il dit, est menée avec courage et avec une grande fermeté.

3Date : 1977.

4Source : « Il dibattito al CC del PCI sulla relazione di Massimo D’Alema », in L’unità, 17 mars 1977.

Notes

1 [L’Italie est alors secouée par les difficultés du compromis historique et les attentats des Brigades rouges.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search