Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Luigi Nono et les initiatives musicales du festival

Texte intégral

1Cher Directeur,

2Ayant lu dans L’unità du 9 septembre les pages consacrées au Festival national de Naples, la chronique sur le « concert-débat » (camarades musiciens Razzi, Sbordone et l’auteur de ces lignes) et la « synthèse » du colloque avec la camarade M. R., je dois ici apporter quelques brèves précisions et considérations.

3Sur le festival : on n’avait pas programmé un concert (information inexacte), mais une audition avec bandes magnétiques et disques, ce que l’étourderie de l’organisation a rendu impossible. D’où un débat plutôt abstrait avec des questions à thèse, de la part des nombreux participants, mais aussi des questions en grande partie génériques à cause de la désinformation ou d’a priori désormais habituels. C’est beaucoup moins une confirmation ouverte, engagée et possible, des problèmes réels de la musique : de la connaissance des processus techniques à l’expérimentation et à la composition, des méthodes analytiques nouvelles à la fonction de la musique, aux propositions, à l’organisation et à la confrontation. Le fait de dire notamment que « le caractère de notre musique est expérimental » est une limitation subjective du chroniqueur.

4Sur la « synthèse » : la synthèse d’un colloque, surtout entre guillemets, devrait refléter les arguments exprimés et non les altérer. Ces altérations sont : le caractère générique attribué à mes sentiments ou le sociologisme de la « violence de la civilisation technologique… ». La nécessité d’analyses pertinentes, l’intervention et l’utilisation raisonnée, socialement et culturellement, des techniques musicales actuelles, aujourd’hui comme par le passé, le rapport entre le matériau acoustique, voire électronique, choisi, élaboré et composé avec de nouveaux principes compositionnels, et la variété des milieux et des phénomènes acoustiques, vécus de manière non passive : la banalité d’un « effet-nausée », plutôt que l’intervention et la confrontation, en tant que musicien, dans la dialectique, les conflits et les contradictions de la lutte dans notre vie : la perte de la sensation de dérangement que « nous éprouvons en écoutant une musique du XVe siècle ou d’une autre civilisation » ; la prétention à considérer la musique uniquement « pour ses effets psychologiques et sa capacité à modifier la perception acoustique », matériaux d’une étude sérieuse, dans la pédagogie et la pratique musicale, mais néanmoins non finalisés dans l’absolu.

5Peut-être l’urgence d’articles à livrer immédiatement sur les différentes activités du festival a-t-elle bouleversé la bonne volonté et l’engagement du journaliste – articles portant sur la musique précisément, ce n’est pas par hasard. La considération s’élargit alors à la complexité contradictoire de la présence musicale, des choix, sous tous leurs aspects, et de l’organisation de nos initiatives. En bref, des éclaircissements et des débats, à différents niveaux, deviennent urgents, comme deviennent nécessaires, pour nous, l’affrontement et l’action dans ce domaine, avec toutes nos capacités, avec une plus grande responsabilité et avec une plus grande ouverture.

6Date : 1976.

7Source : « Luigi Nono e le iniziative musicali al Festival », in L’unità, 14 septembre 1976.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search