Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

La conclusion du débat sur le rapport de Berlinguer

Texte intégral

  • 1 [Nono adopta les positions du compromis historique de Berlinguer, soutenu par Norberto Bobbio, et (...)

1La proposition électorale avancée par le PCI constitue un développement cohérent de la stratégie de Gramsci et de Togliatti1, mais aussi un développement dynamique et riche d’éléments authentiquement originaux, où se détache l’accent mis sur une participation de masse à l’initiative, dans le but d’ébranler les fondements actuels de la société.

2D’où les deux caractéristiques essentielles des propositions communistes : l’unité et l’innovation. On sollicite, auprès de tous les camarades, de nouveaux rapports et une dialectique, dans le but d’affronter de nouveaux problèmes, avec de nouveaux éléments. Pour évaluer l’importance et la nécessité de cette adaptation, il suffit de penser aux exigences qui se sont exprimées dans les accords de ces derniers jours, à propos de la participation, dans les listes du PCI, de nombreux indépendants et, parmi eux, de nombreux catholiques démocrates.

3Il est significatif que ce phénomène ait trouvé son plus grand retentissement en Vénétie, où le Parti communiste, et non la Démocratie chrétienne, a accueilli de nouvelles voix et de nouvelles contributions en provenance de forces qui, si elles n’épousent pas l’idéologie du PCI, trouvent néanmoins dans notre Parti non seulement l’interlocuteur nécessaire, mais aussi le terrain le plus favorable pour développer, avec cohérence, et dans la plus grande autonomie, leur propre rôle, pour peser politiquement et pour contribuer au renouveau du pays.

4Ce phénomène témoigne d’une nouveauté politique considérable dans la campagne électorale qui précède le vote du 15 juin. Un saut qualitatif dans le rapport entre intellectuels et organisation du Parti : de l’analyse à la participation. Engagé dans les choix méritoires du Parti, le tranchant des déclarations selon lesquelles des groupes d’intellectuels manifestent ces jours-ci leur décision de voter et de faire voter pour le PCI en est d’autant plus clair.

5Ce discours nous amène à un autre point : la nécessité de chercher de nouvelles adhésions et de rechercher – en ne tenant rien pour acquis, et encore moins le vote – celles qui contribueront puissamment au succès du 15 juin. Ce qui est donc nécessaire, c’est une meilleure information sur l’activité des administrations démocratiques dans les régions et dans les communes après les élections de l’année dernière, pour montrer ce qui a changé, ce qui pouvait changer et ce que l’adversaire a fait pour bloquer ou pour retarder un profond renouvellement.

  • 2 [Le 15 janvier 1968, un violent tremblement de terre secoua la vallée du Belice, zone comprise ent (...)

6Deux mots enfin sur la leçon du tremblement de terre. Pourquoi le vice-président des USA, Rockfeller, arrive-t-il aujourd’hui avec des millions de dollars dans le Frioul, quand rien n’est venu des États-Unis il y a huit ans, au moment de la tragédie du Belice2 ? Mais il n’y avait pas d’élections. Empêchons enfin que les expériences nouvelles et positives, menées pour la renaissance du Frioul, ne créent une disparité de traitement avec le Belice. La même méthode d’intervention est imposée en Sicile pour répondre aux attentes de la population qui a souffert et souffre encore du scandale d’un après-tremblement de terre qui se prolonge depuis huit ans.

7Date : 1976.

8Source : « La conclusione del dibattito sul rapporto di Berlinguer », in L’unità, 15 mai 1976.

Notes

1 [Nono adopta les positions du compromis historique de Berlinguer, soutenu par Norberto Bobbio, et visant à l’entrée au gouvernement du PCI, qui totalisa 36 % des voix aux élections de 1976. L’hostilité du pape Paul VI, des États-Unis, mais aussi de l’Urss, et l’assassinat d’Aldo Moro par les Bridages rouges signèrent son échec.]

2 [Le 15 janvier 1968, un violent tremblement de terre secoua la vallée du Belice, zone comprise entre les provinces de Palerme, d’Agrigente et de Trapani, et entraîna la destruction des villes de Gibellina, Poggioreale, Salaparuta et Montevago. La tragédie fit plus de 400 victimes, 1000 blessés et 100000 sans abris.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search