Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Comment on fait de la musique en RDA

Texte intégral

1À Berlin-Est, dans la courte période du 12 au 26 octobre, j’ai été le témoin du développement culturel, de création et d’organisation, qui caractérise la République démocratique allemande. On ressent la continuité de la grande tradition culturelle allemande, en lutte contre le nazisme, puis dans la difficile construction du socialisme : Brecht, Anna Seghers, Johannes R. Becher, Friedrich Wolf, Thomas et Heinrich Mann, John Heartfield, le Malik Verlag, Hanns Eisler, Paul Dessau… Chez les jeunes, la capacité de création politico-culturelle a été renforcée par la praxis éducative révolutionnaire (des classes élémentaires à l’université) de l’Allemagne socialiste. Autrefois, tout n’était pas « simple » – je me réfère aux différentes unions des artistes –, sans erreurs, sans retards de gestion dogmatique et personnaliste – voir la condition particulière et la responsabilité géopolitique de la RDA dans les années de la guerre froide. Mais des problématiques et des propositions nouvelles surgirent et surgissent dans la production artistique, attentive aux expérimentations nécessaires (malgré des débandades compréhensibles et momentanées), à la qualité technique (souvent de haut niveau) et à la participation sociale.

  • 1 [Sozialistische Einheitspartei Deutschland, Parti socialiste unitaire d’Allemagne.]

2Cela a déterminé le développement culturel, auquel je faisais référence ci-dessus, « pour une croissance du niveau de vie culturelle du peuple, les créations des artistes sont hautement décisives », comme l’affirme le camarade Hoffmann, ministre de la Culture (« Vingt-cinq années de politique culturelle socialiste en RDA », dans Informations presse du 27 septembre 1974, édité par le service de presse du Conseil des ministres de la RDA) ; et il continue : « L’alliance de la classe ouvrière avec l’intelligence créatrice a été la base décisive pour le dépassement de la profonde fissure du capitalisme entre art et peuple. Le Huitième Congrès du SED1 a qualifié cette alliance au nouvel échelon de notre développement social, a aussi renforcé la confiance entre classe ouvrière et artistes, l’attention et la compréhension pour le travail artistique, et a enfin développé des analyses plus profondes de la demande sociale et individuelle de notre temps ».

3L’Opéra d’État de Berlin-Est m’a invité, en octobre, pour deux concerts : le premier, salle Apollo, lors d’un cycle de concerts de musique contemporaine, avec mes œuvres électroniques (Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz, La fabbrica illuminata, exécutée deux fois, avec la participation de l’intelligente soprano Roswitha Trexler de Leipzig, et Contrappunto dialettico alla mente). Une semaine plus tard, dans le grand théâtre, lors du premier concert symphonique, avec des œuvres de Rachmaninov et de Ravel, on a donné ma composition Como una ola de fuerza y luz, pour orchestre, soprano, piano et bande magnétique (avec Wolfgang Rennert, chef d’orchestre puissant et passionné, avec les remarquables solistes Ursula Reinhardt-Kiss et Helmut Pfeuffer, et avec l’Orchestre de l’Opéra d’État, d’un haut niveau international). La direction de l’Opéra d’État développe, depuis des années, une programmation soignée, alternant opéras du répertoire, œuvres modernes et créations, jusqu’aux jeunes compositeurs – certaines interprétations sont restées justement mémorables, comme les opéras Puntila et Einstein de Paul Dessau, mémorables en soi et pour leur interprétation, dans l’extraordinaire et nouvelle mise en scène de Ruth Berghaus, l’actuelle intendante du Berliner Ensemble, le théâtre de Brecht).

4En intensifiant cette ligne, on a programmé pour 1975 le nouvel opéra, Hot, terminé depuis peu par le compositeur Friedrich Goldmann (né en 1941). Goldmann, élève de Paul Dessau, est un des musiciens les plus avancés de la jeune musique. Au-delà de la période d’étude des nouvelles techniques – Goldmann et d’autres musiciens allemands y travaillent comme de jeunes compositeurs d’Urss, de Cuba et d’Amérique latine –, Goldmann témoigne de qualités remarquables, à travers une conscience originale de la thématique actuelle. Ces dernières années, il a été interprété à différentes reprises, à Cuba, et sous la direction très vivante de Paul Dessau. Dessau, qui aura quatre-vingts ans en décembre et qui est le pivot du développement musical actuel, comme enseignant (ses cours, importants et nouveaux par leur pédagogie et leurs résultats, dans les écoles élémentaires), comme propagateur et comme forte présence dans la polémique constructive. Chez Dessau, la compréhension des problèmes actuels est basée sur cette grande capacité qui lui vient de son expérience musicale multiple et de sa lutte de militant, lui qui est toujours d’un enthousiasme impétueux, d’une vraie sagesse et d’une propulsion continue.

  • 2 [Allusion à Laudate pacem (1973-1974), pour solistes, deux chœurs, chœur d’enfants, orgue et orche (...)

5Goldmann a remporté cette année le Prix Hanns-Eisler pour sa Sinfonia : ce prix ne se révèle ni académique ni d’establishment, mais dynamique. Au cours de la saison 1975 de l’Opéra d’État, on a programmé la première de la cantate de Siegfried Matthus (chœur, solistes, orchestre et bande magnétique ; textes sur le Viêt-nam et sur le Chili2). Matthus, organisateur, jusqu’en 1967, d’un cycle de musique contemporaine au Komische Oper (le théâtre du célèbre Felsenstein), et responsable de la section musique de l’Académie des arts de Berlin, est un autre musicien avancé. On lui doit aussi (à lui, à Paul Dessau et à d’autres) les célébrations pour le centenaire de la naissance d’Arnold Schoenberg. Il est membre de la commission musicale de la nouvelle Biennale de Venise. Toujours à l’Opéra d’État, au cours du cycle de musique contemporaine, salle Apollo, on a programmé une soirée consacrée à Luigi Dallapiccola, une semaine consacrée au Chili et quelques créations de jeunes Allemands, parmi lesquelles la composition de Paul-Heinz Dittrich (né en 1930), en cours d’élaboration, une composition dédiée à Tamara Bunke (l’inoubliable guérillera Tania, tombée pendant la lutte en Bolivie, avec les camarades de Che Guevara). Compositeur original, encore un élève de Paul Dessau, Dittrich a aussi été interprété en Occident ; il est toujours assistant supérieur au Conservatoire de Berlin.

6Mon premier concert fut en réalité une rencontre-débat. Entre deux exécutions, après mon introduction, une discussion s’engagea avec le public présent, nombreux, surtout des jeunes. Il fut suivi d’un autre concert, quelques jours plus tard, à l’Union des compositeurs, un concert organisé par l’Union et par la section musicale de l’Académie, avec une importante délégation de compositeurs, de critiques, de musicologues et de professeurs de musique – y participait le camarade Hecking, seul représentant du large présidium de l’Union, président de l’Union pour Berlin et professeur au Conservatoire. Ce fut un véritable déluge de questions sur la musique en Italie, sur la position du PCI par rapport à la culture, sur la lutte des musiciens italiens aux côtés de la classe ouvrière, et à l’intérieur du monde capitaliste, sur les nouvelles ouvertures de l’expérimentation technique, y compris électronique, sur la rigueur qualitative et idéologique (et non d’agit-prop) de la composition, sur le rapport avec les institutions existantes et sur les nouvelles initiatives – Musica/Realtà à Reggio Emilia (rencontres avec des ouvriers et des étudiants), la décentralisation et l’insertion dans les 150 heures d’étude des métallurgistes.

7La thématique s’élargit aux jeunes compositeurs soviétiques, cubains et latino-américains, à la situation en RDA, à la nécessité d’organiser des rencontres et des séminaires, non exceptionnels, entre des musiciens de différents pays et de situations différentes, mais unis sur une base commune marxiste – et on en a aussi discuté, à Berlin, avec le camarade Le Troquet, responsable pour la musique du PC français et flûtiste de haut niveau. Des rencontres, des informations et des discussions suivirent dans la « cantine » du Berliner Ensemble, dans celle de l’Opéra d’État et dans des maisons, parmi lesquelles, celle, hospitalière, de Paul Dessau. Je fus littéralement bombardé de nouvelles sur la vivacité du développement musical aujourd’hui en cours. Je me souviens notamment d’Udo Zimmermann (né en 1943), auteur de différents opéras, aujourd’hui dramaturge au Théâtre d’État de Dresde, de Friedrich Schenker (né en 1942), extraordinaire tromboniste dans l’Orchestre de la Radio de Leipzig et compositeur de musiques originales, de Reiner Bredemeyer (1929-[1995]), à la vive intelligence polémique, responsable de la musique au Deutscher Theater de Berlin, de Reiner Kunad (1936-[1995]), aujourd’hui responsable de la musique au Théâtre d’État de Dresde, de Tilo Medek (1940-[2006]), très éclectique et actif dans différents domaines de la musique. Et aussi de Günther Kochan, Ruth Zechlin et Fritz Geissler. Des noms que nous devons tous faire connaître en Italie.

8La naissance de nouveaux ensembles d’une qualité exceptionnelle est à la hauteur de la nouvelle production musicale : le Groupe pour la musique nouvelle Hanns-Eisler, constitué de membres de l’Orchestre de la Radio de Leipzig – orchestre de grande qualité aussi bien pour la musique du passé que pour la musique actuelle, il est dirigé, avec une grande intelligence, par Herbert Kegel –, et l’Union des vents de Berlin : deux ensembles au répertoire de musique allemande et internationale développé. Le niveau élevé de la musicologie en RDA contribue grandement à cette croissance musicale. La communauté, dans le travail et en amitié, entre musicologues et compositeurs, est étroite, polémiques comprises, naturellement. L’Allemagne socialiste a donné une forte impulsion à la musicologie, dans les universités et dans les écoles de musique, avec la création de nouveaux instituts, dans la tradition comme dans la problématique nouvelle. L’Université Humboldt de Berlin développe des études sur l’esthétique marxiste de la musique, sur l’histoire des XIXe et XXe siècles, sur la musique arabe, sur l’utilisation de méthodes mathématiques dans la musique, sur la cybernétique et sur les cerveaux électroniques. L’Université Karl-Marx de Leipzig collabore avec autorité aux exigences de publications pratiques sur l’histoire de la musique européenne et extra-européenne. Et à l’Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg, on étudie particulièrement la nouvelle pédagogie musicale.

9Toujours à Halle, l’Institut de recherche Georg-Friedrich-Haendel associe l’étude de l’esthétique musicale avec des recherches psychologiques. À Iéna, à l’Université Friedrich-von-Schiller, on étudie les problèmes structurels de la musique à travers l’étude de la perception acoustique du phénomène sonore. Différents instituts pour la collecte et l’étude des chants politiques et des chants de lutte populaire à partir de la guerre des paysans de 1525 ont été créés – et de beaux disques en sont le résultat : la série « Rote Reihe », éditée par l’Académie des arts de Berlin. À Berlin, chaque rencontre et chaque conversation avec les musicologues – Harry Goldschmidt, Georg Knepler et Konrad Niemann (rédacteurs de l’importante revue Beiträge zur Musikwissenschaft), Fritz Hennenberg, Gunther Mayer et Frank Schneider – devient immédiatement l’occasion d’un approfondissement et d’une discussion ouverte sur la méthode marxiste par rapport à la musique du passé et à la musique d’aujourd’hui, et pas seulement européenne, dans le respect attentif et dans la compréhension des différentes positions.

10Date : 1974.

11Source : « Come si fa musica nella RDT », in L’unità, 28 novembre 1974.

Notes

1 [Sozialistische Einheitspartei Deutschland, Parti socialiste unitaire d’Allemagne.]

2 [Allusion à Laudate pacem (1973-1974), pour solistes, deux chœurs, chœur d’enfants, orgue et orchestre, oratorio d’après Sophocle, Lao-zi et Neruda, et d’après des documents d’actualité, créé le 19 avril 1976 à Berlin.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search