Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

À Jean Barraqué1

Texte intégral

  • 1 [Voir, dans ce contexte, Broch (Hermann), La morte di Virgilio, Milan, Feltrinelli, 1982 (exemplai (...)

1Yeux perçants, non imprégnés par les grosses lentilles des lunettes, qui exprimaient la violence raisonnée d’arguments sainement polémiques, la gaîté improvisée pour la réception d’une amitié immédiate, et aussi souvent, en d’autres conditions, la barrière d’une solitude causée par d’autres personnalismes musicaux, organisateurs et inhumains dans leur arrogance.

2Une rigueur de pensée, de théorie et de pratique musicale, ayant énormément contribué au développement de la situation musicale française.

3Pratique musicale, partitions précises, qui trop souvent n’ont pas été connues de son vivant, et confinées par l’orgueil de personnalismes de « sauveurs uniques de la patrie ».

4Partitions écrites qui doivent être rendues vivantes, aussi pour réparer le grave tort fait à Jean Barraqué de son vivant, à lui et à la musique française.

5Le concert que le collectif de Champigny lui dédie est une autre et nouvelle démonstration concrète de l’intelligence opérative de la banlieue rouge contre le marché musical centralisé à Paris, centré et basé sur des opportunismes directionnels de présomptueux « mécènes publics et privés ».

6Date : 1974.

7Source : 2e2m, Collectif musical international de Champigny, programme du concert du 9 mars 1974.

Notes

1 [Voir, dans ce contexte, Broch (Hermann), La morte di Virgilio, Milan, Feltrinelli, 1982 (exemplaire annoté à l’ALN).]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search