Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

En souvenir de deux musiciens

Texte intégral

  • 1 [Gabrieli (Giovanni), Opera omnia, vol. I : Sacrae Symphoniae, Venise/Vienne, Fondation Giorgio Ci (...)
  • 2 [« Cher Nono, lors d’une de vos dernières visites, vous m’avez fait savoir que vous souhaitiez étu (...)
  • 3 [Gabrieli (Giovanni), Opera omnia, sous la direction de Denis Arnold, Rome, American Institute of (...)

1En novembre 1970, Gian Francesco Malipiero me fit remettre le premier volume des œuvres complètes de Giovanni Gabrieli, que la fondation de l’île San Giorgio (Venise) venait d’imprimer1. Dans un billet, le maître me rappelait nos conversations sur l’importance du compositeur, sur notre amour commun pour les Gabrieli et sur le manque d’études disponibles et d’éditions « originales, sans déformations ni ajouts », comme l’était celle qu’il me présentait2. (Bien sûr, nous avions évoqué l’édition de Denis Arnold pour l’Institut américain de musicologie de Rome3.) Ce fut pour moi un cadeau de son intelligence pleine de sensibilité, toujours prête à contribuer au développement de la connaissance musicale avec des suggestions, des indications et des conseils qui ont fait de Gian Francesco Malipiero un grand maître.

2Un maître affectueux aussi, lorsqu’il m’accueillit comme élève au cours des années de la bestiale oppression fasciste, de 1943 à 1945. Ses leçons et nos entretiens m’ouvrirent à l’étude et à la connaissance d’une musique qui était alors condamnée à l’ostracisme en Italie : Schoenberg, Webern, Dallapiccola. Et, bien entendu, Monteverdi et la Renaissance musicale.

  • 4 [Petrucci (Ottaviano), Harmonice Musices Odhecaton A, a Facsimile of the Venice, 1504 Edition, New (...)

3Gian Francesco Malipiero me conseilla aussi de faire la connaissance de Bruno Maderna, qu’il avait immédiatement tenu en grande estime, et avec lequel je poursuivrai dorénavant mes études. Et c’est encore à son invitation que Bruno, déjà maître, et un groupe de ses élèves, dont je faisais partie, se mirent à « fouiller », à la Bibliothèque Marciana, dans les manuscrits musicaux originaux, dans les traités de composition, de Hucbald au Padre Martini, et dans les premiers imprimés de musique (réalisés par Ottaviano Petrucci à Venise à partir de 1501), pour étudier historiquement, et d’après les documents originaux, le développement de la musique européenne jusqu’à Schoenberg, Webern et Berg. Ce fut une période très heureuse d’études, de découvertes, de discussions, auxquelles Bruno, avec son enthousiasme maïeutique, nous faisait tous participer. Gian Francesco Malipiero suivait notre travail avec une joie profonde et se montrait heureux lorsque nous l’informions des progrès de nos études, lorsque nous lui en apportions les fruits concrets (transcriptions en notation moderne, instrumentations de l’Odhecaton A4 et études dans les différents styles), ou lorsque nous lui apportâmes le livre de messes d’un Flamand tardif, Jacobus de Kerle (retrouvé non catalogué dans les Archives d’État de Venise).

4Nous vivions alors dans une véritable ambiance, particulièrement vivante, d’« atelier » artisanal de musique, où l’intelligence ouverte et l’humeur savante de Gian Francesco Malipiero s’unissaient à la capacité inépuisable qui était celle de Bruno de découvrir la musique comme un objet toujours nouveau et pour nous la faire étudier comme un art toujours vivant.

5C’est encore Gian Francesco Malipiero qui nous conseilla de suivre le cours international de direction d’orchestre que Hermann Scherchen donna à Venise, en 1948. Ce fut le début d’une longue collaboration, culturelle, théorique et pratique, entre Scherchen, Bruno et nous.

6Ces souvenirs ne sont que de brefs aperçus, mais assurément empreints de la personnalité de Gian Francesco Malipiero, qui ne se limitait pas uniquement à ses partitions, lesquelles éclairent le rôle déterminant du maître dans la réévaluation européenne de la musique italienne.

7Bruno Maderna est l’incarnation de la plus noble générosité humaine. Preuve en est cette forte détermination à faire de la musique, à être la musique, à communiquer aux autres la musique, toujours dans la gaîté, fût-ce aux moments difficiles, et jusqu’à sa dramatique maladie. Et avec la musique, la vivacité sans cesse dynamique de son intelligence, prospective, toujours ouverte à ces espaces où la musique, les nouveaux moyens technico-expressifs et les nouvelles méthodes s’interpénètrent, résolument, dans la mesure où l’homme vit en tant que sujet dans notre temps, toujours tendu vers l’homme. C’est ainsi que Bruno vivait et continue de vivre.

8Sa nature l’a amené à susciter, à provoquer et à déterminer de grandes évolutions dans la musique d’aujourd’hui. Par son enseignement maïeutique, qui incitait tous les jeunes venant à sa rencontre à aller de l’avant, par sa manière de faire étudier la musique, qui accordait à chacun le pouvoir immense de la découvrir toujours comme une nouveauté, et par son art unique et vrai de l’interprétation, Bruno Maderna continue d’être aimé et admiré par des orchestres et par des milliers de gens. À travers lui, tous ont été mis en communication directe avec la réalité vivante de la musique, qu’il rendait intelligible quant à sa signification, à sa structure et à sa fonction.

  • 5 [Concert du 5 novembre 1973, au Royal Festival Hall de Londres, avec l’Orchestre symphonique de la (...)

9À Londres, une semaine avant sa mort, des répétitions à la belle interprétation du Concerto n° 1 pour piano et orchestre de Bartók et du Concerto pour piano et orchestre de Schoenberg5, avec l’Orchestre symphonique de Londres, lors de ce concert qui devait être le dernier, Bruno s’est imposé à lui-même, contre sa maladie, et avec une sereine lucidité, sa raison d’exister.

10Bartók et Schoenberg étaient fermement, intellectuellement et humainement avec lui. Aujourd’hui, Bruno Maderna dort sereinement aux côtés de ceux qu’il a aimés : Andrea et Giovanni Gabrieli, Claudio Monteverdi et Gian Francesco Malipiero.

11Date : 1973.

12Sources : « Ricordo di due musicisti », tapuscrit (ALN) ; Cronache musicali Ricordi, 1973, n° 3, p. 1-3 ; SeC, p. 307-309.

Notes

1 [Gabrieli (Giovanni), Opera omnia, vol. I : Sacrae Symphoniae, Venise/Vienne, Fondation Giorgio Cini/Universal Edition, 1969. Nono avait connaissance de nombreux ouvrages musicologiques et littéraires de Gian Francesco Malipiero : I profeti di Babilonia (Milan, Bottega di poesia, 1924), Teatro (Bologne, Alpes, 1927), Claudio Monteverdi (Milan, Treves, 1929), Cossí va lo mondo (Milan, Il balcone, 1946), L’armonioso labirinto (Milan, Rosa e Ballo, 1946), La pietra del bando (Venise, Ateneo, 1945), Anton Francesco Doni, musico (Venise, La Caravella, 1946), Il filo di Arianna (Turin, Einaudi, 1966), Ti co mi e mi co te, Cosí parlò Claudio Monteverdi, Di palo in frasca et Da Venezia lontan (Milan, Scheiwiller, 1966, 1967, 1967 et 1968)…]

2 [« Cher Nono, lors d’une de vos dernières visites, vous m’avez fait savoir que vous souhaitiez étudier les Gabrieli. J’ai donc prié la Fondation Giorgio Cini de vous adresser le volume I des œuvres de Giovanni Gabrieli. L’édition reproduit l’original sans déformations, ni ajouts, c’est utile. /Avec mes plus cordiales salutations. /Gian Francesco Malipiero. /Asolo (Trévise), 8 novembre 1970 » (ALN).]

3 [Gabrieli (Giovanni), Opera omnia, sous la direction de Denis Arnold, Rome, American Institute of Musicology, 1956-1969 – édition que Nono cite dans « Texte – Musique – Chant », voir ci-dessus.]

4 [Petrucci (Ottaviano), Harmonice Musices Odhecaton A, a Facsimile of the Venice, 1504 Edition, New York, Broude Brothers, 1973. Nono se réfère à une instrumentation réalisée en 1949 et 1950, sous la direction de Bruno Maderna, avec Franco Prate, Romolo Grano, Gastone Fabbris, Renzo Dall’Oglio, Virginio Fagotto, Dragopinto et Zanetti. Des 96 morceaux du recueil de Petrucci, Maderna en choisit 12 qui constitueront son Odhecaton 1501, créé le 25 janvier 1950, et publié bien plus tard, en 1977, par l’Ars Viva Verlag de Zurich.]

5 [Concert du 5 novembre 1973, au Royal Festival Hall de Londres, avec l’Orchestre symphonique de la BBC et le pianiste Alfred Brendel. Cf. Maderna (Bruno), L’ultimo concerto, CD Stradivarius, STR 10071, 1993.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search