Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Appel de Luigi Nono pour les patriotes Uruguayens

Texte intégral

1Alors qu’au Chili, le peuple résiste violemment, avec les armes, à la criminalité nazie des généraux putschistes, achetés et dirigés par le gouvernement nord-américain, la CIA et le capital nord-américain, avec la complicité de la direction de la DC chilienne et des forces chauvinistes et fascistes, et alors que la solidarité militante des démocrates antifascistes du monde soutient cette lutte, nous ne pouvons pas ne pas prendre en considération la situation des autres pays d’Amérique latine, soumis à un même plan impérialiste d’assassinat des libertés démocratiques, de violente répression sinon de torture contre les patriotes incarcérés, jusqu’à la mort.

  • 1 [Secrétaire général du Parti communiste chilien, Luis Corvalán (1916) est arrêté lors du coup d’Ét (...)

2À l’assassinat criminel du président Allende, à la menace d’exécution du camarade Corvalán1, secrétaire général du PC chilien, et aux massacres qui se poursuivent au Chili contre les partisans du gouvernement d’Unité populaire, s’ajoute maintenant l’intensification d’une dure répression jusqu’à la mort dans d’autres pays, notamment en Uruguay, au Brésil, au Paraguay, en Bolivie, au Venezuela, en Colombie et dans les pays d’Amérique centrale.

  • 2 [Né en 1920, Mario Benedetti organise en 1968, à La Havane, le Centre de recherches littéraires de (...)

3En Uruguay, plus de 5 000 citoyens sont en prison, soumis à des tortures qui entraînent la mort. Aux dernières nouvelles, l’écrivain Mario Benedetti2, l’un des plus grands représentants de la littérature latino-américaine, est actuellement en prison. Benedetti est une victime (parmi des milliers) d’un régime répressif qui emprisonne, torture et assassine ses opposants, qui supprime les libertés publiques, muselle la presse, met hors la loi le mouvement ouvrier, asphyxie les universités, se donne comme modèle les putschistes brésiliens et instaure le fascisme. Benedetti est le président du Mouvement du 26-mars et fait partie du comité directeur de Frente amplio.

4Poète (Solo mientres tanto, Poemas de la oficina, Poemas de hoyporhoy, Noción de patria…), romancier (La Tregua, Gracias por el fuego, El cumpleanos de Juan Angel…), essayiste et journaliste (Marcha, Respuesta), Benedetti est un intellectuel latino-américain exemplaire par son engagement militant dans la lutte du peuple uruguayen pour la liberté. Son arrestation, comme celle de tant d’autres patriotes, a soulevé une vague de protestation et de solidarité dans toute l’Amérique latine.

5Pablo Neruda, parmi les derniers gestes de sa claire conscience antifasciste, a envoyé ce télégramme au président de l’Uruguay, Juan María Bordaberry : « Au nom de culture continentale demande liberté garanties publiques respect physique et moral du grand écrivain uruguayen Mario Benedetti ».

6Individus, partis et organisations démocratiques, unissons-nous en nombre à l’appel de Neruda.

7Nous devons intervenir pour la liberté de Mario Benedetti, mais aussi de tous ceux qui se trouvent soumis à des menaces, à des tortures et à la mort dans les prisons uruguayennes.

8Date : 1973.

9Source : « Appello per i patrioti uruguayani », in Paese sera, 9 octobre 1973.

10Notes

Notes

1 [Secrétaire général du Parti communiste chilien, Luis Corvalán (1916) est arrêté lors du coup d’État dirigé par le général Pinochet et voit sa vie menacée après la mort de Victor Jara. À la suite d’une campagne internationale, il est échangé contre le dissident russe Vladimir Boukovski et trouve refuge en Urss, en 1976.]

2 [Né en 1920, Mario Benedetti organise en 1968, à La Havane, le Centre de recherches littéraires de La Casa de Las Américas. Contraint, à la suite du coup d’État militaire, de renoncer à son enseignement à l’Université de Montevideo et de quitter l’Uruguay, il s’exile à Buenos Aires en 1973. La Tragua et Gracias por el fuego sont traduits en français sous les titres La Trêve (Paris, Belfond, 1982) et L’Étincelle (Paris, Belfond, 1983).]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search