Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

L’art nous aide dans le combat

Texte intégral

1Si je voulais traduire ici les pensées et les sentiments d’un invité du festival, ce serait d’abord le besoin de dire merci à la RDA, pour son hospitalité et la remarquable organisation du festival, et à la Freie Deutsche Jugend, pour avoir reçu si fraternellement la jeunesse du monde.

2Je crois que cette rencontre a rendu beaucoup plus profondes notre connaissance de la situation politique, sociale et culturelle, dans différents pays et, en même temps, la certitude que notre combat pour la solidarité anti-impérialiste doit être encore plus fort. De nombreuses manifestations à Berlin montrent à ce propos comment les moyens de l’art peuvent être investis efficacement. Je pense notamment à la scène du Frelimo Ensemble du Mozambique, qui met tous les éléments de sa riche culture populaire au service d’un programme politique concret.

  • 1 [Siamo la gioventù del Vietnam, sur des textes réunis par Girolamo Federici, fut créé à cette occa (...)

3Je me réjouis au demeurant de ne pas séjourner à Berlin simplement en tant qu’invité d’honneur, mais aussi de pouvoir apporter, en tant que compositeur, une modeste contribution au Dixième Festival mondial. Le Berliner Ensemble a accueilli dans son programme mon chant pour le festival, Siamo la gioventù del Vietnam1.

4Date : 1973.

5Source : « Die Kunst hilft uns im Kampf », in Neues Deutschland, 6 août 1973.

Notes

1 [Siamo la gioventù del Vietnam, sur des textes réunis par Girolamo Federici, fut créé à cette occasion.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search