Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Déclaration de Luigi Nono sur le Festival d’Athènes

Texte intégral

1Ayant lu dans Le Monde que, à mon insu, l’une de mes œuvres serait donnée au festival de l’Athènes fasciste, j’ai immédiatement téléphoné aux éditeurs Schott à Mayence et Ricordi à Milan afin d’empêcher cette équivoque outrageante. Musicien militant, je considère que la seule musique légitime aujourd’hui en Grèce, la seule à laquelle nous participons pleinement, c’est celle de la voix des milliers de Grecs emprisonnés et torturés dans les camps de concentration des colonels fascistes, instruments des armes, des dollars et des agents du Pentagone et de la CIA. Et que la juste musique pour Athènes, celle à laquelle va toute notre solidarité, sera celle des mitrailleuses du peuple grec qui se libérera.

2Date : 1971.

3Sources : « Dichiarazione di Luigi Nono sul Festival di Atene », in Avanti ! 18 septembre 1971 ; « Il musicista Nono rifiuta di figurare al Festival di Atene », in Il mattino, 18 septembre 1971.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search