Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[In memoriam Luciano Cruz]

Texte intégral

  • 1 [Movimento de izquierda revolucionária, Mouvement de la gauche révolutionnaire.]
  • 2 [Carlos Altamirano Orrego (1922), secrétaire général du Parti socialiste en 1971. Après le coup d’ (...)

1C’est avec retard que nous parvient la grave nouvelle de la mort accidentelle – par asphyxie provoquée, semble-t-il, par une fuite de gaz –, le 14 août dernier, à Santiago, du camarade Luciano Cruz, membre du Comité central et du secrétariat du Mir chilien1, leader aimé et populaire, en raison de son action incessante et de son engagement dans la lutte pour le socialisme au Chili. Il avait vingt-sept ans. Sa disparition a suscité une profonde douleur au Chili et dans toute l’Amérique latine en lutte. Le camarade président Salvador Allende et le gouvernement d’Unité populaire lui ont rendu hommage. Des milliers d’ouvriers, de paysans et d’étudiants ont participé à ses funérailles, avec le Comité central du PS et le secrétaire général Carlos Altamirano2, dirigeant du Mapu. Le comité central du PC cubain a envoyé un message.

2J’avais rencontré Luciano à plusieurs reprises lors des derniers jours de mon séjour au Chili, au mois de mai. À l’occasion de notre première rencontre, il s’était fait connaître sous le nom d’« Antonio », de sorte que je ne savais pas que je me trouvais en face de Luciano Cruz, en face du populaire « Juan Carlos ». Mais pendant notre longue conversation nocturne, la profondeur de ses arguments, la lucidité de son analyse et de ses perspectives de classe, stratégiques et tactiques, dans la difficile situation du Chili, dans la lutte du continent latino-américain et dans la lutte internationale, sa dialectique léniniste, sa grande préparation marxiste sur le plan théorique, les signes de sa participation exemplaire, active et pratique à l’action nécessaire avec les ouvriers, les paysans et les étudiants, pour défendre le nouveau gouvernement chilien et lui donner une certaine impulsion, mais aussi pour que la classe ouvrière s’empare du pouvoir, tout cela me fit clairement comprendre que cet « Antonio » devait être un authentique leader chilien. Il en avait la simplicité et le sens du contact immédiat – un sens naturel à la classe révolutionnaire et à ceux qui agissent avec elle. Ce n’est qu’après notre deuxième rencontre que j’ai enfin su qu’il s’agissait de Luciano Cruz. Grandirent en moi l’admiration et l’amour – pour citer Gramsci (que Luciano citait aussi souvent) – pour la nouvelle réalité révolutionnaire chilienne, une admiration et un amour que j’avais déjà ressentis lors de différentes rencontres avec des ouvriers résolus, avec des mineurs robustes et avec des étudiants politisés, avec d’extraordinaires mapuche (paysans du Sud), avec la vigoureuse base et les dirigeants lucides du PC et du PS, avec de jeunes dirigeants du MCR et du Mir (mouvement révolutionnaire paysan) d’une grande capacité, et avec la forte personnalité socialiste du camarade président.

3Luciano était l’un des drapeaux rouges les plus solaires du Chili.

4Et pas seulement pour les jeunes.

  • 3 [Candidat du Parti national, Jorge Alessandri (1896-1986) remporte les élections présidentielles d (...)
  • 4 [Au Chili, en 1964, la droite soutient la candidature du démocrate chrétien Eduardo Frei Montalva (...)
  • 5 [Le général Roberto Viaux (1917-2005) fut à l’origine de deux tentatives de coup d’État, contre Fr (...)

5Il avait commencé à dix-sept ans, dans le mouvement étudiant, à se heurter, dans les rues de Concepción, à la dictature militaire du gouvernement Alessandri3, et à participer activement à la clandestinité. En 1965, il contribua à la création du Mir, dont il devint membre du Comité central en 1967. Lors de la sanglante répression des gouvernements Alessandri et Frei4, il risqua sa vie dans des actions armées, qui nécessitaient un grand courage, et organisa la lutte avec les camarades ouvriers, paysans et étudiants. Avec eux, il gagna en maturité, en intelligence et en pratique révolutionnaire. Il devint un exemple d’audace, de responsabilité et de liberté. En décembre 1969, pendant la tentative de coup d’État du général Viaux5, alors que la confusion régnait et que les contrôles s’accentuaient, Luciano, recherché comme toujours, parvint à entrer dans l’hôpital militaire et à s’entretenir trois heures durant avec le général, en se faisant passer pour un journaliste italien de Paese sera : il obtint ainsi des informations utiles pour la lutte.

6Luciano, comme le disait le camarade Miguel Enriquez, secrétaire général du Mir, dans son oraison funèbre, « ne craignait rien ; rien ne l’arrêtait, puisqu’il s’agissait de lutter pour les intérêts des travailleurs ».

  • 6 [René Schneider (1913-1970), général loyaliste, refusa de violer l’ordre institutionnel et fut mor (...)

7Après la victoire électorale du 4 septembre 1970, la droite nationaliste, le capital nord-américain et la Cia tramèrent des complots contre le gouvernement d’Unité populaire. Le plus grave (une véritable tentative de coup d’État) fut celui d’octobre, basé sur l’assassinat du général Schneider6. Luciano et ses camarades chargés de la sécurité du Mir – qui assurent la protection personnelle du camarade président – le découvrirent et le dénoncèrent publiquement.

8Jusqu’à la fin, Luciano Cruz travailla avec les ouvriers et les étudiants de Santiago, avec les mineurs de Lota et Coronel, avec les paysans de Cautin, de Valparaíso, de Tomé et de Valdivia – en somme, là où le peuple chilien est à la conquête du pouvoir pour le socialisme.

9Luciano, « grand comme la patrie et jeune comme la révolution », chante le poète chilien Julio Huasi.

10Date : 1971 ?

11Source : tapuscrit (ALN).

Notes

1 [Movimento de izquierda revolucionária, Mouvement de la gauche révolutionnaire.]

2 [Carlos Altamirano Orrego (1922), secrétaire général du Parti socialiste en 1971. Après le coup d’État de 1973, il s’exila à Cuba, puis en Allemagne de l’Ouest, avant de revenir au Chili en 1993.]

3 [Candidat du Parti national, Jorge Alessandri (1896-1986) remporte les élections présidentielles de 1958, face à Eduardo Frei et Salvador Allende. Il mène de 1958 à 1964 une politique libérale, puis étatique, sans réussir à surmonter les contradictions structurelles du Chili, entraînant des manifestations ouvrières durement réprimées.]

4 [Au Chili, en 1964, la droite soutient la candidature du démocrate chrétien Eduardo Frei Montalva (1911-1982), contre Allende. Réformiste et anticommuniste, la Démocratie chrétienne, née en 1957 d’un mouvement corporatiste, la Phalange nationale, et d’un secteur social chrétien des conservateurs, s’inspire de l’encyclique pontificale Quadragesimo anno. Frei dirige le Chili de 1964 à 1970, date de la victoire de l’Unité populaire.]

5 [Le général Roberto Viaux (1917-2005) fut à l’origine de deux tentatives de coup d’État, contre Frei en 1969, et contre Allende en 1970, avec l’assassinat du général René Schneider évoqué par Nono dans la suite du texte.]

6 [René Schneider (1913-1970), général loyaliste, refusa de violer l’ordre institutionnel et fut mortellement blessé le 22 octobre 1970, au cours d’une tentative d’enlèvement par un groupe d’extrême droite – à l’initiative de la CIA et de Henry Kissinger (ce que la Commission Church mit en lumière devant le Sénat américain).]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search