Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Dans la sierra et au parlement1

Texte intégral

  • 1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « De retour d’un long voyage su (...)
  • 2 [Écrivain, journaliste et critique littéraire, Valentín Teitelboim Volosky (1916), dit Volodia, fu (...)
  • 3 [Extrait de l’intervention de Valentín Teitelboim, en ouverture du discours commémoratif du Dixièm (...)
  • 4 [Médecin, secrétaire général du Parti socialiste chilien, Salvador Allende (1908-1973) fut trois f (...)

1Écrire sur Cuba, sur le processus révolutionnaire continu et sur l’incessant militantisme continental signifie, aujourd’hui plus que jamais, écrire sur la lutte de libération non armée et armée, où la première n’exclut pas la seconde, parce qu’elle peut, par nécessité, devenir armée – comme le précisent des camarades chiliens –, lutte dans les pays latino-américains, contre l’impérialisme et le néo-capitalisme des USA, contre la présence de la CIA et contre les oligarchies nationales qui leur sont étroitement liées. Lutte pour le socialisme, dans un conflit de classe dur et sanglant, qui représente un saut qualitatif, politique, aujourd’hui clairement significatif de la lutte. De cette unité continentale entre la Cuba socialiste et les autres pays, un camarade du PC chilien, Volodia Teitelboim2, est un témoin récent qui, parlant avant le commandant Fidel Castro, à l’occasion du dixième anniversaire de la victoire cubaine de Playa Girón, célébré à La Havane le 19 avril, affirme : « Nous sommes conscients que si Cuba n’avait pas ouvert la voie au socialisme dans nos pays, la réponse révolutionnaire du peuple chilien n’aurait pas été concevable. Parce que, sans votre triomphe à Playa Girón, nous n’aurions pas obtenu les victoires du 4 septembre 1970 et du 4 avril 19713 ». (Les deux victoires électorales par lesquelles l’Unité populaire, avec le président Salvador Allende4, conquit le gouvernement et commença la lutte pour la conquête du pouvoir et la transformation socialiste du Chili.)

  • 5 [Colombien, Inti Peredo (1937-1969), participa à la guérilla de Ñancahuazú et lutta avec Ernesto C (...)
  • 6 [Le Frente amplio fut une coalition de gauche, pour les élections présidentielles uruguayiennes de (...)
  • 7 [Douglas Bravo (1932), guérillero à la tête du Front de libération nationale, dont les Forces armé (...)

2Exactement de la même manière, écrire sur le nouveau processus révolutionnaire chilien signifie ne pas comprendre le Chili comme une île ou, pire, comme un « modèle pacifique » qui dément la lutte armée, mais le penser, selon Volodia Teitelboim encore, « écrit dans le contexte du processus révolutionnaire mondial. Le Chili est un indice de la manière dont l’Amérique vit un moment, une période explosive et volcanique, qui confirme la direction historique prise il y a maintenant douze ans par la glorieuse Cuba ». Dans cette Amérique latine, l’assassinat de Che Guevara, d’Inti Peredo et de Carlos Marighella5, même s’il porte un grave coup au mouvement, a fait germer positivement une nouvelle conscience de lutte pour le socialisme, une nouvelle organisation socialiste et une nouvelle stratégie socialiste, à l’intérieur de chaque pays et entre eux, comme me l’ont confirmé, pendant mon récent voyage, des camarades au Chili, au Pérou, au Venezuela, au Mexique et à Cuba. Et l’on considère, en Uruguay, l’action extraordinaire des Tupamaros et leur soutien au Frente amplio6 (bien distinct de l’Unité populaire chilienne), qui s’est constitué pour les prochaines élections de novembre et sur lequel plane la possibilité d’interventions putschistes et américaines ; en Argentine, l’action impétueuse des ouvriers à Córdoba et à Rosario, et celle des mouvements de libération (MRA, Mouvement révolutionnaire argentin, FAR, Forces armées révolutionnaires, et ARP, Armée révolutionnaire du peuple) ; en Bolivie, la lutte de plus en plus unitaire des mineurs, des ouvriers, des paysans et des étudiants ; au Brésil, la réorganisation en masse de différents mouvements isolés jusqu’à présent ; en Colombie, la nouvelle organisation de la lutte armée des paysans et des étudiants ; au Venezuela, la combativité des étudiants – à Caracas, l’université est occupée et fermée depuis des mois par la police et, dans les autres villes, des universités en état de siège, des manifestations et des heurts violents avec la police ont eu lieu, avec des morts et « un appel à la lutte que le peuple vénézuélien considère comme décisive : le conflit et la victoire contre la dépendance néo-coloniale, l’ordre antinational imposé par la force du capital impérialiste et la complicité des capitalistes “nationaux” » (comme l’écrit Alfredo Chacón, professeur de sociologie et d’anthropologie à l’Université de Caracas) –, les grèves ouvrières incessantes et la nouvelle stratégie (rapport avec les masses) du mouvement armé de Douglas Bravo7, pour ne citer que des situations nouvelles.

  • 8 [Ministre de l’Intérieur, des Biens publics et de l’Économie dans le gouvernement Frei, Edmundo Pé (...)

3Aujourd’hui plus que jamais, il est clair que l’impérialisme américain connaît en Amérique latine de graves difficultés – les préoccupations et les prévisions des Chiliens, des Uruguayens, des Boliviens et même des Cubains sont conscientes des nouvelles interventions plus ou moins camouflées des USA et de la CIA (comme en témoigne une nouvelle provocation, l’assassinat de l’ex-ministre Zujovic8, pour créer des difficultés au gouvernement chilien, sinon pire). La nécessité de la solidarité pratique et militante entre les mouvements, entre les pays et entre les continents, est claire. Unité sur la base commune de la lutte de classe, et non d’un vague anti-impérialisme « national et patriotique », qui génère pourtant des contradictions que l’on peut toujours radicaliser et faire exploser, et auquel le mouvement de lutte populaire peut imposer des objectifs de classe, au-delà de l’objectif et contre celui apparemment « révolutionnaire » d’une restructuration capitaliste, un objectif sollicité par des groupes néo-capitalistes avancés.

4Dans le cas du Pérou, les contradictions se heurtent en grande partie à l’intérieur du capital : le contrôle étatique, voulu par le pouvoir militaire, sur les capitaux nationaux et internationaux, et sur la promotion des investissements nationaux, contre l’exportation de ceux-ci, entament les intérêts des groupes capitalistes traditionnels. C’est si vrai que le départ du gouvernement péruvien, à la fin du mois d’avril, du ministre de l’Industrie et du Commerce Delapiani, partisan de la nouvelle loi sur la communauté industrielle (ni capitaliste, ni communiste) et du contrôle étatique, s’explique par la pression de la SNI (Société nationale de l’industrie), liée à l’opposition américaine et à ses investissements limités : 80 % du capital de la bourgeoisie industrielle péruvienne est nord-américain. La tentative de la junte militaire péruvienne d’endormir la classe ouvrière au moyen de la loi sur la communauté industrielle, et en la faisant même participer à l’acquisition d’actions collectives, n’a pas réussi : les grèves et les luttes salariales augmentent. Par rapport aux vingt grèves des mineurs en 1969, il y en a eu soixante-dix en 1970. Au mois de juillet prochain, ce sera le conflit salarial des 25000 ouvriers des mines du centre Morocochio, propriété de Cerro di Pasqua, sur la plate-forme commune de quinze syndicats : l’entreprise a déjà refusé toute négociation, ce qui développe, chez les mineurs, une conscience politique pour faire expulser l’entreprise américaine. Cette lutte aura la solidarité du pays. Les 5 et 6 mai, les 5000 ouvriers de la Sima (Service industriel maritime pour la construction de navires) se sont mis en grève pour défendre un de leurs dirigeants licenciés. Ils ont organisé une marche jusqu’à Lima. Il y a eu des heurts avec la Garde civile (instrument répressif tristement célèbre) et trois cents arrestations ; le gouvernement est intervenu : celui qui ne travaille pas pendant les jours de grève est licencié. (Autre cas où la répression du gouvernement accélère le processus de politisation des masses.) De décembre 1970 à mars 1971, les travailleurs agricoles de l’entreprise Huando, environ 5 000 hectares à soixante-dix kilomètres de Lima, avec un indice de production fruitière élevé, propriété de la famille oligarchique Gana, ont organisé une grève de cent dix jours contre la parcellisation qui avait été convenue entre membres de la famille et amis des propriétaires, au lieu d’avoir été convenue avec les travailleurs, de la même manière qu’avait été convenue la réforme agraire. Avec les syndicats et avec le soutien et la participation des étudiants de la Faculté d’agriculture, ils ont organisé une marche jusqu’à Lima. Il y a eu des heurts avec la Garde civile, le gouvernement est intervenu, a annulé la parcellisation pour « vice de forme », mais n’a pas distribué la terre aux travailleurs, lesquels exigeaient la création d’une coopérative.

  • 9 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

5Après 1968, la Garde civile a occupé l’école d’ingénieurs de Lima (environ 5000 étudiants). Ses interventions répressives ont abouti à des violences répétées. Il y a eu des expulsions d’étudiants, accusés d’être des agitateurs politiques, de l’école d’ingénieurs et de la Faculté d’agriculture. La réaction des étudiants n’est pas une réaction de masse, car leur conscience politique est faible. Les étudiants ont organisé, pendant les vacances, un travail volontaire avec les paysans, malgré l’opposition du gouvernement. On comprend la nécessité d’unifier la lutte entre étudiants, ouvriers et paysans. Ce ne sont que quelques épisodes récents des contradictions qui se manifestent dans l’action du gouvernement militaire, dont le réformisme se heurte aux intérêts américains et ne se base pas sur les intérêts de la masse ; la verticalité autoritaire de celle-ci et le choix social proclamé, ni communiste ni capitaliste, donnent exactement ce qui n’est pas voulu : le réveil de la conscience de lutte de classe chez les mineurs, les ouvriers, les paysans et les étudiants, parce que les contradictions ouvertes mûrissent dans la réalité du Pérou d’aujourd’hui. Et Fidel, après avoir reconnu que « dans le processus péruvien, ce qui prévaut, ce sont les mouvements de lutte, contre le sous-développement et la domination extérieure de son économie, comme les sentiments fortement patriotiques et nationalistes », ajoute : « Nous avons vu que les impérialistes sont préoccupés et quand les impérialistes se préoccupent de quelque chose ou sont contre quelque chose, même contre des contradictions qui ne sont pas totalement révolutionnaires, nous, nous ne ferons aucune faveur aux impérialistes9 ».

  • 10 [D’orientation socialiste, le général Juan José Torres (1912-1976), surnommé « JJ », déposa, en oc (...)
  • 11 [Une citation de Pedro Duno figure dans A floresta é jovem e cheja de vida.]

6En Bolivie, le faible poids de la bourgeoisie, qu’elle soit grande, moyenne ou petite, rend le conflit politique ouvert entre oligarchie, classe ouvrière et paysanne, et étudiants. Au milieu, il y a l’armée, avec ses différences, et l’actuel gouvernement militaire, avec toutes ses contradictions. Quand le général Torres10 offrit aux ouvriers de participer à son gouvernement (50 % des ministères), les ouvriers refusèrent et répondirent en demandant le contrôle et l’administration des mines et le contrôle de l’économie. Le 1er mai, l’assemblée ouvrière et paysanne fut officiellement constituée (tous élus de la classe ouvrière et paysanne), premier exemple pour l’Amérique latine : étant donné le gouvernement actuel et la paralysie du parlement « démocratique bourgeois », cette assemblée n’est pas que consultative, mais aussi décisionnelle. Le pays a subi, en 126 ans, 187 coups d’état. La classe ouvrière a une longue histoire de lutte violente et sanglante, surtout les mineurs, très politisés et avec des syndicats puissants, qui ont été maintes fois l’objet de massacres. Le gouvernement militaire du général Torres – ne l’oublions pas : c’est l’un des trois généraux qui ont collaboré avec la CIA à l’assassinat de Che Guevara – se tient en équilibre entre les forces ultra-réactionnaires de l’armée ou de l’oligarchie, et l’appel à la lutte de plus en plus fort et unitaire des ouvriers, des paysans et des étudiants. Mais jusqu’à quand les USA, d’une part, et le mouvement populaire, de l’autre, le permettront-ils ? Le conflit est inévitable, personne ne le cache. C’est parce que, comme l’écrit le Vénézuélien Pedro Duno (commandant guérillero des FALN et aujourd’hui professeur d’université11), « aucun pays n’a eu autant de victimes révolutionnaires que la Bolivie, comme conséquence de la lutte de guérilla. Dans aucun pays, la conscience des révolutionnaires pour la lutte de guérilla n’est sans doute plus vive. Ñancahuazú et Teoponte ne sont pas des noms de défaites, mais des pas en avant sur le chemin de la révolution. En Bolivie, on peut vraiment se donner la possibilité d’un état ouvrier, aux mains des ouvriers, administré par les ouvriers et dirigé par les ouvriers ».

  • 12 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

7Et, à propos de la Cuba révolutionnaire, dans le discours pour le dixième anniversaire de la victoire de Playa Girón, Fidel s’est exclamé : « La Bolivie, où le Che et ses camarades réalisèrent leur épopée. Le Che est mort, mais dans le cœur du peuple bolivien, ses sentiments demeurent, ses idées demeurent et son exemple demeure. Ce qui résulte de la lutte du Che et de son sacrifice héroïque, c’est une profonde radicalisation que l’on rencontre dans la masse ouvrière, paysanne et estudiantine de Bolivie. C’est pourquoi il y a en Bolivie un peuple révolutionnaire, agité et radicalisé ; qui n’admet pas la comédie et qui exige une révolution radicale, qui exige une révolution profonde, une révolution véritable. Et c’est le peuple qui descend dans les rues pour combattre les menaces d’un coup d’État fasciste. C’est le peuple qui exige que les éléments fascistes portant encore l’uniforme militaire n’accèdent plus aux responsabilités. C’est le peuple qui exige la condamnation des sbires et de ceux qui portèrent la responsabilité des assassinats de mineurs, d’ouvriers, de paysans et d’étudiants. Et c’est un peuple qui exige la responsabilité de ceux qui furent les complices de la CIA dans la répression et dans l’assassinat des guérilleros et du Che […]. En Bolivie, il y a un processus révolutionnaire en raison du degré de radicalisation et de formidable prise de conscience des masses12 ».

  • 13 [Arnaldo Forlani (1925), secrétaire politique de la Démocratie chrétienne en 1969-1973 et en 1989- (...)

8Le récent assassinat de l’ex-ministre Zujovic révèle, dans le Chili du gouvernement d’Unité populaire du camarade Allende, les motivations de ses commanditaires. Créer, au seul profit des droites réactionnaires liées à l’impérialisme américain, des difficultés, jusqu’au chaos, dans un pays qui avance avec une grande intelligence politique et avec la solidarité consciente et la participation du peuple à la transformation des structures économiques et politiques pour le socialisme. On continue à écrire et à affirmer beaucoup de choses totalement fausses sur un soi-disant désordre intérieur et sur un climat de haine provoqué par le nouveau gouvernement (jusqu’aux délires mystifiants du secrétaire de la DC, Forlani13). Le désordre est provoqué uniquement par les grands propriétaires fonciers, par les industriels et par les financiers, qui sabotent la production, qui empêchent le travail de la terre et qui bombardent le pays de véritables incitations à la haine et à la rébellion contre le gouvernement, au moyen de journaux, de radios et de télévisions dans leur immense majorité encore entre leurs mains, tout en continuant leur trafic d’armes essentiellement avec l’Argentine (de grands propriétaires fonciers sont à cheval sur la frontière chilienne et argentine), pour armer des bandes d’assassins manœuvrés contre l’occupation des terres par les paysans, surtout dans le Sud, et qui préparent de manière criminelle leur réversion. Étant donné leurs lois capitalistes, il ne faut pas être très perspicace pour dévoiler les commanditaires : les USA et la CIA omniprésentes, et même le Pentagone.

  • 14 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

9En face, il y a la fermeté révolutionnaire et la conscience historique du gouvernement d’Unité populaire, qui procède, après la conquête du gouvernement, à la difficile conquête du pouvoir pour le socialisme. Processus irréversible parce que dans la légalité constitutionnelle chilienne et avec le soutien croissant et la participation des ouvriers, des mineurs, des paysans, des étudiants et des techniciens, dans une mobilisation de lutte de classe. Et Fidel affirme encore : « Nous sommes de tout cœur avec le peuple chilien et nous sommes disposés à faire ce qui sera nécessaire pour le peuple chilien. Nous sommes prêts à témoigner de notre solidarité dans quelque domaine que ce soit. Non pas aider : accomplir le devoir élémentaire des frères, accomplir le devoir élémentaire de coopération avec les peuples révolutionnaires de l’Amérique latine ! Du sang (les 100000 donateurs cubains au peuple péruvien frappé par le tremblement de terre), du sucre, ce qui est nécessaire ! Mais c’est peu ! Il y a dans le cœur des Cubains un sentiment encore plus profond, plus décisif et plus fraternel : puisque, lors de l’épisode de Girón et de cette invasion de mercenaires, des milliers de Chiliens voulaient s’inscrire pour venir combattre à Cuba, que les Chiliens soient sûrs que face à une agression extérieure, promue par l’impérialisme, des millions de Cubains sont prêts à venir combattre au Chili. Pour l’heure, considérez, face à une agression extérieure, tous les révolutionnaires cubains comme inscrits14 ».

  • 15 [Isidoro Carrillo, syndicaliste communiste, fut nommé directeur général de l’Entreprise nationale (...)

10(Et face à cette déclaration de solidarité internationaliste, journaux, radios et télévisions aux mains des réactionnaires chiliens ont orchestré une violente et ridicule campagne contre Cuba : « Cuba se prépare à envahir le Chili ».) Au Chili, où les ouvriers administrent et dirigent des industries, la production est en augmentation : dans les mines de charbon de Lota (82 % de votes pour le gouvernement aux élections municipales : un vrai plébiscite !), dont le directeur général est aujourd’hui le camarade Isidoro Carrillo15 qui, jusqu’à hier, n’était qu’un simple mineur baratero et un syndicaliste, la production de 1971 est passée à 4000 tonnes par jour, par rapport aux 3400 tonnes de 1970. Pour le mois de mai – j’étais à Lota à la fin du mois d’avril –, on prévoyait 4400 tonnes par jour. Pour le mois de novembre, 4700 tonnes, en s’approchant de plus en plus de la production nécessaire des 5000 tonnes quotidiennes. Il y a des industries dirigées par des ouvriers, comme l’usine textile de Tomé, près de Concepción : c’est à la classe ouvrière d’inventer et de créer de nouvelles formes de conduite, malgré le manque de techniciens.

  • 16 [Au Chili, en 1964, la droite soutient la candidature du démocrate chrétien Eduardo Frei Montalva (...)
  • 17 [Ouvrier typographe, Luis Emilio Recabarrén (1876-1924) fonda en 1912 le Parti ouvrier socialiste (...)
  • 18 [Carlos Altamirano Orrego (1922), secrétaire général du Parti socialiste en 1971. Après le coup d’ (...)

11Les ouvriers, aujourd’hui, ne sont finalement pas un objet, mais un sujet conscient de l’organisation. C’est la conséquence d’une longue et violente lutte de la classe ouvrière chilienne, de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, une lutte peu connue sinon inconnue en Italie. De 1903 à 1969, il y eut des révoltes et des tentatives communes aux ouvriers et aux paysans, avec des revendications : « La terre aux paysans », et « Les usines aux ouvriers ». De continuelles insurrections, suivies de massacres épouvantables : à Valparaíso, en 1903, 30 morts et 200 blessés ; à Santiago, en 1905, 200 assassinats ; à Santa Maria, en 1907, il y eut 2000 personnes massacrées ; en 1925, à Coruña, 3000 personnes massacrées, pour ne citer que quelques cas, jusqu’aux massacres perpétrés sous le gouvernement du démocrate chrétien Frei16, considéré et accueilli en Italie comme un exemple de libéralisme bourgeois, après être allé comploter avec Franco en Espagne. À ces révoltes, on doit aussi ajouter celles de l’armée, comme celle de 1931. Les marins du blindé L’Amiral La Torre se rebellèrent, dans les pampas où ils débarquèrent, et constituèrent des Conseils supérieurs de marins et d’ouvriers. Les mots d’ordre furent : « La terre aux paysans », « Nationalisation des banques » et « Solidarité avec les ouvriers ». En plus de la solidarité des ouvriers et des paysans, à Concepción, une partie de l’armée fit même cause commune, mais ils furent écrasés par une intervention de l’aviation. Trois cents condamnations à mort suivirent, qui furent commuées en prison à vie. (L’armée chilienne est très différente des autres armées de bourreaux, comme celles du Brésil et du Guatemala, par exemple. En plus de sa fidélité à la constitution, elle développe fortement une conscience de classe, en raison de sa composition sociale.) Dans l’histoire de la classe ouvrière chilienne, domine, avec une importance fondamentale, la figure de Luis Emilio Recabarrén17, grand organisateur syndicaliste et fondateur en 1922 du Parti communiste chilien – il est nécessaire que soient publiés, en Italie, les écrits de ce prestigieux combattant de la classe ouvrière ! Un parti qui, comme l’affirme avec un grand respect l’un des principaux dirigeants du Mir, « est le fils légitime de la lutte de la classe ouvrière chilienne ». Le PC chilien constitue aujourd’hui, avec le Parti socialiste dont Salvador Allende est l’un des fondateurs, le pivot historique et authentique du Chili, surtout après l’élection du socialiste Carlos Altamirano18 au poste de secrétaire général.

  • 19 [Peuple indien du Sud du Chili (Arauco), les mapuche résistèrent victorieusement aux Incas et aux (...)

12Une conscience de classe se développe de plus en plus parmi les paysans, surtout dans le Sud du pays, autour de Temuco, où des terres furent occupées, et de Valdivia, zone industrielle du bois. Des paysans extraordinaires, par leur lutte séculaire contre les Espagnols, puis contre les grands propriétaires fonciers, et qui, aujourd’hui, soutiennent pleinement le gouvernement et lui donnent de l’élan. Les mapuche (« hommes de la terre19 »), organisés par le Mir (Mouvement de la gauche révolutionnaire) et par le MCR (Mouvement paysan révolutionnaire), par le PC et par le PS. (Le Mir, après les élections, a modifié sa propre tactique, avec une grande responsabilité politique : il soutient le gouvernement, et de nouveaux rapports d’organisation sont mis en pratique, depuis des mois, avec le PC et aussi avec le PS. Il est connu que la majeure partie de la garde personnelle du camarade président Allende est constituée de militants du Mir.)

  • 20 [La Corporación reforma agraria devint, sous l’Unité populaire, l’instrument de nationalisation de (...)

13Les paysans veulent : a) récupérer la terre que leur ont volée les Espagnols d’abord, les grands propriétaires fonciers ensuite ; b) travailler aussi, dans une production de coopérative, les zones rendues incultivables par l’incurie des grands propriétaires fonciers ; c) le socialisme. Ils veulent l’unité avec les paysans des autres zones du pays, avec les ouvriers et avec les mineurs. Des difficultés existent sans doute, souvent graves, aussi bien dans les industries (présence du capital américain, techniciens payés en dollars, donc discordances dans l’action-politique des prix…), que dans les terres. Ces terres, dont ils ont hérité dans de mauvaises conditions d’exploitation, nécessitent des machines agricoles et des fertilisants dont le gouvernement et la Cora20 ne disposent pas en grande quantité, en raison des agressions armées continuelles des grands propriétaires fonciers. À tout cela répondent la nouvelle responsabilité et la nouvelle capacité d’organisation et de distribution du travail comme des produits, qu’engagent des paysans et des ouvriers conscients que les terres, les industries et le gouvernement sont à eux.

14Les étudiants et les professeurs, surtout d’université, sont des sujets actifs de la nouvelle situation chilienne. Des universités qui sortent de leurs murs traditionnels, des cours effectués dans les champs, une participation à la vie, au travail et à la lutte des paysans et des ouvriers. Une nouvelle université technique pour les ouvriers a ouvert au mois de mai, dans la zone minière de Lota et Coronel : la commission de la direction et des programmes est constituée d’un ingénieur, de deux techniciens, de trois employés et de six ouvriers élus directement par les ouvriers.

  • 21 [Le Mapu (Movimiento de acción popular unitaria, Mouvement d’action populaire unitaire), né en 196 (...)

15L’Université de Concepción et l’Université technique de Valdivia sont exemplaires à cet égard : dans ces universités, des professeurs et des étudiants organisent de vraies périodes d’étude et de travail dans les zones occupées par les paysans, comme à Neltume (industrie du bois), en apportant leur contribution, en pratiquant à leurs côtés, en suivant leur enseignement et en participant à la vie des paysans. Un autre élément qui caractérise la réalité et la perspective chilienne, c’est la participation au gouvernement de la gauche catholique de la DC, le Mapu21, que dirige Radomiro Tomic. C’est la constante latino-américaine des catholiques qui reconnaissent dans le socialisme la seule pratique de libération de l’homme, pour une nouvelle société.

16La droite et une partie du centre ne se sont bien sûr pas résignées à cette mobilisation et à ce soutien populaire du gouvernement. Et les USA, la CIA et le Pentagone y sont encore moins résignés. Mais, à toute intervention possible, la réponse sera unique, chilienne et continentale, comme l’affirmait, dans son discours pour le trente-huitième anniversaire de la fondation du Parti socialiste, son secrétaire général, Carlos Altamirano : « Elle sera celle de Playa Girón ! ».

17(Je me suis limité à des informations sur la situation au Pérou, en Bolivie et au Chili, parce que, souvent, on confond les trois, en les mythifiant ou en les faussant, selon ses désirs. Ce sont des situations totalement différentes, mais dans l’unité de la lutte pour le socialisme.)

18Cuba. Cuba avance, révolutionnaire et socialiste, dans une unité continue entre le peuple, le gouvernement et le parti, dans un approfondissement continu de ses caractéristiques, et dans une communauté exemplaire, répondant continuellement aux luttes politiques et culturelles de l’Amérique latine. Cuba développe le socialisme dans des conditions de vie difficiles et héroïques, comme le sont celles d’un pays à quatre-vingt-dix miles de la centrale de l’agression impérialiste, et qui est sans cesse l’objet de sabotages et d’infiltrations de la CIA, mais avec une mobilisation et une participation conscientes de la masse à son affirmation socialiste de plus en plus résolue.

19Qu’on étudie les récents discours de Fidel pour l’anniversaire de Playa Girón, pour le Congrès de l’éducation et pour le 1er mai. Qu’on les étudie attentivement avec les lois du 1er avril relatives au vagabondage, à la résolution finale du Congrès de l’éducation, au renouveau du syndicalisme ouvrier et à sa fonction, à la participation continue des masses ouvrières, paysannes, estudiantines et enseignantes à la discussion sur différents problèmes, différentes difficultés et différentes limites de fonctionnement et d’organisation, avec des indications toujours constructives, qui partent de la pratique réelle, vécue, et avec des modifications et des innovations en conséquence dans la conduite politique, administrative et culturelle du pays.

20Celui qui a des oreilles, des yeux, une intelligence et un cœur ouverts pour le socialisme, et donc qui n’y adhère pas de manière dogmatique ou par principe – celui qui ne superpose pas mécaniquement d’autres expériences historiques, celui qui n’est pas bloqué par des visions intellectuelles, subjectives et libertaires (selon lesquelles on mesure ou on adhère à un processus en acte pour le socialisme selon le degré de « libéralité artistique », par rapport à la non-libéralité de la société bourgeoise, et non selon le degré de liberté socialiste en soi), et celui qui n’est pas gonflé par la présomption eurocentrique doctorale et autoritaire (vieux style de celui qui peut noter avec un crayon rouge et distribuer un cinq en mérite et un zéro de conduite) –, bref, celui qui est militant ne peut pas ne pas reconnaître :

  1. la nécessité d’informations et de connaissances continues, sur place si possible, et non déformées ou distordues par différents types de lentilles, des informations et des connaissances sur le développement révolutionnaire du pays, objet d’étude, comme Cuba, vraiment d’aujourd’hui, dans les conditions objectives, dans la problématique objective et dans les interventions continuelles, subjectives, tendant à modifier aussi bien l’époque que les conditions, dans sa particularité et non dans l’abstraction de schémas ;
  2. si des moments critiques ou des erreurs se produisent (moments critiques et erreurs toujours possibles pendant un processus révolutionnaire), le militant les discute et les éclaire directement de l’intérieur, lui qui veut toujours continuer à participer au mouvement et qui ne veut pas l’utiliser pour d’absurdes ambitions au service de thèses fondées sur des ressentiments individuels ou pour ses propres intérêts personnels. Justement, la résolution finale du Congrès de l’éducation de La Havane précise « la conscience critique de la société, le peuple lui-même et, en premier lieu, la classe ouvrière, préparée par son expérience historique et par l’idéologie révolutionnaire, pour comprendre et pour juger avec plus de lucidité qu’aucun autre secteur social, les actions de la révolution. La condition de l’intellectuel n’autorise aucun privilège. Sa responsabilité est de coopérer à cette critique avec le peuple et au milieu du peuple. Mais il est nécessaire pour lui de partager les inquiétudes, les sacrifices et les dangers de ce peuple ». (Et la question Padilla retrouve ensuite ses dimensions réelles, celles d’une question pour le moins douteuse et « contre-révolutionnaire », comme Padilla lui-même l’a affirmé. Moi aussi, à l’origine, j’en avais une perception confuse et j’avais adhéré à la première lettre sur la question, mais je dois reconnaître que l’Amérique latine a vraiment contribué au plus haut point à me faire comprendre et à corriger ma grave erreur culturelle et politique, ce qui provoqua ma déclaration, faite précisément à Santiago du Chili, dans les premiers jours du mois de mai22.)
  • 23 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

21a) et b) peuvent résulter de considérations élémentaires, mais il est nécessaire de les confirmer, car depuis des années, et surtout ces derniers mois, s’est déchaînée contre Cuba une campagne d’« interprétations falsifiées » et de « zéros de conduite », de la part d’intellectuels et de touristes affectionnant tumbadores, claves, guiro et quijada de burro, qui accompagnaient pendant des années chants et manifestations politiques à Cuba – des instruments de musique remplacés depuis par une armée puissamment équipée et préparée, selon Fidel, « non seulement pour nous, non seulement pour défendre notre terre, non seulement pour défendre notre patrie, mais aussi pour exprimer notre solidarité, si nécessaire, aux peuples de l’Amérique latine23 », « en relation avec l’Amérique latine, au moment où d’autres peuples révolutionnaires et d’autres frères nous demandent une assistance technique, en tant que techniciens et en tant que soldats ! Et comme le plus sacré des devoirs : en tant que combattant », ajoute encore Fidel.

22Interprétations falsifiées et sottises délirantes, parmi lesquelles les plus ridicules et les plus irresponsables sont : un désaccord entre Fidel et Raúl [Castro], et la schématisation : difficultés économiques internes, donc aides des pays socialistes, compromis et renoncement de Cuba à la solidarité dans la lutte latino-américaine – interprétations falsifiées et sottises délirantes dans lesquelles on perçoit un clair préjudice ou une passion anti-soviétique généralisée.

23Campagne déchaînée contre Cuba, tendant dangereusement à l’isoler encore plus – et les USA ne font pas que « regarder ».

  • 24 [Anniversaire de la Moncada, qui marqua, en 1953, le commencement de la révolution cubaine, et à l (...)
  • 25 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 30 avril 1971.]

24En bref : après le 26 juillet 197024, pour partir d’une date précise, discussions, débats et innovations socialistes sur la base d’une participation de masse se sont généralisés à tous les niveaux sociaux. Sur indication des paysans, on a modifié la méthode de la récolte de la canne à sucre – elle est maintenant brûlée, entraînant moins d’investissements en main d’œuvre et en temps ; les ouvriers ont renouvelé le syndicat à 82 %, si je ne me trompe pas, et participent à des rencontres et à des discussions continuelles sur la conduite de l’industrie ; et tous les maîtres ont affronté la question de l’éducation, pendant le Congrès de l’éducation à la fin du mois d’avril, dans tous ses détails : écoles, livres, familles, transports, travail, moyens de communication et création artistique : « La révolution libère l’art et la littérature des fers et des mécanismes de l’offre et de la demande, qui dominent dans la société bourgeoise. L’art et la littérature cessent d’être des marchandises, et l’on crée les conditions nécessaires à l’expression et à l’expérimentation dans ses différentes manifestations sur la base de la rigueur idéologique et de la haute qualification technique ». « Que la masse soit créatrice. » « Que la création culturelle soit l’œuvre de la masse, qu’elle soit le fruit de la masse. » « Notre valorisation est politique25

  • 26 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]
  • 27 [La dernière phrase n’apparaît pas dans Astrolabio.]

25Dans le discours du 19 avril, d’une grande importance sur le plan de l’internationale, Fidel continue : « Cuba maintient sa ligne de toujours, celle de la Sierra Maestra, celle de Girón, celle de tous les moments. La Première Déclaration de La Havane et la Deuxième Déclaration de La Havane. Cuba maintient sa ligne de soutien aux gouvernements révolutionnaires de l’Amérique latine ». Et il s’arrête un moment, avec la détermination de tout le peuple cubain, sur le Chili, sur la Bolivie, sur l’Uruguay, sur l’Argentine, sur le Brésil, sur le Pérou, sur le Mexique, sur Saint-Domingue, sur le Guatemala, sur les pays arabes et africains, sur la Corée, sur le Viêt-nam, sur les peuples indonésiens, sur leur lutte révolutionnaire, et affirme : « Cuba ne renoncera pas (nous le répétons encore une fois), Cuba ne renoncera jamais à la solidarité avec les gouvernements révolutionnaires, avec les peuples révolutionnaires et avec le mouvement révolutionnaire26 ». Et au Chili, à Lima, à Caracas et à Mexico, j’ai pu constater et vivre l’écho et l’heureuse répercussion de ce discours violent contre les USA et des discours sur la culture de Cuba, toujours révolutionnaire27.

26Date : 1971.

27Sources : tapuscrit (ALN) ; « Nella sierra e in parlamento », in Astrolabio, 20 juin 1971, n° IX/13, p. 33-37 ; NF, p. 181-191 – nombre de renseignements proviennent de contacts personnels et de sources orales.

Notes

1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « De retour d’un long voyage sur le continent latino-américain et à Cuba, le maître Nono illustre dans cet article les difficultés et les progrès de la lutte pour le socialisme, en rapportant les victoires obtenues par les masses populaires et par leurs avant-gardes, dans différents pays, et en soulignant l’unicité du processus révolutionnaire, même dans la diversité des expériences contingentes (lutte armée et voie parlementaire). Sur la question du rapport entre intellectualité et lutte révolutionnaire, particulièrement d’actualité à Cuba après le “cas Padilla”, l’artiste italien admet, avec une franche autocritique, les distorsions eurocentriques, mais condamne les excès bureaucratiques ».]

2 [Écrivain, journaliste et critique littéraire, Valentín Teitelboim Volosky (1916), dit Volodia, fut dirigeant du Parti communiste chilien dès 1945 – il en sera le secrétaire général de 1989 à 1994.]

3 [Extrait de l’intervention de Valentín Teitelboim, en ouverture du discours commémoratif du Dixième anniversaire de la bataille de Playa Girón, prononcé par Fidel Castro le 19 avril 1971.]

4 [Médecin, secrétaire général du Parti socialiste chilien, Salvador Allende (1908-1973) fut trois fois candidat de l’Unité populaire, coalition des partis de gauche, à la Présidence de la République, où il fut élu en 1970, devant Jorge Alessandri. Il se suicida le 11 septembre 1973, lors du coup d’État militaire dirigé par le général Pinochet.]

5 [Colombien, Inti Peredo (1937-1969), participa à la guérilla de Ñancahuazú et lutta avec Ernesto Che Guevara en Bolivie, avant d’être torturé et assassiné ; Carlos Marighella (1911-1969), fondateur de l’Action de libération nationale (ALN) et auteur du Manuel du guérillero urbain, fut tué par les forces de police à São Paulo en 1969.]

6 [Le Frente amplio fut une coalition de gauche, pour les élections présidentielles uruguayiennes de 1971. Le Mouvement de libération nationale – Tupamaros (MLN-T), qui s’était constitué dans les années soixante et avait commis nombre d’attentats, apporta un soutien indirect au Frente amplio à travers le Mouvement du 26-mars.]

7 [Douglas Bravo (1932), guérillero à la tête du Front de libération nationale, dont les Forces armées de libération nationale étaient la branche armée – Nono leur dédia Contrappunto dialettico alla mente.]

8 [Ministre de l’Intérieur, des Biens publics et de l’Économie dans le gouvernement Frei, Edmundo Pérez Zujovic fut victime, le 8 juin 1971, d’un attentat attribué à l’Avant-garde organisée du peuple (Vop).]

9 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

10 [D’orientation socialiste, le général Juan José Torres (1912-1976), surnommé « JJ », déposa, en octobre 1970, le général Ovando Candía. Son programme politique était basé sur des nationalisations et sur l’ouverture d’une assemblée constituante, à laquelle le coup d’État du général Hugo Banzer mit fin en août 1971. Juan José Torres sera envelé et assassiné à Buenos Aires en 1976, dans le cadre de l’Opération « Condor ».]

11 [Une citation de Pedro Duno figure dans A floresta é jovem e cheja de vida.]

12 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

13 [Arnaldo Forlani (1925), secrétaire politique de la Démocratie chrétienne en 1969-1973 et en 1989-1992.]

14 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

15 [Isidoro Carrillo, syndicaliste communiste, fut nommé directeur général de l’Entreprise nationale du charbon par le gouvernement d’Unité populaire. À la suite du coup d’État militaire, il fut arrêté et fusillé en 1973.]

16 [Au Chili, en 1964, la droite soutient la candidature du démocrate chrétien Eduardo Frei Montalva (1911-1982), contre Allende. Réformiste et anticommuniste, la Démocratie chrétienne, née en 1957 d’un mouvement corporatiste, la Phalange nationale, et d’un secteur social chrétien des conservateurs, s’inspire de l’encyclique pontificale Quadragesimo anno. Frei dirige le Chili de 1964 à 1970, date de la victoire de l’Unité populaire.]

17 [Ouvrier typographe, Luis Emilio Recabarrén (1876-1924) fonda en 1912 le Parti ouvrier socialiste du Chili et, en 1918, le Parti communiste chilien, affilié à la Troisième Internationale. Il se suicida en 1924.]

18 [Carlos Altamirano Orrego (1922), secrétaire général du Parti socialiste en 1971. Après le coup d’État de 1973, il s’exila à Cuba, puis en Allemagne de l’Ouest, avant de revenir au Chili en 1993.]

19 [Peuple indien du Sud du Chili (Arauco), les mapuche résistèrent victorieusement aux Incas et aux invasions espagnoles du XVIe siècle, conservant leur identité, leur langue et leur culture, et vivant encore sur les terres données à leurs ancêtres par le gouvernement chilien, où ils pratiquent essentiellement l’agriculture et l’artisanat.]

20 [La Corporación reforma agraria devint, sous l’Unité populaire, l’instrument de nationalisation des propriétés foncières, mais aussi de redistribution des terres dans le cadre d’une « transition vers le socialisme ».]

21 [Le Mapu (Movimiento de acción popular unitaria, Mouvement d’action populaire unitaire), né en 1969, sous l’impulsion de Jacques Chonchol, d’une scission de la Démocratie chrétienne, se solidarise en 1970 de l’Unité populaire d’Allende, pour se transformer en un parti marxisteléniniste, tout en imposant Radomiro Tomic (1914-1992), cofondateur de la Phalange nationale, comme candidat aux élections présidentielles de 1970.]

22 [Journaliste, professeur, poète et traducteur cubain, Herberto Padilla (1932-2000) subit l’hostilité des milieux officiels. En 1968, la publication de son recueil Fuera de juego (traduction française, sous le titre Hors jeu, Paris, Seuil, 1969) entraîna son arrestation, son autocritique et sa condamnation à une peine de prison pour propagande contre-révolutionnaire. Nono signa un appel d’intellectuels européens en faveur de Padilla, avant de s’en dissocier. Voir ci-dessus « Quand on commet une erreur, il n’y a rien de plus grave que de ne pas l’admettre ».]

23 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

24 [Anniversaire de la Moncada, qui marqua, en 1953, le commencement de la révolution cubaine, et à laquelle Nono revient dans Voci destroying muros, Ein Gespenst geht um in der Welt et Al gran sole carico d’amore.]

25 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 30 avril 1971.]

26 [Extrait du discours de Fidel Castro, le 19 avril 1971.]

27 [La dernière phrase n’apparaît pas dans Astrolabio.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search