Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Quand on commet une erreur, il n’y a rien de plus grave que de ne pas l’admettre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand on commet une erreur, il n’y a rien de plus grave que de ne pas l’admettre, de ne pas la reconnaître et de ne rien en apprendre.

Mon adhésion à la lettre écrite par un groupe d’intellectuels européens sur le « cas Padilla1 » a été une erreur – et j’espère que d’autres le reconnaissent ouvertement.

En ma responsabilité consciente de camarade militant pour le communisme, je l’affirme. Cette erreur est due à une double condition qui, je l’espère, sera comprise, et pas simplement justifiée, par les camarades latino-américains de la lutte commune.

1. Un conditionnement, des préoccupations, des difficultés et des contradictions dans la volonté révolutionnaire affirmée, chez les intellectuels marxistes européens (au moins chez moi, et sûrement chez d’autres), dans la période de transition que nous vivons actuellement : notre période, et non après une révolution socialiste victorieuse – qui comporte également en soi des contradictions de lutte de classe –, mais en vue d’une révolution so...

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search