Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

À cheval donné on regarde la bride1

Texte intégral

  • 1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « Au cours des derniers jours, (...)

1Le grand capital turinois et sa voix de propagande (la Fiat et La stampa) ont traduit en alibi culturel et en termes de couverture faussement humaniste, la manie aristocratique et la tradition cavalière, noble et patriotique, de Turin. Plus de cent millions pour les chevaux de San Marco à Venise ! Il est certain que la basilique San Marco, chevaux compris, a besoin de soins particuliers, refusés ou difficilement accordés par l’État, et qui nécessitent des initiatives privées, tout comme le drame de la poliomyélite et d’autres graves maladies sociales. Peut-être est-il bon, crociennement, que les citoyens italiens (dans ce cas turinois) puissent répondre sentimentalement à de semblables besoins. Mais il est certain que ces moments sont malheureusement manipulés de manière artificielle par ceux qui ont intérêt (dans ce cas, la Fiat et La stampa) à mystifier, à mentir, à cacher une réalité et à mettre en avant une politique déterminée par des intérêts de classe précis et par des programmations capitalistes précises.

  • 2 [La Fondation Cini, sur l’île San Giorgio, à Venise.]

2Chers citoyens turinois, Venise subit actuellement une véritable attaque de restructuration, d’utilisation et de couverture capitalistes. Ouvertement, et pour être bref, d’utilisation touristique (la Fiat et le capital nord-américain) et de développement industriel dicté par l’exploitation moderne (Montedison). Utilisation touristique et développement industriel apparemment contradictoires, mais qui sont facilement interchangeables, et qu’il est possible finalement de concilier, dans la réjouissance de congrès, de rencontres, de symposiums et de dîners, toujours avec les fonds de l’Île Cini2 (une autre grande mystification culturelle du capital local et international). Le fait que ces groupes ne parlent jamais des vrais problèmes vénitiens et n’affrontent jamais la réalité socio-économique de Venise rentre dans cette logique de classe.

3Naturellement, ils iraient contre eux-mêmes. Et contre les chevaux de San Marco ! Il y a depuis des années, à Venise, une grave crise du logement, qui n’est pas que spéculation. Exode des ouvriers qui vont vivre dans le ghetto chaotique de Mestre, donc maisons libres à Venise qui sont alors restaurées, vidées et mises sur le marché à des prix bien supérieurs à la perspective limitée : « Loyer égal, salaire égal ». Un épisode significatif : à la Giudecca, ils ont expulsé une centaine de familles d’une caserne vétuste pour permettre à une société romaine de construire des appartements à 50 000-60000 lires de loyer par mois ; et ils ont transféré ces familles dans une autre caserne vétuste à San Girolamo et dans le quartier de Cannaregio.

4Pour les chevaux de Venise, on trouve des millions ! Des millions pour de nouveaux investissements et des millions pour les chevaux.

5Les citoyens s’en sont émus : le pouvoir de la culture de classe est grand. Ca’Emiliani de Mestre est un vrai ghetto, pire que les petites maisons de la Giudecca. Giudecca : une île d’environ 12 000 habitants, ouvriers et sous-prolétaires, aux salaires à la limite, voire en dessous du minimum nécessaire (des petites industries, saisonnières et occasionnelles), une île qui subit une attaque de restructuration du logement et de distribution sociale selon les nouvelles méthodes du capital moderne, au profit soit d’un nouveau tourisme, soit d’une nouvelle exploitation ouvrière, en dehors de l’usine (problème d’exploitation capitaliste : maison, salaire et usine, étroitement liés). Sur ce silence, au contraire, des larmes et des millions pour les chevaux.

6Un plan de la Valtur, pour une exploitation touristique du capital local, privé, national et international de haut niveau, a été éventé, avec la complicité de représentants socialistes locaux ; mais pas encore le projet d’une planification industrielle des nouveaux investissements du capital d’exploitation économique, un projet que certains voudraient réaliser dans le port de Venise et dans les zones limitrophes de la zone industrielle de Marghera. « Sauver Venise », « Larmes collectives », « Congrès de différents niveaux », « Des millions pour les chevaux » : toute une mystification, un alibi des grosses spéculations capitalistes, d’intérêt ouvertement de classe, qui ignorent la réalité socio-économique de Venise, qui utilisent des objectifs folkloristes et culturels pour masquer leurs propres plans, et qui exploitent la disponibilité émotive des citoyens – de véritables agents de persuasion occultes du système. Tout cela doit être détruit.

7Date : 1970.

8Source : « A caval donato si guarda in bocca », in L’unità, 5 mai 1970.

Notes

1 [Le texte de Nono est précédé d’une introduction de la rédaction : « Au cours des derniers jours, La stampa a ouvert une souscription parmi ses lecteurs pour sauver les chevaux de San Marco, les quatre figures équestres d’origine byzantine placées sur la basilique de la cité lagunaire et détériorées par le temps. Sur cette initiative et sur sa signification réelle, le camarade Luigi Nono, un des compositeurs modernes les plus connus au niveau international, et particulièrement engagé dans les problèmes de sa ville, nous a remis cette déclaration ».]

2 [La Fondation Cini, sur l’île San Giorgio, à Venise.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search