Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Pourquoi je ne participe pas au Festival de musique contemporaine1

Texte intégral

  • 1 [Le texte de Nono était précédé de l’introduction suivante de la rédaction : « Cette manifestation (...)

1Il y a quelques semaines, j’ai envoyé à la direction du Festival de musique contemporaine de la Biennale le télégramme suivant : « Conformément à ma participation consciente et solidaire au mouvement étudiant dans sa juste contestation contre la Biennale, je ne participerai en aucun cas au Festival de musique de la Biennale ».

2(J’étais invité à y participer avec Per Bastiana – Tai-Yang Cheng, pour bande magnétique et instruments. Le titre signifie Pour Bastiana, le jour se lève, l’œuvre étant dédié à ma fille et basée sur le chant populaire chinois L’Est est rouge.) Pourquoi NON au Festival de musique de la Biennale ?

3Sur le plan purement musical, on pourrait bien sûr soutenir que le festival, s’il a littéralement rempli de dollars les poches de Stravinsky (The Rake’s Progress et Canticum sacrum), de Balanchine (New York City Ballet) et de Karajan (exécutions de Mozart, de Strauss et de Beethoven), a aussi présenté en création quelques compositions de la « nouvelle » musique et a aussi fait connaître, en partie, des ensembles et des œuvres des pays socialistes.

4Ou mieux, que ce Festival de musique s’est conduit comme les autres festivals, ceux du cinéma et du théâtre, et comme les expositions de peinture et de sculpture.

5D’autres soutiendraient que l’élément économique déterminant (le marché des galeries pour la Biennale de peinture et le capital industriel pour le cinéma) ne se retrouve pas de manière ouvertement répressive dans le Festival de musique. Mais ce festival n’échappe en aucun cas aux liens superstructurels qui lient toute la Biennale au système de la classe dominante, en en faisant « un phénomène qui concerne un nombre restreint de personnes » et « un moment essentiel dans l’articulation d’une activité touristique destinée aux riches. Et le tourisme est la mort dont le capital financier a décidé que Venise devait mourir » – selon le manifeste du comité des étudiants, des ouvriers et des intellectuels révolutionnaires pour le boycott de la Biennale (Venise, 7 juin 1968). « Et le tourisme, comme seule activité économique auquel le centre historique est destiné, est comme la monoculture : il rend esclave. » L’affluence circonscrite du public et son type même mettent en évidence le caractère de classe, limitatif, du festival.

6D’où une incidence limitée sur la vie vénitienne : la population s’en trouve exclue et il n’y a aucun lien de continuité avec la « vie culturelle » vénitienne – la musique contemporaine à Venise apparaît une semaine au mieux, puis disparaît tout le reste de l’année : aucune coordination avec l’autre organisme dépendant de la Commune, le théâtre de La Fenice.

  • 2 [Référence à la Fondation Cini à Venise.]

7(Il faut naturellement tenir compte de la question musicale (enseignement…) que l’actuelle classe dirigeante ne veut pas ou ne parvient pas à résoudre sur le plan national.) Sur le plan national et international, l’influence du festival est aujourd’hui limitée. Elle révèle la persistance des lignes directrices et des mauvaises habitudes des débuts de la manifestation, à l’époque fasciste, contre des exigences culturelles, d’information ouverte à d’autres cultures et à des couches sociales moins limitées par l’état bourgeois – et nous ne serons pas communistes si nous ne faisons pas de l’organisation notre bataille –, ou contre des initiatives culturelles qui, au sein du système, contiennent un minimum de capacités subversives – rencontres non académiques, ni du type « San Giorgio2 », débats ouverts et non formels sur différents problèmes de la musique dans la société contemporaine, et confrontations avec un public qui n’est généralement et traditionnellement pas érudit, mais localisé précisément et socio-économiquement : je fais ici allusion au milieu ouvrier de Mestre-Marghera, notamment.

8Mais, dans la réalisation du Festival de musique, ce qui manque, c’est une lueur ne serait-ce que de réformisme socioculturel – et nous ne serons pas communistes si nous nous arrêtons à cela et si nous badinons sur de telles perspectives.

9Cela dit, précisons sans la moindre équivoque que, pour le Festival de musique de la Biennale, il n’est pas question d’hommes, de direction, d’organisation et de restructuration.

10Le NON s’adresse à l’institution superstructurelle qui, dans sa manière d’être – de ne pas être –, révèle que la classe dominante, sauf exceptions, exige culturellement une règle du jeu.

11Aujourd’hui, le nouvel élan révolutionnaire, que le mouvement étudiant et la classe ouvrière provoquent depuis des mois en Europe, ne peut pas ne pas impliquer le culturel et l’intellectuel.

12Dans la société contemporaine, la conscience, la responsabilité et l’intervention du producteur de culture se situent précisément dans sa participation ou non à la lutte de classe contre le système bourgeois, et dans la reconnaissance des fondements de son action, en se reconnaissant comme participant ou non à cette lutte. Avec les conséquences qui en découlent.

13La musique acquiert ainsi de nouvelles perspectives, de nouvelles dimensions et une nouvelle signification.

14Date : 1968.

15Source : « Perché non partecipo al Festival della musica contemporanea », in L’unità, 20 août 1968.

Notes

1 [Le texte de Nono était précédé de l’introduction suivante de la rédaction : « Cette manifestation vénitienne “n’échappe en aucun cas aux liens superstructurels qui lient toute la Biennale au système de la classe dominante”. Solidarité cohérente avec la contestation du mouvement étudiant. Le 7 décembre prochain devait s’ouvrir à Venise le Festival international de musique contemporaine, auquel le musicien Luigi Nono avait été invité à participer avec Per Bastiana — Tai-Yang Cheng. Mais Luigi Nono ne prendra pas part au festival. Il a expliqué les raisons de sa décision avec la déclaration suivante, qu’il a réservée à notre journal ».]

2 [Référence à la Fondation Cini à Venise.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search