Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Sur la protestation contre la Biennale de musique]

Texte intégral

  • 1 [À partir du 7 juin 1968.]

1Un peu plus d’un mois après la semaine de boycott contre la Biennale de Venise1, voici quelques précisions et quelques propositions de discussion.

2Tout d’abord, les développements.

3Le fait le plus important, c’est la manière dont le mouvement étudiant vénitien, des étudiants de l’Institut d’architecture, de l’Université Ca’Foscari et de l’Académie des Beaux-Arts, qui avaient alors trouvé de multiples raisons de s’unir, réalisent cette union en la vérifiant avec la classe ouvrière de Mestre-Marghera, non sous la forme d’une simple solidarité, mais par une participation directe aux luttes ouvrières (de la grève des dockers à la grève actuelle, importante, des chimistes de Montedison), en maintenant clairement ses caractéristiques et ses revendications étudiantes, mais en les annulant par une position « ouvriériste » équivoque.

4Le camarade Francesco Dal Co (étudiant en architecture) s’exprime sur ce point dans le compte rendu publié ci-dessous.

5Ce fait a aussi une signification rétroactive précise.

6Il témoigne de la croissance du mouvement étudiant vénitien et éclaire la position idéologique et politique du comité et du mouvement dans la lutte contre la Biennale.

7Contrairement à ce que certains soutiennent, il ne s’agit ni d’une simple plate-forme de revendications catégorielles ou corporatistes, ni d’une restructuration interne, liée à des groupes rivaux et constitués d’exclus, ni même d’une restructuration statuaire ou d’autogestion.

8En soutenant de telles inexactitudes, certains tentent de justifier leur boycott du boycott, alors que d’autres tentent intentionnellement de limiter à tel ou tel point leur participation à la lutte, qui dessine ainsi clairement un réformisme social-démocratique.

  • 2 [Sozialistischer Deutscher Studentenbund, Union des étudiants socialistes allemands.]
  • 3 [Nono se réfère sans doute au HSU (Humanistische Studentunion, Union étudiante humaniste).]

9La Biennale a été contestée en tant qu’institution culturelle liée à des intérêts socio-économiques précis, locaux (vénitiens), mais aussi nationaux et internationaux : marché, galeries et capital international, avec une importante participation américaine. Cela se précise aussi dans différentes interventions au cours des assemblées qui se sont tenues à l’Académie, et dans la participation des étudiants d’autres pays – particulièrement marquant, le groupe « projet pour un art révolutionnaire » du SDS2 de Berlin et le groupe HSK3 de l’Académie de Moscou.

10L’analyse de la Biennale est menée dans le contexte socio-économique vénitien : Venise, centre historique (sa condition tertiaire), le développement économique de Mestre-Marghera, et le rapport étroit avec les intérêts du capital de monopole vénitien (Ciga, Cini et groupe Volpi), uni au capital national et international.

11Donc, une analyse de classe précise.

12Donc, une opposition et une contestation de classe bien précise.

13Et en conséquence, de la part du mouvement étudiant, un choix idéologique et politique étroitement lié à la lutte de la classe ouvrière de Mestre-Marghera, en tant que la lutte ouvrière et paysanne est la lutte décisive contre l’État capitaliste, étroitement lié aux intérêts de la population vénitienne, complètement exclue des intérêts et des spéculations de la Biennale et sur la Biennale. La population vénitienne, dans les quartiers populaires de Cannaregio, de la Giudecca et du Castello – là où a lieu la Biennale – démontre une solidarité, un soutien et une compréhension pour la lutte contre la Biennale de ces « messieurs », à laquelle est affecté un argent introuvable pour installer et assainir des conditions de vie inacceptables dans ces mêmes quartiers populaires. Cette compréhension populaire fut aussi la conséquence d’un travail de distribution de tracts, qui avait été accompli à cette occasion : des prospectus d’information, d’explication et de commentaires étaient rédigés, polycopiés et distribués immédiatement, en masse et largement. Ici aussi, le comité et le mouvement étudiant témoignaient de leur remarquable maturité : la nécessité de l’information, du contact direct et du soutien de la population vénitienne, et la distribution de tracts contribuèrent à dépasser l’incertitude initiale du « Que veulent les étudiants ? ».

14Certains soutinrent l’absence physique du mouvement étudiant dans la lutte contre la Biennale, et la participation confuse, chaotique et catégorielle de certains intellectuels.

15Les faits constitutifs du mouvement étudiant à Venise sont :

  • l’occupation de l’Institut d’architecture, ces dernières années, par des étudiants. Différents documents en témoignent, publiés dans certains livres récemment imprimés. Le plus récent, celui de Rossana Rossanda, L’anno degli studenti4, contribua remarquablement à une analyse sérieuse et à des considérations sur le mouvement y compris à Venise ;
  • l’occupation, alternativement, de l’Institut de langues étrangères et de la Faculté d’économie et de commerce de l’Université Ca’Foscari ;
  • l’occupation de l’Académie des Beaux-Arts, d’abord partielle, puis totale, pendant plus de cent jours ;
  • différentes manifestations de protestation contre les violences de la police, Valle Giulia, Piazza Cavour et à Valdagno, manifestations auxquelles participèrent pour la première fois en masse les étudiants ;
  • un congrès réunissant ouvriers et étudiants, organisé par l’assemblée générale de l’Institut d’architecture, les 8 et 9 juin.

16Et aussi : lundi 17 juin, un jour avant le vernissage de la Biennale, une réunion du Conseil municipal. Le maire doit répondre aux revendications des dockers, longtemps ignorés. Il doit aussi répondre de l’état de siège où se trouve Venise, en raison de l’invasion de 5 800 représentants des forces authentiques du désordre (unité mobile de la police, bataillon Padoue et forces spéciales du ministère de l’Intérieur…), autant de forces disséminées entre pavillons de la Biennale, calli, portici, ponts, places, arrêts du vaporetto et clochers de la ville.

17Deux moments économico-culturels de la réalité vénitienne sont réunis dans la discussion du Conseil municipal : la condition des dockers et la Biennale. Dans le public, des dockers et des étudiants communiquent entre eux et établissent un rapport commun de lutte. Quatre jours plus tard, ils se retrouveront pour la grève des dockers et leur défilé (drapeaux rouges, chants révolutionnaires et mot d’ordre commun : « Un, deux, trois, Valdagno, ouvriers et étudiants, culture de classe ») jusqu’à l’Académie occupée et à la zone portuaire, et ils organiseront des piquets de grève avec les étudiants devant l’Académie pour prévenir les provocations fascistes.

18La salle du Conseil municipal explose : le camarade Gianquinto annonce qu’une formation de l’unité mobile a occupé l’entrée de la mairie, une provocation ouverte dans un climat d’intimidation, les autorités vénitiennes et centrales voulant investir toute la ville.

19La technique retardataire et bureaucratique du maire, qui ne veut pas affronter les problèmes, apparaît clairement non comme un embarras, mais comme un choix. Et en tant que tel, comme une attitude provocatrice à l’égard des problèmes du port et de la Biennale.

20La réaction du public, des dockers et des étudiants unis, est immédiate. La séance est interrompue et suspendue, et le chant Bandiera rossa accompagne la sortie du Conseil et des conseillers de la majorité.

21La question du port de Venise et celle de la Biennale éclatent au conseil municipal, de manière unitaire, en démontrant concrètement la base et le lien commun de lutte.

22À Venise, des groupes du mouvement étudiant arrivent alors en provenance de différentes villes italiennes et étrangères : de Paris (de la Sorbonne), de Berlin (SDS, Université libre et Institut de cinéma expérimental), et de Munich (Académie et Université).

  • 5 [Partito socialista italiano di unità proletaria, Parti socialiste italien d’unité prolétaire.]

23Chaque groupe, avec des positions idéologiques et des expériences différentes et variées. Il y eut d’abord une confusion certaine : les différentes positions et les différentes expériences tendaient à la polémique et se superposaient soit entre elles, soit à la situation vénitienne. Mais lentement, les différences s’unissaient pratiquement, sans contrainte ni instrumentalisation – la présence continue et la participation des fédérations vénitiennes du PCI et du PSIUP5 ont été exemplaires à cet égard –, mais pour l’évidence pratique, consciemment reconnue.

  • 6 [Référence aux affrontements entre la police et les étudiants, à Rome, en 1968.]

24Et comme certains comprirent que la Piazza San Marco ne pouvait pas répéter Valle Giulia6, parce que sans automobiles, sans arbres et sans pavés, mais avec des tables et des sièges, les étudiants allemands du SDS, surpris et effrayés par la brutalité et l’agressivité de la police – eux, habitués, à l’exception de certains cas violents, à une police avec laquelle il est possible de discuter, d’ironiser et de polémiquer face à face – apprirent directement une partie de la réalité politique italienne ; d’autres encore comprirent l’impossibilité d’occuper matériellement les jardins où a lieu la Biennale, compte tenu de la topographie de la zone – le comité vénitien parla toujours et seulement de boycott –, et plus encore des pavillons, en raison du contrôle policier (cinq contrôles successifs lors du vernissage à l’entrée) et du comportement incertain des exposants italiens, mais aussi de l’incompréhension manifeste des commissaires des pavillons des pays socialistes pour la lutte des étudiants, et bien entendu de l’incompréhension des pays capitalistes, à l’exception de la Suède et de trois exposants du pavillon français, et enfin parce que la Biennale était occupée depuis des jours par la police en force et sur le pied de guerre.

25Après un premier moment de confusion dans les prises de position et dans les décisions, le mouvement s’unifia sur la Biennale et la participation à la grève des dockers.

26Mais toujours en laissant ouverte l’analyse et la discussion à approfondir nécessairement sur la culture d’aujourd’hui, sur son rapport avec la lutte des classes, sur la possibilité, les modes et les limites du travail à l’intérieur même des institutions existantes, ou de leur échec et de la création de nouvelles structures, toujours dans la perspective de la lutte de la classe ouvrière et paysanne, nécessairement unie et coordonnée avec la lutte des intellectuels et des différents mouvements étudiants qui, au cours de ces derniers mois principalement, en Allemagne, en France et en Italie, ont violemment secoué les structures et les superstructures capitalistes.

27À chaque secousse dans le Quartier Latin, à Paris, Valle Giulia, à Valdagno et à Venise, l’État bourgeois répond toujours par la violence de la police, contre les ouvriers et contre les étudiants, contre les usines et contre les universités, comme preuve que la cible est justement au centre : le système capitaliste dans sa globalité.

28Alors, une autre conséquence importante de la lutte que le mouvement étudiant mène contre la Biennale : la culture, où est-elle ? Avec qui se fait-elle ? Comment se rapporte-t-elle à la lutte des classes actuelle ? Qu’est-ce que c’est ?

29Et ici, la discussion est vraiment ouverte et doit être abordée de manière responsable dans les nouveaux contextes politiques qui ont émergé, au cours de ces derniers mois de lutte, sur le plan international, en France, en Allemagne, comme en Italie.

30C’est une discussion politique, et non simplement marginale, qui doit être finalement affrontée au niveau de la direction politique des partis de la gauche européenne, et par nous au niveau de la direction du PCI et du PSIUP.

31Non pour une nouvelle ligne officielle, mais pour dépasser politiquement et correctement la discordance entre culture et politique, et le concept usé d’« engagement » populiste, et pour voir et répondre à ceux qui estiment que toute expression ou tout produit artistique peut être intégré et absorbé par le système – une question dont l’analyse et l’intérêt sociologique américain ont montré les limites avec la soi-disant intégration de la classe ouvrière, donc sa passivité ou pire, sa complicité, des limites que les récentes manifestations de lutte révolutionnaire de la classe ouvrière en France et en Italie ont fait voler en éclats –, à ceux qui justifient leur aisance et les intérêts du marché et de leur classe, qui invitent donc à la crypto-esthétique et qui raillent l’engagement dans la lutte sociale et culturelle, tout en continuant de vivre à l’ombre du dollar. Pour analyser l’évolution des langages artistiques et le développement technique non de manière abstraite, en soi, mais par rapport aux nécessités et aux possibilités d’expression, d’intervention et de décision dans la lutte pour la libération des peuples contre l’impérialisme, le capitalisme et le néo-colonialisme de l’Amérique du Nord et de ses complices, en ayant toujours à l’esprit le génocide culturel et politique des États-Unis dans différents pays. Pour dépasser notre « timidité » et notre « vide » culturel, résultant d’une élaboration idéologique marxiste difficile ou manquée sur les problèmes de la culture. Aujourd’hui plus que jamais, ce qu’il faut développer, contre ces entraves, c’est l’imagination et l’invention artistique, en lien avec les luttes de classe internationales, à la recherche d’espaces, de dimensions et de sentiments pour l’homme nouveau, de la société communiste, et dans la nouvelle mentalité révolutionnaire.

32Date : 1968.

33Sources : tapuscrit (ALN) ; SeC, p. 234-238.

Notes

1 [À partir du 7 juin 1968.]

2 [Sozialistischer Deutscher Studentenbund, Union des étudiants socialistes allemands.]

3 [Nono se réfère sans doute au HSU (Humanistische Studentunion, Union étudiante humaniste).]

4 [Rossanda (Rossana), L’anno degli studenti, Bari, De Donato, 1968.]

5 [Partito socialista italiano di unità proletaria, Parti socialiste italien d’unité prolétaire.]

6 [Référence aux affrontements entre la police et les étudiants, à Rome, en 1968.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search