Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Intervention contre la guerre du Viêt-nam]

Texte intégral

1Citoyens, amis, camarades,

  • 1 [Publié en italien dans La città futura, 1965, n° 14. Cf. Nono (Luigi), A floresta é jovem e cheja (...)

2Je vous lis quelques extraits particulièrement significatifs d’un appel du comité américain pour l’arrêt de la guerre au Viêt-nam1 :

3« L’Amérique est en guerre. »

4Au-delà des reportages journalistiques, des statistiques de recrutement et des mots du président américain, il y a des Vietnamiens morts et brûlés par les flammes. Les nombreux discours du président et de ses conseillers ne peuvent changer le fait que nombre de Vietnamiens morts et défigurés ont été tués par des Américains, et que des milliers d’entre eux sont morts en combattant contre les Américains pour le droit de former librement leur société.

5« L’Amérique a peur. »

6Comme elle a craint, pendant une centaine d’années, de donner le droit de vote aux Noirs, elle a peur de le donner aujourd’hui aux Sud-Vietnamiens. La patrie de la révolution américaine craint que les peuples libérés puissent formuler des demandes qui rendront nécessaires des changements sociaux. Elle craint que les peuples libérés demandent un jour vie, liberté et bonheur. Elle craint que la liberté réelle signifie des changements réels. L’Amérique bombarde.

7« Bombarde, brûle et torture. »

  • 2 [Cette phrase est une citation littérale de l’Appel mentionné.]

8Ni le cri d’un enfant orphelin ni la douleur d’une mère privée de ses fils ne perturbe l’administration actuelle. Son monde est un monde où les mensonges deviennent vérité, où la guerre est liberté, où la douleur est paix, et où l’assassinat est honneur2. Et la logique tordue de la position américaine garantit un cycle permanent de tueries, de bombardements et de tortures.

9Face à cette guerre, notre silence est approbation.

10Notre inaction est consensus : la guerre continue en notre nom.

11Le monde et l’humanité attendent.

12C’est l’appel d’une dissidence américaine, qui forme une nouvelle conscience pour une nouvelle responsabilité active contre le gouvernement et la politique impérialiste des États-Unis.

13Dès 1950, les États-Unis intervenaient en apportant leur aide militaire aux colonialistes français engagés en Indochine.

14Intérêts économiques, caractéristiques du colonialisme : dans le New York Times du 12 février 1950, il est explicitement écrit : « Cela vaut la peine de risquer beaucoup pour l’Indochine. Au Nord, il y a l’étain, le tungstène, le zinc, le manganèse, le bois et le riz, qui peuvent être exportés ; et au Sud, il y a le riz, le caoutchouc, le thé, le poivre, le bétail et le cuir. L’Indochine et la Birmanie sont les réserves de riz de l’Asie du Sud-Est ».

15« En réalité, les Américains financent la guerre anticommuniste en Indochine, mais ils laissent aux Français et à leurs alliés indigènes le soin de fournir les hommes. » C’est ce qu’on lit dans la revue Nouvelles des États-Unis et du monde de janvier 1954.

16Mais, dans ce cas, aux nombreux motifs économiques et colonialistes se superposent des objectifs impérialistes précis : tenir le Viêt-nam comme avantposte en Asie, pour l’opposition au monde socialiste et aux mouvements de libération.

17Toujours dans le New York Times, mais le 5 février 1954, on affirme tranquillement : « Nous avons exercé une forte pression sur les Français pour qu’ils intensifient leur résistance contre les communistes en Indochine, au lieu de négocier avec eux ».

18Il n’y a rien de nouveau, bien sûr, en ce qui concerne la politique agressive, et non de coexistence pacifique, que les Américains mènent depuis quelque temps, tout comme il n’y a rien de surprenant dans le double refus opposé par les États-Unis à de possibles négociations de paix pour le Viêtnam, comme cela a été récemment révélé.

19Eisenhower écrit dans ses mémoires : « Je n’ai jamais discuté ou correspondu avec une personne bien informée sur la réalité de la situation indochinoise, et qui aurait reconnu que si des élections générales avaient lieu (élections prévues par les accords de Genève en 1956), 80 % de la population aurait sans doute voté pour Ho Chi Minh ».

20Voilà pourquoi l’Amérique a peur du vote des Sud-Vietnamiens.

21Voilà pourquoi l’Amérique bombarde, brûle et torture.

22Et c’est devant cette politique américaine que l’actuel gouvernement italien, de centre-gauche, s’incline, de plus en plus servilement, et la tête de plus en plus basse ! Et c’est pour cette politique d’agression ouverte, pour laquelle le gouvernement italien manifeste compréhension, et donc complicité, au point même de compter parmi les pays d’Europe les plus réactionnaires (avec l’Espagne, le Portugal et la Grèce), dans leur vote contre la Chine, à l’Onu.

23En 1956, le futur président des nouvelles frontières, de ces frontières qui divisaient, au dix-septième parallèle, la république populaire du Nord-Viêt-nam et le Sud-Viêt-nam, Kennedy affirmait : « Si nous ne sommes pas les parents du petit Viêt-nam, nous en sommes cependant les parrains. Nous avons assisté à sa naissance, nous l’avons aidé à vivre et nous avons contribué à donner forme à son futur ».

24La forme à laquelle les Américains ont tant contribué et contribuent encore de manière criminelle, tout le monde la connaît : un pays détruit par les bombardements et brûlé par le napalm et par les gaz toxiques.

  • 3 [Voir La storia di Nguyen Van Troi nel racconto della giovane vedova Phan Thi Quyen, raccolto e re (...)

25C’est ce pays que Nguyen Van Troy voulait encore une fois pouvoir regarder, avant d’être assassiné à Saigon, sur ordre de Washington, le 15 octobre 19643.

26« Laissez-moi regarder encore ma terre », dit-il, en retirant le bandeau de ses yeux.

27Nguyen Van Troy : ouvrier électricien, vingt ans, accusé d’avoir miné le pont sur lequel aurait dû passer le secrétaire américain à la Défense, McNamara.

28« Ce sont les Américains qui ont attaqué notre pays et dont les avions et les bombes massacrent notre peuple. C’est McNamara qui a préparé un plan de conquête de notre patrie. Je voulais supprimer McNamara qui est la cause de tous ces crimes commis dans mon pays. » Au dernier instant de sa vie, Nguyen Van Troy manifeste ainsi la conscience tranquille et résolue qui illumine l’action révolutionnaire ; et d’accusé, il se transforme en accusateur, comme cela se produit dès que le capitalisme, sous ses différentes formes, tente de s’ériger en juge de ceux qui luttent pour un monde libéré de l’exploitation et de l’oppression.

29Van Troy, assassiné par l’impérialisme, comme huit ouvriers à Reggio Emilia, comme les Rosenberg, comme Beloyannis, comme Grimau, comme Lumumba. Et comme Julius Fučík parlant à sa compagne et à nous tous : « Mes camarades ne te laisseront jamais seule. Tu as pu le constater en prison. Il n’y a pas que moi : des milliers de nos camarades ont tout supporté, souffrances et tortures, et ont continué à suivre la voie de la révolution. Vois-tu combien de gens il y a dans les rues ? Il y a des gens qui ne se limitent pas à un sourire quotidien. Il y a des gens qui participent à la révolution, chacun avec une tâche. Beaucoup ont perdu un mari, un fils, une femme ou un frère. Fais comme eux. Fais en sorte de pouvoir participer à l’action. Fais en sorte qu’ils te confient une tâche, la distribution d’un tract ou la diffusion d’une bonne nouvelle ».

30Quel marine américain dont, au dire des journalistes américains eux-mêmes, les méthodes au Viêt-nam dépassent celles des SS, et quel « conseiller » américain qui, au Venezuela, au Pérou, au Guatemala, à Formose et ailleurs, agit contre les mouvements de libération et soutient des régimes féodaux et d’exploitation capitaliste, lequel d’entre eux donc peut contribuer à développer de cette manière la conscience humaine et civile de sa propre femme ?

31Au Venezuela, des partisans retiennent prisonnier un colonel américain : sa vie contre celle de Van Troy – les Américains acceptent, mais, le colonel libéré, assassinent Van Troy.

32Que signifie cet acte de solidarité pratique au Venezuela ?

33Un Vietnamien l’explique simplement à la compagne de Van Troy : « Dans le monde entier, on lutte contre les Américains. Le Venezuela est proche des États-Unis et là-bas, ils sont exploités encore plus durement. C’est un pays qui a beaucoup de pétrole, un pétrole sur lequel les Américains ont fait main basse. Le peuple résiste. Il y a la guérilla et un front de libération comme au Viêt-nam du Sud. Si ton mari avait réussi à abattre McNamara, tout le Venezuela aurait été satisfait, parce que c’est le même genre de brigand qui envahit le pays et qui fait prisonnier et massacre les gens, comme au Viêtnam du Sud. Voilà pourquoi les Vénézuéliens ont pensé à ton mari. Bien sûr, ils ont aussi beaucoup de prisonniers et beaucoup de condamnés qui attendent dans les couloirs de la mort. Mais les partisans vénézuéliens ont donné la priorité à ton mari et au Viêt-nam. Ce sont aussi les fruits de la solidarité internationale. La lutte à laquelle Van Troy participe se déroule non seulement à Saigon, au Viêt-nam, mais partout ailleurs dans le monde ».

34Le capitalisme et l’impérialisme agressent aujourd’hui comme hier où ils peuvent et comme ils peuvent, selon une conception douteuse de la coexistence, et grâce au chantage atomique.

35L’agression n’est pas seulement contre le Viêt-nam, mais contre le monde socialiste et contre les mouvements de libération nationaux.

36Napalm au Viêt-nam, comme au Pérou.

  • 4 [Ajout manuscrit, mais non de la main de Nono : « Du secteur électronique d’Olivetti, de Riv (une (...)

37Des assassinats et des tortures à Saint-Domingue comme en Angola, au Congo, au Venezuela, au Portugal ou en Espagne, mais aussi des interventions économiques américaines avec la bienveillance des gouvernements complices – un nouvel exemple, le passage au capital américain de l’Ansaldo San Giorgio de Gênes4, et les conséquences directes essentiellement contre la classe ouvrière : licenciements, intimidations et discriminations, comme il s’en produit sans cesse en Italie sous l’échec actuel et apparent du gouvernement de centre-gauche.

38L’acte de solidarité pratique des Vénézuéliens pour l’ouvrier électricien vietnamien rappelle la nécessité de la solidarité concrète dans le principe de l’internationalisme ouvrier.

39Il nous rappelle aussi la nécessité d’une capacité analytique, théorique et pratique vraiment d’avant-garde, de la part des partis qui sont à l’avant-garde de la classe ouvrière.

  • 5 [Id : « Par les forces sociales qui sont ses alliés ».]

40Conscients, surtout dans les moments de doute et d’incertitude, de l’élan continuel qui nous vient, à nous tous, de l’enseignement de la grande révolution bolchevique de 1917 et de la glorieuse révolution chinoise ; conscients que nous nous solidarisons vraiment avec le Viêt-nam dans la mesure où nous intervenons, dans notre situation, pour la transformation radicale de la société italienne, rapportée à la situation de la lutte internationale ; conscients enfin et convaincus que cette transformation ne peut se produire que par la conquête du pouvoir par la classe ouvrière5. Le Viêt-nam est vraiment partout aujourd’hui, dans chacune de nos usines, dans notre étude et dans chaque moment de notre détermination.

  • 6 [Id. : « À décider de son destin socialiste ».]
  • 7 [Id. : « Et de la reprise et de l’accomplissement de notre résistance, pour un monde nouveau ».]

41La conquête de la paix pour le Viêt-nam et son droit6 doivent être une nouvelle conquête de tout le mouvement ouvrier et anti-impérialiste, et pour tout ce mouvement, sur la voie ouverte par l’Octobre rouge, par la Longue Marche et par la Sierra Maestra7.

42Date : 1966.

43Sources : tapuscrit (ALN) ; SeC, p. 216-220.

Notes

1 [Publié en italien dans La città futura, 1965, n° 14. Cf. Nono (Luigi), A floresta é jovem e cheja de vida, sous la direction de Maurizio Pisati et Veniero Rizzardi, Milan, Ricordi, 1998, p. L.]

2 [Cette phrase est une citation littérale de l’Appel mentionné.]

3 [Voir La storia di Nguyen Van Troi nel racconto della giovane vedova Phan Thi Quyen, raccolto e redatto da Tran Dind Van, PCI de Reggio Emilia, 1965, d’où sont extraits des textes d’A floresta é jovem e cheja de vida. Dans la bibliothèque de Nono, figurent notamment, de Ho Chi Minh, Socialismo e nazione (Rome, Editori Riuniti, 1968), Scritti, lettere, discorsi (Milan, Feltrinelli, 1968) et, annoté, Diario dal carcere (Milan, Garzanti, 1972), dont Nono connaissait aussi l’édition française de 1965 (sous le titre Carnet de prison).]

4 [Ajout manuscrit, mais non de la main de Nono : « Du secteur électronique d’Olivetti, de Riv (une société mixte, américaine et suédoise) et les négociations pour le passage de Fiat à General Motors ».]

5 [Id : « Par les forces sociales qui sont ses alliés ».]

6 [Id. : « À décider de son destin socialiste ».]

7 [Id. : « Et de la reprise et de l’accomplissement de notre résistance, pour un monde nouveau ».]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search