Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Ne pas désirer la critique des autres

Texte intégral

1Cher Directeur,

  • 1 [Cf. La rassegna musicale, antologia, sous la direction de Luigi Pestalozza, Milan, Feltrinelli, 1 (...)

2Massimo Mila, à propos de l’introduction de Luigi Pestalozza à l’anthologie de La rassegna musicale publiée par Feltrinelli1 (voir L’espresso, du 3 juillet, « Un livre de maître pour la musique italienne »), semble vouloir se mettre à l’abri en ravivant une authentique courtine de fer par rapport à la critique marxiste.

3Et avec un absolutisme de théologien médiéval, il la condamne en la jugeant « entièrement et absolument fausse ».

  • 2 [Le paragraphe : « Des affirmations, et non des argumentations » n’apparaît pas dans L’espresso. C (...)

4Des affirmations, et non des argumentations, qui ne seraient pas étonnantes sous la plume d’oie d’autres critiques musicaux, comme ceux, fameux, du Messaggero et du Tempo, mais qui surprennent vraiment si l’on connaît Massimo Mila2.

5Courtine de fer pour un aveuglement historique ?

6Pour quelles raisons, aujourd’hui encore, ne veut-on ni admettre ni reconnaître – et donc surtout pas discuter ! – cette pensée et cette méthode analytique, critique et historique, qui structure notre époque, que Croce le veuille ou non ? Ou s’agit-il d’une curieuse irritation de voir ainsi contestés des musiciens encore reconnus comme des « pères mythiques de la patrie », des faits et des épisodes déjà consignés dans l’histoire, et auxquels Mila et d’autres de sa génération ont participé ou qu’ils ont vécus – d’une irritation de voir ces musiciens, ces faits et ces épisodes non seulement contestés, mais évalués et encadrés d’une manière nouvelle, avec une nouvelle méthodologie et de nouvelles argumentations, dans une autre perspective ?

7Mais l’importance novatrice de l’introduction de Pestalozza résulte, à mon avis, de cette nouvelle ouverture d’étude, de propositions de travail, d’indications et d’évaluations libérées des schémas usés.

8Et vouloir s’arrêter sur des phrases ou des épisodes isolés, sur des souvenirs vécus ou aimés, et sur des oppositions artificielles, c’est faire tort non à l’intelligence de Pestalozza, mais à la sienne.

9Je vous remercie de m’accueillir dans votre hebdomadaire.

10Date : 1er juillet 1966 (Milan).

11Sources : « Non desiderare la critica d’altri », tapuscrit (FPS) ; L’espresso, 17 juillet 1966, n° 29, p. 2 ; SeC, p. 194-195.

Notes

1 [Cf. La rassegna musicale, antologia, sous la direction de Luigi Pestalozza, Milan, Feltrinelli, 1956.]

2 [Le paragraphe : « Des affirmations, et non des argumentations » n’apparaît pas dans L’espresso. Cette intervention de la rédaction incita Nono à écrire, le 16 juillet 1966, une lettre de protestation à Eugenio Scalfari.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search