Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Un « Regio » moderne1

Texte intégral

  • 1 [Le texte de Nono était précédé de l’introduction suivante de la rédaction : « Sur le débat en cou (...)

1Pouvoir construire ex novo, et donc ne pas se contenter d’adapter ou de moderniser un théâtre déjà existant, représente, aussi bien en tant que projet que dans la correspondance possible avec de nouveaux critères architecture-culturels et sociaux, une occasion merveilleuse, susceptible de devenir un exemple important pour toute notre action culturelle.

2On ne peut pas penser ce théâtre dans une forme traditionnelle, en ce qui concerne la scène et la disposition du public, et on ne peut pas le limiter à des représentations d’opéras ou à des concerts occasionnels. Un espace architectural continuellement transformable et définissable dans ses finalités multiples est aujourd’hui nécessaire : pour des opéras traditionnels, pour de nouveaux opéras, pour des concerts, y compris ceux de musique électronique où différents haut-parleurs sont nécessaires, disposés en des points préétablis de la salle, mais aussi pour des réunions et des expositions : un véritable espace pour la culture opérant de manière moderne et selon une idée, une conception et une réalisation nouvelles, même dans ses rapports au passé.

3Du point de vue technique, des installations électroniques sont aujourd’hui nécessaires pour les lumières, la transformation de la scène et de la salle, la diffusion et l’amplification sonores – une revue allemande, Bühnentechnische Rundschau de Berlin, donne régulièrement des informations sur ces nouveaux moyens déjà utilisés dans différents théâtres du monde. Pour la scène, on trouve un exemple intelligent à Trieste, dans le nouveau Teatro sloveno qui a, naturellement, un plateau tournant et qui possède aussi des installations pour des projections de canevas et de matériaux visuels dans tout le théâtre-espace, et donc pas seulement sur la scène.

4Pour le public, ce n’est ni le lieu ni le moment de parler ou de penser aux loges et autres subdivisions qui, d’un point de vue technico-réceptif, sont tout sauf heureuses – acoustiquement et visuellement, la perception, dans une loge latérale, est mauvaise : on ne perçoit qu’une partie de ce qui se passe sur scène : mais il est clair qu’on doit penser à un espace ayant la possibilité de disposer autrement le public, selon la représentation, parce qu’il n’est absolument pas d’actualité d’avoir un espace avec un foyer visuel et sonore unique et centralisé, comme c’était le cas des opéras traditionnels, où le rapport public-représentation se posait en d’autres termes.

  • 2 [Voir Polieri (Jacques), Scénographie nouvelle, Paris, Aujourd’hui, 1963.]

5Différents projets, différentes études et différentes réalisations affrontent depuis des années ce problème. Aux États-Unis, de nouveaux théâtres existent déjà, surtout dans les universités, où il est possible de représenter de nouveaux spectacles musicaux, théâtraux ou mixtes, et qui permettent aussi d’autres manifestations. La Fondation Ford a publié un livre avec huit projets pour un nouveau théâtre de huit architectes américains qui proposent différentes solutions pour le théâtre-espace-multiple d’aujourd’hui. En Tchécoslovaquie, on a déjà construit deux théâtres mobiles (public au centre et scène autour du public à 180°), tandis qu’à Prague, on publie la revue Acta Scænographica sur les problèmes actuels du théâtre, sur différents projets et différentes réalisations, et sur de nouvelles installations techniques, une revue dirigée par l’ingénieur Kouril, connu pour ses études théâtrales dans le monde entier. En France, depuis quelques années, Jacques Polieri2 réalise techniquement, et comme proposition théâtrale concrète, un théâtre spatial extrêmement intéressant. En Urss enfin, différents projets sont en cours de construction avec des théâtres-espaces nouveaux : circulaires et sphériques.

6En Italie, les chercheurs ne manquent pas dans ce domaine. Le professeur [Ernesto Nathan] Rogers de Milan organise un séminaire spécial pour ses élèves architectes sur le problème du nouveau théâtre d’aujourd’hui. Interpeller le professeur Rogers sur ce sujet, si cher aux Turinois, pourrait être extrêmement intéressant et sérieux. Et à Venise, à l’Institut d’architecture, pour les examens de licence ou comme étude-projet traitée en cours, les professeurs donnent comme thème : « Le théâtre d’aujourd’hui selon de nouvelles exigences culturelles, sociales et techniques » : le professeur Giuseppe Samonà et le professeur [Ludovico Barbiano di] Belgioioso sont les promoteurs de ces études.

7De ce panorama sommaire, il résulte qu’on a compris, aujourd’hui, dans différentes parties du monde, la nouvelle structure technique, sociale et culturelle de ce théâtre, distincte de celle du théâtre traditionnel. Et non seulement on l’étudie depuis un certain temps, mais dans certains pays, on en est déjà au stade de sa réalisation effective – parmi ces pays, il convient de ne pas oublier le Japon et la Pologne, extrêmement actifs dans ce domaine.

8Encore un point : si l’on doit envisager la construction d’un nouveau théâtre, la première chose à faire est d’interpeller ces architectes qui proposent différents projets, tout du moins en Italie, et qui se tiennent informés des projets et de ce que l’on construit dans les autres pays, en experts de la question théâtrale, considérée à la lumière des nouvelles exigences.

9En plus des architectes, des musiciens et des écrivains donnent vie à de nouvelles formes et conceptions du théâtre – Massimo Mila a récemment traité le sujet dans L’espresso. Il s’agit évidemment de conceptions qui bouleversent, dans leur réalisation, les schémas des théâtres traditionnels. Le théâtre est maintenant considéré comme un espace à utiliser autrement, dans différents lieux, et avec différentes scènes possibles (incluant des projections, des personnes et des instruments, partout), pour une conception visuelle et sonore, multiple et polyvalente. Non plus la progression arithmétique dans le développement d’une histoire ou d’une situation, mais son amplification dans la simultanéité de l’écoute, de l’action et de la perception.

10En Italie, un nouveau théâtre musical est né, naturellement limité et comprimé par la forme du théâtre existant ; mais il se développe comme conception et certainement comme réalisation nécessaire. Un hangar ou une place, en simplifiant au maximum, peuvent donner une idée de l’espace vide et disponible. Quant au théâtre musical, cette nouvelle conception se développe, et Manzoni, Fellegara, Clementi, Maderna, Liberovici et moi-même, parmi d’autres noms, travaillons dans cette direction. Le metteur en scène Squarzina en est conscient, comme Puecher.

11Au Teatro Stabile de Gênes, le jeune metteur en scène Quartucci a récemment réalisé un travail théâtral sur le texte d’un dramaturge polonais, en développant une conception tout à fait nouvelle. On pense aussi au Living Theatre, actuellement à Rome, et à sa manière de travailler : la scène ne se limite plus à la scène normale, mais inclut tout le théâtre.

12Ces exemples témoignent d’une autre conception du théâtre et donc de la nécessité d’un autre espace théâtral pour notre temps.

13Des considérations hâtives et qui doivent évidemment être élargies et enrichies, surtout si l’on pense construire un nouveau théâtre. Construire un théâtre aujourd’hui signifie et ne peut pas avoir d’autre signification que construire un espace civil pour réunir un public d’aujourd’hui et de demain – il est donc indispensable de se projeter dans le futur – et faire participer cet espace à la vie actuelle et future, une vie donnée, choisie et représentée par des projections, des contenus, des thèmes et des possibilités techniques d’aujourd’hui et de demain, de manière multiforme et ouverte à l’imagination humaine, dans son existence variée. Le passé s’éclairera ainsi sous un nouveau jour, s’il est libéré d’une répétition paresseuse et commode de ses représentations. Et il sera davantage étudié, interprété et vécu dans la réalité technique, imaginative et humaine d’aujourd’hui et dans sa projection dans le futur. Un nouveau théâtre, pour notre vie, qui ne se limite pas à notre présence, mais se projette dans le futur.

14Date : 1965.

15Source : « Un “Regio” moderno », in L’unità, 30 mai 1965 – note adressée à la présidence de l’Arci de Turin sur le débat pour la reconstruction du Teatro Regio.

Notes

1 [Le texte de Nono était précédé de l’introduction suivante de la rédaction : « Sur le débat en cours pour la reconstruction du Teatro Regio, nous sommes heureux de publier quelques notes mémorandums envoyées par le célèbre compositeur Luigi Nono à la présidence de l’Arci turinois, qui s’est fait le promoteur d’une rencontre entre hommes de culture, avec une référence spécifique aux spécialistes du théâtre et de la musique ».]

2 [Voir Polieri (Jacques), Scénographie nouvelle, Paris, Aujourd’hui, 1963.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search