Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Musica stricta

Texte intégral

1Les œuvres du groupe de jeunes compositeurs auquel appartient Volkonski sont présentées dans les salles de concert et les théâtres, toujours avec quelques difficultés, en raison d’une critique bureaucratique et administrative, dont l’influence n’est plus si déterminante.

2Chez ces jeunes musiciens, à l’intérieur du matériau sonore, le lien à la tradition symphonique et concertante est renouvelé (chromatisme et dépassement, en conséquence, de l’opposition entre consonance et dissonance) ; ils se tournent vers Prokofiev, surtout le Prokofiev de la première période ; ils s’attachent à Scriabine ; ils prennent en considération l’invention personnelle du langage musical de Bartók, qui pénètre au sein de la structure intime du folklore et ne se base pas sur sa falsification ou sur son collage ; et ils étudient le dodécaphonisme et le sérialisme, avec un instinct et un intérêt conscient pour Schoenberg et Berg, plutôt que pour Webern.

  • 1 [Les deux paragraphes centraux de ce texte reprennent les deux premiers paragraphes de la réponse (...)

3Aucun d’eux n’est atteint de la maladie de la mise à jour. Chacun mène une recherche authentique, dictée par la nécessité de connaître objectivement les différents développements musicaux, mais aussi par l’urgence d’une participation originale et autonome, en tant que musicien, à la réalité soviétique, ainsi élargie, dans le dépassement de la formule schématique « pessimisme-optimisme », et pour une meilleure compréhension, une meilleure connaissance et une meilleure expression de la nouvelle complexité humaine, parfois dramatique et contradictoire. Musica stricta (fantasia ricercata), écrite par Volkonski en 1957, est en quatre parties : Andantino, Allegretto, Lento rubato et Allegro marcato1.

4L’œuvre témoigne d’une imagination constructive remarquable – dans l’Andantino, le matériau thématique initial do-ré-ré-la ♭ est sans cesse permuté, superposé et réinventé, loin de l’académisme wébernien toujours possible –, y compris dans le rapport entre le rythme et l’intervalle : ainsi, dans l’Allegretto, un souvenir de l’élément motorique de Prokofiev (quartolet insistant de doubles croches) acquiert une autre signification expressive, précisément adaptée à la structure intervallique, où cet élément rythmique se résoud.

5Date : 1964.

6Source : « Musica stricta », La Biennale de Venise, Programme pour le concert du 15 septembre 1964, p. 106.

Notes

1 [Les deux paragraphes centraux de ce texte reprennent les deux premiers paragraphes de la réponse à la cinquième question de « Voyage à travers la musique en Urss » – voir ci-dessus.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search