Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

L’expression musicale dans la société contemporaine

Texte intégral

11. Les moyens de communication et de reproduction modernes (radio, télévision, disques…) ont élargi le nombre de « consommateurs » de musique au point de permettre la pénétration d’œuvres musicales, anciennes, modernes et contemporaines, dans des zones éloignées des centres où la tradition culturelle est plus ancienne et plus intense.

2Ce phénomène historique a-t-il créé, dans le public (parallèlement à la plus grande diffusion de la connaissance musicale) un désir de nouvelles formes d’expression, en rapport avec les problèmes sociaux vers lesquels l’évolution industrielle et le progrès technique ont orienté et continuent d’orienter la société contemporaine ?

32. La constatation historique de l’existence d’une civilisation de masse s’est-elle reflétée dans la production musicale de notre siècle ? En d’autres termes : les artistes, et ici les musiciens, se sont-ils sentis engagés (dans la liberté de leurs choix expressifs) par l’élargissement potentiellement démesuré du nombre de leurs auditeurs ? Avec quels résultats ?

43. L’art, en tant que phénomène libre et inconscient de création, marque-t-il et marquera-t-il à l’avenir le détachement de l’individu de la société de masse ? Ou les artistes se posent-ils le problème de l’interprétation des besoins de plus en plus grands et « choraux » de la société de masse que l’industrialisation a partout créé dans le monde civilisé ?

5Leonardo Pinzauti

61. De nouveaux moyens de communication élargissent continuellement les possibilités de diffusion de la musique.

7Objectivement.

8Mais pour obtenir des auditeurs une plus grande exigence envers de nouvelles formes d’expression – mise à part toute autre considération sociologique et culturelle (l’origine de cette exigence tenant au processus novateur et complexe de la vie) –, il faut se demander aux mains de qui sont ces moyens – autrement dit, qui les manipule –, comment ils sont utilisés – autrement dit, quels sont leurs usages et leurs buts – et ce qu’on veut diffuser – autrement dit, de quelle façon on écoute, on limite ou on sollicite une nouvelle expression musicale.

9Alors on éclaire l’origine de la différence entre d’importantes possibilités techniques, dans l’application réciproque d’une invention créatrice et d’une diffusion, mais aussi l’intention et le programme auxquels cette possibilité reste assujettie et auxquels nous la limitons trop souvent.

10À une utilisation limitée, parfois déformée ou non fonctionnelle des nouvelles techniques, s’ajoutent des raisons de choix culturels dans la société actuelle, des raisons de classes.

11Un exemple : la télévision est sans aucun doute un facteur de progrès, dans la mesure où elle reflète une conquête technique.

12Elle l’est potentiellement en ce qu’elle diffuse l’information politique et culturelle, même si son utilisation effective témoigne du degré de progrès ou d’hypnose.

13En ce qui concerne la musique, introduire, à travers la télévision, des théâtres d’opéras, des salles de concerts ou des introductions analytiques dans les maisons est une vulgarisation utile, surtout pour élargir la « consommation », là où cette consommation est impossible.

14Et la télévision peut avoir une grande fonction sociale et technico-inventive.

15Mais elle n’entame pas le moins du monde la condition effective et le maintien des privilèges par la participation à des faits culturels.

16Il est vrai qu’elle transmet opéras ou concerts, mais elle en déforme visuellement et acoustiquement l’exécution. C’est pire qu’une reproduction phonographique.

17C’est un pis-aller, utile à la « consommation », mais qui élude le fait que la masse ou la collectivité entendent prendre part, directement et non marginalement, à la vie culturelle.

18(Questions de structures sociales.) Mais les possibilités d’élaboration visuelle et acoustique de la télévision offrent la possibilité d’inventer un nouveau type de spectacle, encore à découvrir et à inventer, fonctionnel, utilisant les moyens à sa disposition et répondant aux exigences expressives d’aujourd’hui.

19(Les seuls moments de nouveauté visuelle, on les trouve de temps en temps dans certains spots publicitaires sur le deuxième canal de la télévision.) Mais on continue à ignorer cette possibilité et cette exigence.

20En imposant ainsi aux téléspectateurs les programmes actuels, je ne crois pas qu’il soit possible de susciter en eux l’exigence de nouvelles formes d’expression.

21Selon moi, s’ils les ressentent réellement, elles sont engourdies ou faussées.

22Et les « œuvres » commandées et retransmises par la TV illustrent ces régressions.

23Les moyens existent.

24L’exigence, l’espérance ou même le doute pour des formes nouvelles demeurent.

25Mais, comme dans le cas de la télévision, c’est précisément la structure d’organisation qui devrait les solliciter et les réaliser, pour conclure.

262. Avant tout : civilisation de masse ou collectivité ?

27« Société massifiée du néo-capitalisme ou société collectiviste du socialisme » ?

28Pour ne pas me limiter à la formulation de la question, qui généralise selon moi des principes et des concepts de la sociologie politique américaine, comme s’ils étaient les seuls, il est nécessaire d’éclairer cette distinction. À ce propos, je renvoie à l’intervention-précision de Luigi Pestalozza dans le n° 1 de Rinascita de cette année.

  • 1 [Allusion à Sartre (Jean-Paul), Che cos’è la letteratura ? (1948), Milan, Il saggiatore, 1960 (exe (...)

29Pourquoi écrit-on ? Pour qui écrit-on1 ?

30Questions ouvertes, dont les réponses attendent une vérification effective dans la réalité.

31Qui crée ou invente, malgré et au-delà de toute position et de tout programme, qui concentre et qui réalise, à ce moment précis, sa propre condition : dans l’isolement ou non ?

32Qui participe et qui méprise de manière aristocratique ? Jusqu’où s’immerger dans l’histoire ? À quelle violence se heurte-t-on ? Ou s’intègre-t-on doucement ?

33Les réponses se fondent aussi sur des choix précis.

34Mais dans la médiation entre création musicale et auditeur, des rapports complexes interviennent.

35Qui se trouve dans la condition de l’auditeur ?

36S’il y a, d’une part, l’organisateur et le programmateur de la diffusion, de l’autre, la condition psychophysique nécessaire ou non à l’écoute ne doit pas être négligée.

37Encore une structure sociale ?

38Bien sûr.

39Maïakovski répond au primitif : « Les ouvriers et les paysans n’y comprennent rien » :

L’art soviétique et prolétaire authentique doit être compris par les masses. « Oui ou non ? »

Oui et non.

  • 2 [Maïakovski (Vladimir), « Gli operai e i contadini non vi comprendono », in Opere, vol. IV, Cassin (...)

Oui, mais avec le correctif du temps et de la propagande. L’art ne naît pas art de masse, il le devient à la suite d’une somme d’efforts : analyse critique, pour déterminer si son utilité est permanente et effective ; diffusion organisée de l’appareil du Parti et du gouvernement, dans le cas où cette utilité est démontrée ; rapidité dans la diffusion du livre auprès des masses ; correspondance entre la question soulevée dans le livre et son degré de maturation dans les masses. Plus un livre est bon, plus il traverse les événements2.

  • 3 [Phrase reprise, avec des modifications minimes, de « Musique et Resistenza ». Voir ci-dessus.]

40L’engagement à élargir le nombre des auditeurs, le musicien le résout non en miroir concave ou convexe, mais de manière originale et autonome, par ses études, ses recherches et ses expériences, et par son imagination inventive, en dialectisant ses deux éléments, les idées et les moyens technico-linguistiques, tous deux dans leurs exigences et leurs propriétés particulières3 ; dans la prise de conscience responsable du conflit historique de son temps.

41Il est clair que le conflit historique fondamental de notre époque est caractérisé par la révolution socialiste qui se répand dans le monde.

  • 4 [Allusion à la pièce d’Ernst Toller Masse – Mensch, Potsdam, Kiepenheuer, 1921 ; traduction frança (...)

423. Encore l’opposition « homme-masse4 » comme chez Toller ?

43Ou encore la mise à l’écart de la création individuelle par la « choralité » ? Indépendamment de ce que j’ai dit ci-dessus, la musique est actuellement maintenue à l’écart, en raison de l’absence de toute base culturelle dans l’éducation.

44Du moins, chez nous.

45(Question de l’enseignement de la musique dans les écoles.) Autre type de mise à l’écart, conditionnée par la partialité.

46Mise à l’écart de qui ? De la totalité ? Ou d’une partie de la société qui peut ou ne peut pas atteindre à l’universel ?

47L’analyse me semble facile.

48On veut toujours distinguer et non confondre de manière douteuse.

49En ce qui me concerne, et malgré les types d’organisations qui existent aujourd’hui, différentes possibilités de mises à l’écart ne pèsent pas sur mon travail.

50Pendant les répétitions d’Intolleranza 1960 à La Fenice, à l’occasion du Festival de la Biennale, en 1961, les figurants-travailleurs, les ouvriers de l’arsenal et les chômeurs non seulement me témoignèrent leur solidarité, mais participèrent aussi à la réalisation de l’œuvre, avec enthousiasme, « parce que, disait-ils, nous ne jouons pas sur scène, mais nous y vivons notre vie », à tel point que, le soir de la première, pendant l’entracte, ils étaient prêts et résolus à intervenir, au sein du public, contre ceux qui manifestaient avec insistance leur opposition.

51Je pense que le thème de l’engagement social, ou « choral », connaît actuellement un renouvellement et touche aussi ceux qui l’ignorent, a priori ou non.

52Il s’agit encore de travailler activement et d’opérer des choix, et non de subir ou de s’intégrer : l’industrialisation est une condition objective de développement, mais elle annonce aussi une autre société que celle dans laquelle nous vivons.

  • 5 [Les derniers paragraphes – depuis : « En ce qui me concerne, et malgré le type d’organisations ex (...)

53Une société où l’industrie ne sera pas l’ennemi de l’homme, mais son instrument5.

54Date : 1964.

55Sources : « L’espressione musicale nella società contemporanea », tapuscrit (ALN) ; Civiltà delle macchine, 1964, n° 2, p. 60-62 ; SeC, p. 158-162 – réponses au questionnaire de Leonardo Pinzauti.

Notes

1 [Allusion à Sartre (Jean-Paul), Che cos’è la letteratura ? (1948), Milan, Il saggiatore, 1960 (exemplaire annoté à l’ALN) ; texte original, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio/Essais », 1985.]

2 [Maïakovski (Vladimir), « Gli operai e i contadini non vi comprendono », in Opere, vol. IV, Cassino, Editori Riuniti, 1943, p. 869-874 : 870.]

3 [Phrase reprise, avec des modifications minimes, de « Musique et Resistenza ». Voir ci-dessus.]

4 [Allusion à la pièce d’Ernst Toller Masse – Mensch, Potsdam, Kiepenheuer, 1921 ; traduction française, sous le titre L’Homme et la Masse, in Pièces écrites au pénitencier, Chambéry, Éditions Comp’act, 2002.]

5 [Les derniers paragraphes – depuis : « En ce qui me concerne, et malgré le type d’organisations existantes, différentes possibilités de détachement ne pèsent pas sur mon travail » – ne figurent pas dans le texte imprimé.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search