Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Simplicius Simplicissimus et Concerto funèbre [de Karl Amadeus Hartmann]

Texte intégral

  • 1 [Hartmann (Karl Amadeus), Simplicius Simplicissimus (1934-1935), Mayence, Schott, Klavierauszug, 1 (...)
  • 2 [Hartmann (Karl Amadeus), Concerto funèbre (1939), Mayence, Schott, 1959, n° 5002.]

1Dans la production de Karl Amadeus Hartmann, il y a essentiellement deux moments, parmi d’autres, qui illuminent sans la moindre équivoque l’urgence de sa musique : la scène finale de Simplicius Simplicissimus – depuis : « Ceux-là sont une lourde charge pour les racines », jusqu’au Volkslied des paysans : « La même loi pour tous, voilà ce que nous voulons », et à la conclusion du récitant1 – et le Concerto funèbre, pour violon solo et cordes, de 19392.

2Sa nécessité est : communiquer, une communication non circonscrite ou fétichisée dans l’élément technico-linguistique, mais une communication en tant que participation et témoignage de la problématique humaine, dans son caractère tragique.

  • 3 [Sartre (Jean-Paul), Che cos’è la letteratura ? (1948), Milan, Il saggiatore, 1960, p. 150 (exempl (...)

3C’est, me semble-t-il, la composante déterminante dans l’expression musicale de Karl Amadeus Hartmann : une autre confirmation, musicale, de ce que Jean-Paul Sartre affirme dans le chapitre « Pourquoi écrire ? » de son essai Qu’est-ce que la littérature ? : « Et si l’on me donne ce monde avec ses injustices, ce n’est pas pour que je contemple celles-ci avec froideur, mais pour que je les anime de mon imagination et que je les dévoile et les crée avec leur nature d’injustices, c’est-à-dire d’abus-devant-être-supprimés3 ».

4En effet, se limiter à une considération abstraite de la passion expressive et de la complexité contrapuntique dans la musique de Karl Amadeus Hartmann, deux pôles presque opposés, signifie faire abstraction de la richesse humaine dont cette musique est animée.

5Non deux pôles opposés, mais la manifestation d’une aspiration humaine dans sa continuité :

  1. d’intolérance pour les structures actuelles qui ont une tendance à l’étouffer, mais qui sont ensuite renversées et morcelées au travers d’un matériau sonore déferlent (non l’atteinte d’un Höhepunkt du développement symphonique, mais sa destruction) ;
  2. partant, d’expansion d’un chant autrement tragique, par sa recherche de perspective.
  • 4 [Pour la correspondance entre Nono et Hartmann, voir « Luigi Nono, Hermann Scherchen, Karl Amadeus (...)

6Karl Amadeus Hartmann représente, avec émotion, une manière authentique d’être et de chercher dans la problématique musicale et humaine de l’Allemagne d’aujourd’hui4.

7Date : 1963 ?

8Sources : « Simplicius Simplicissimus e Concerto funebre », tapuscrit (ALN) ; HARTMANN (Karl Amadeus), Kleine Schriften, sous la direction d’Ernst Thomas, Mayence, Schott, 1965, p. 94 ; SeC, p. 148-149 – texte écrit avant la mort de Hartmann, le 5 décembre 1963.

Notes

1 [Hartmann (Karl Amadeus), Simplicius Simplicissimus (1934-1935), Mayence, Schott, Klavierauszug, 1957, n° 4324, Studienpartitur, 1960, n° 5019, scène III, Finale, mesures 516-649.]

2 [Hartmann (Karl Amadeus), Concerto funèbre (1939), Mayence, Schott, 1959, n° 5002.]

3 [Sartre (Jean-Paul), Che cos’è la letteratura ? (1948), Milan, Il saggiatore, 1960, p. 150 (exemplaire annoté à l’ALN) ; texte original, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio/Essais », 1985, p. 69.]

4 [Pour la correspondance entre Nono et Hartmann, voir « Luigi Nono, Hermann Scherchen, Karl Amadeus Hartmann, Correspondance », correspondance réunie par Dominique Rosset et Jürg Stenzl, in Luigi Nono, Genève/Paris, Contrechamps/Festival d’Automne à Paris, 1987, p. 35-53.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search