Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Luigi Nono candidat du PCI avec les travailleurs

Texte intégral

1Pourquoi donc un compositeur dodécaphonique sur une liste électorale du PCI ?

2Et pourquoi pas ?

31. Dans l’engagement culturel et social de l’intellectuel communiste, il y a continuité dialectique dans les deux moments de sa présence, jamais disjoints : dans la solitude de l’étude, de la recherche expérimentale et de l’invention d’une nouvelle musique comme dans la collaboration technico-humaine dans un studio électronique se précisent pour un musicien communiste son témoignage et sa participation active au progrès de la conscience, des sentiments et de la réalité collective ; de même, sa participation naturelle et logique aux grèves grandioses de la Fiat et chez les métallurgistes, aux manifestations populaires de 1960 contre le gouvernement fasciste de Tambroni et à celles de 1962 pour Cuba, et enfin aux élections politiques actuelles, enrichit, en la vérifiant d’une autre manière que celle du rapport exécution-public, son action, qui s’imprègne ainsi de responsabilités continues et nouvelles à exprimer.

  • 1 [Tesi per il X congresso del PCI, Rome, Cronograph, sans date, p. 69 – cinquième chapitre, « Le lo (...)

42. Dans les thèses présentées et approuvées au Dixième Congrès du PCI, et plus particulièrement dans la cinquième thèse, « Pour un renouvellement de la culture », on lit : « Le Parti s’est inspiré, avec un respect de plus en plus rigoureux, du principe de liberté de la recherche. Ce principe est juste et a porté ses fruits. Il doit être fermement maintenu1 ».

5Mais pourquoi donc quelqu’un qui fait de la musique – ce langage que l’on considère comme le plus abstrait, et qui se rapporte donc le moins facilement à une idéologie ?

6Mais est-ce vrai ?

7Aujourd’hui, il y a une tendance dans la culture à se réfugier avec mépris loin de toute « contamination » idéologique et politique.

  • 2 [Voir « Possibilité et nécessité d’un nouveau théâtre musical », ci-dessus.]

8Une réaction dogmatique et confortable, où l’idéologie est encore comprise comme une oasis idéaliste, qui est éloignée de la réalité vivante, et souvent en opposition avec elle, et qui, de ce fait, a tendance à se substituer à cette réalité jusqu’à l’étouffer (à la manière de Jdanov pour être clair), et non comme une conscience agissante, qui se vivifie au contact phénoménique avec la réalité, et qui, se déterminant, détermine2.

9Par cette réaction, on devient facilement la proie d’une dimension instinctive et existentielle ou d’un pragmatisme plus ou moins moraliste.

  • 3 [Tesi per il X congresso del PCI, op. cit., p. 69.]

10À ceux qui persistent dans cette voie, rappelons les thèses du PCI : « Si le Parti peut solliciter et organiser autour de lui les forces de la culture qui affrontent, de manière progressiste, les problèmes de la vie de la société, s’il en tire des bénéfices, qu’il développe et défend, et pour lesquels il lutte, il n’a pas à proposer de solutions aux problèmes de la recherche scientifique et artistique, ni à se prononcer sur la valeur scientifique ou artistique de telle ou telle solution3 ».

11Mais d’autre part, on prétend tarir, par des procédés de travail, par le beau son hédoniste et par le moment musical achevé en soi, le technicisme et les différents rapports liés à la genèse et à la prégnance d’un fait culturel et musical.

12Cette conception se révèle immédiatement idéologique – voilà la contrebande idéologique ! –, dès qu’elle prétend vérifier un fait artistique à la seule lumière de la nouveauté ou de ses procédés, pour ensuite délivrer à l’œuvre, tendancieusement, un diplôme d’actualité, et peut-être le cachet convoité de la gauche culturelle.

  • 4 [Voir « Jeu et vérité dans le nouveau théâtre musical », ci-dessus.]

13(La Fiat serait-elle une organisation de gauche par la seule nouveauté de ses conditions de travail mises à jour, et non par un rapport modifié entre travailleurs et employeurs, entre le produit, son utilisation et sa consommation ?) Une telle contrebande idéologique se produit parce que chaque fois, le dédain politique, en raison d’une soi-disant supériorité, est subordonné à une structure politique précise (dans ce cas, le néo-capitalisme), et s’abaisse à être son instrument et son véhicule4.

14Et aujourd’hui, les illusions des nouvelles frontières du kennédysme – et la rencontre de Porto Rico en témoigne encore une fois clairement – et les nuages de fumigène du centre-gauche minent toute une partie de la culture, disponible mais non sans équivoque.

15Ludovico Geymonat a mis en évidence l’inexistence de la soi-disant « neutralité idéologique » des positions de l’école néo-positiviste évoquée ci-dessus, et Galvano Della Volpe a indiqué la vacuité de la suprématie du langage et de la forme sur les idées exprimées : dans la réalité de l’œuvre d’art, il est impossible de dissocier le moment formel de l’idée objectivement exprimée dans la forme, et on ne peut séparer, à la manière de Croce ou non, l’image du concept, et la signification intellectuelle de l’image.

16Nous n’opposons donc pas une attitude fondée sur le contenu aux différents formalismes, mais nous posons le caractère indissoluble de la forme et de l’idée, dans le dépassement de toute opposition abstraite entre art et vérité.

  • 5 [Tesi per il X congresso del PCI, op. cit., p. 69.]

17Dans la cinquième thèse du PCI, on lit aussi : « Le Parti refuse les attitudes de neutralité face aux problèmes de l’idéologie et de la culture5 ».

18Encore des doutes sur l’inscription d’un musicien sur les listes électorales du PCI ?

  • 6 [Dans le tapuscrit figure cette variante : « C’est l’engagement conscient et responsable d’un comm (...)

19C’est l’engagement conscient et responsable d’un camarade, tendant à renforcer la présence autonome et la détermination de la classe des ouvriers et des paysans dans le gouvernement de la chose publique6.

20Date : 1963.

21Sources : tapuscrit (ALN) ; « Luigi Nono candidato del PCI con i lavoratori », in L’unità, 23 avril 1963 ; SeC, p. 141-143 – Nono, candidat sur la liste vénitienne du PCI, pour les élections à la Chambre des députés du 28 avril 1963, ne fut pas élu.

Notes

1 [Tesi per il X congresso del PCI, Rome, Cronograph, sans date, p. 69 – cinquième chapitre, « Le lotte concrete per una svolta a sinistra » (« Les luttes concrètes pour un virage à gauche ») (exemplaire annoté à l’ALN).]

2 [Voir « Possibilité et nécessité d’un nouveau théâtre musical », ci-dessus.]

3 [Tesi per il X congresso del PCI, op. cit., p. 69.]

4 [Voir « Jeu et vérité dans le nouveau théâtre musical », ci-dessus.]

5 [Tesi per il X congresso del PCI, op. cit., p. 69.]

6 [Dans le tapuscrit figure cette variante : « C’est l’engagement conscient et responsable d’un communiste militant dans cette culture italienne qui, ces derniers temps, retrouve l’unité de lutte pour renforcer la présence autonome et rénovatrice dans le gouvernement, par la classe des ouvriers et des paysans, de la chose publique ».]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search