Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Les jeunes et la musique contemporaine

Texte intégral

  1. Pensez-vous que la musique contemporaine puisse être une expression sincère et critique de la réalité dont elle naît ? Pensez-vous en outre que l’intérêt des jeunes pour cette musique puisse être déterminé et stimulé par une telle capacité ?
  2. Quelle position devraient prendre les jeunes par rapport à la musique contemporaine et, en général, par rapport à la musique, aujourd’hui ?
  3. Quels seraient les moyens les plus efficaces pour inciter les jeunes à prendre la position que vous souhaitez ?
  4. Quelle est votre opinion sur les moyens dont disposent actuellement les jeunes pour la diffusion de la musique ?
  5. Que pensez-vous de la valeur éducative d’initiatives comme le Festival international de musique contemporaine de Venise ?

1L’initiative du nouveau périodique Musica giovane est une dénonciation des insuffisances graves qui persistent dans l’éducation italienne – la musique n’est pas enseignée dans les écoles secondaires et supérieures, et exceptionnellement dans les universités, par rapport aux sciences humaines et aux sciences exactes – ; cette initiative témoigne en outre de l’impérieuse nécessité, pour les très jeunes, de s’engager afin de suppléer, d’une certaine manière, à cette carence.

2Sans attendre, résignés et passifs, des réformes venues d’en haut, ils défendent, avec l’enthousiasme et l’absence de préjugés de telles initiatives, une action autonome d’engagement pour leur formation culturelle en devenir, dans la problématique d’une situation à modifier.

3Cinq jours de colloque-débat seraient nécessaires pour répondre aux cinq questions posées, lesquelles se rapportent à une prise de conscience : d’une part, les graves difficultés, sinon la situation d’abandon, dans laquelle se trouvent les jeunes par rapport à leur possibilité de prendre connaissance – ce qui ne se limite pas à un simple hobby ou à un dilettantisme culturel – de la musique en général et de la musique contemporaine en particulier ; d’autre part, la demande de mettre fin à la non-préparation traditionnelle en ce qui concerne les informations et les études, qui conditionnent ensuite la capacité de ceux qui s’intéressent à la musique.

4(Ceux qui enseignent, ce sont malheureusement ceux qui, dans les essais comme dans la critique musicale, comptent parmi les cas les plus lamentables et ceux qui, sous prétexte qu’ils sont quelque peu « lettrés », se considèrent comme compétents pour écrire sur la musique.) Selon moi, les actions possibles et les moyens à la disposition des jeunes peuvent et doivent être développés simultanément sur deux niveaux conséquents :

51. Au niveau national, en ce qui concerne l’enseignement de la musique dans les écoles et dans les universités.

6À l’école primaire, des cours obligatoires, non académiques, mais vivifiés par des leçons particulières à effectuer dans les conservatoires, eux aussi réformés et rénovés.

7Des cours de préparation pour la Faculté de musicologie, à instituer dans les universités.

8Les cours en option à la Faculté de lettres s’avèrent absolument insuffisants, ou pire, responsables de ce vernis littéraro-musical qui infeste la critique et les essais sur la musique.

9À prendre en considération : le fonctionnement des cours de musicologie dans les universités allemandes et anglo-saxonnes, ainsi que dans certaines démocraties populaires, et leurs résultats : l’importante littérature musicologique et les nombreux essais qui embrassent l’histoire de la musique du passé le plus ancien à aujourd’hui.

10Un parallèle avec la situation italienne s’impose.

  • 1 [Parente (Alfredo), Castità della musica, Turin, Einaudi, 1961.]
  • 2 [Nono fait ici référence à Mila (Massimo), L’esperienza musicale e l’estetica, Turin, Einaudi, 195 (...)

11Torrefranca et Cesari sont restés des cas isolés dans la musicologie italienne. Les essais sur la musique, à l’exception de ces intelligences autonomes et originales bien connues, s’en trouvent limités ou avilis jusqu’à l’exemple réactionnaire de Castità della musica d’Alfredo Parente1. Les publications italiennes qui peuvent contribuer à la formation culturelle sont limitées et aléatoires, et ne s’insèrent pas dans un programme précis. (Einaudi a publié Mila, Rognoni, le Stuckenschmidt riche d’informations et Adorno2, mais aussi, comme contrepoids ?, Parente).

12Le cercle Arci Arturo-Toscanini de Turin a convoqué pour le prochain printemps un colloque national sur l’enseignement de la musique dans les écoles : il devrait en résulter des propositions, probablement sous la forme d’un projet de loi.

13C’est un moyen et c’est l’occasion d’intervenir directement.

14Musica giovane ne devrait pas la laisser passer.

152. Au niveau local, de groupe.

16Un exemple : ce nouveau périodique.

17Bien plus : créer un club autonome, loin de tout paternalisme culturel, où organiser des rencontres, des concerts-lectures et des discussions avec musiciens et critiques.

18(Comme dans les cinéclubs.)

19Et ceci : pour remédier à ce manque d’intérêt pour la musique contemporaine, manifeste dans les activités des institutions locales ; pour répondre, si possible, aux nouvelles exigences des jeunes, pour lesquels la musique n’est ni une occasion de divertissement « doré », ni une évasion, mais un témoignage et une conscience de son époque ; pour intégrer la fonction d’information du Festival de musique contemporaine de la Biennale, avec une activité d’illustration et d’enseignement toute l’année, si possible en collaboration directe avec la Biennale, tournée surtout vers les jeunes, ou mieux, vers les différentes écoles de Venise.

20Pour la première question : la position du musicien actuel ne peut pas ne pas être celle de l’ engagement total, du musicien, agissant et innovant dans la problématique linguistique actuelle, conscient des nouvelles possibilités et des nouvelles nécessités techniques dont il dispose, et responsable de choix précis dans la situation humaine, culturelle et politique d’aujourd’hui.

  • 3 . [Césaire (Aimé), Le armi pericolose, Parme, Guanda, 1962 (exemple annoté à l’ALN), p. 41 ; texte (...)

21Le grand Aimé Césaire l’a dit, c’est aussi valable pour la musique : « Si la poésie est vie qui se saisit elle-même, elle est aussi vie qui se dépasse elle-même3 ».

22Date : 1962.

23Sources : « I giovani e la musica contemporanea », in Musica giovane, rivista musicale giovanile, 1962, n° I/1, p. 8-10 – entretiens avec Gian Francesco Malipiero, Luigi Nono et Mario Messinis ; SeC, p. 133-135.

Notes

1 [Parente (Alfredo), Castità della musica, Turin, Einaudi, 1961.]

2 [Nono fait ici référence à Mila (Massimo), L’esperienza musicale e l’estetica, Turin, Einaudi, 1950, et à Cronache musicali (1955-1959), Turin, Einaudi, 1959 ; à Rognoni (Luigi), Espressionismo e dodecafonia, Turin, Einaudi, 1954 ; à Stuckenschmidt (Hans-Heinz), Die Musik des 20. Jahrhunderts, Munich, Kindler, 1968 ; traduction italienne sous le titre La musica del 20. secolo, Milan, Il saggiatore, 1968 ; traduction française, sous le titre La Musique du XXe siècle, Paris, Hachette, 1968 ; et à Adorno (Theodor W.), Philosophie der neuen Musik, Tübingen, Mohr, 1949 ; traduction italienne de Giacomo Manzoni sous le titre Filosofia della musica moderna, Turin, Einaudi, 1959 ; traduction française, sous le titre Philosophie de la nouvelle musique, Paris, Gallimard, 1962.]

3 . [Césaire (Aimé), Le armi pericolose, Parme, Guanda, 1962 (exemple annoté à l’ALN), p. 41 ; texte original, Les Armes miraculeuses, Paris, Gallimard, 1946 – la citation est extraite de la préface au lecteur italien.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search