Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Sur le théâtre musical]

Texte intégral

1On dit souvent que l’opéra est mort, en tant que mélodrame ou grand opéra, lyrique ou dramatique. Mais on fait ainsi référence à des formes du théâtre musical qui caractérisent une époque révolue, et qui ne répondent qu’aux conditions musicales et sociales d’alors.

2C’est très clair.

3Comme il est clair que les tentatives menées jusqu’à présent pour « renouveler » le théâtre musical en se réclamant des expériences du passé se sont résolues, dans le meilleur des cas, en un « néo-archaïsme » destiné à une mentalité satisfaite de sa condition, désireuse d’un certain modernisme, mais nostalgique du passé, car privée de volonté et de possibilité d’avenir.

4Un musée en est le résultat.

5Le cas de Wozzeck est caractéristique : l’opéra ne tient ni du renouveau ni de l’innovation, mais prolonge une conception traditionnelle, avec laquelle les contenus sont en lien étroit.

6La seule nouveauté, au cours de ce siècle, est restée sans lendemain : il s’agit du « Drama mit Musik » [« Drame avec musique »] La Main heureuse opus 18 d’Arnold Schoenberg, écrit entre 1910 et 1913. Le rapport entre les éléments visuels et sonores y est élargi, presque libéré de la réciprocité schématique du théâtre antérieur, où l’on voit ce qu’on entend et on entend ce que l’on voit. De nouvelles dimensions sont proposées et pressenties pour la scène, source visuelle et sonore complexe et non plus élémentaire, superposant des éléments changeant sans cesse de fonction ; les six hommes et les six femmes, sur la scène, ne sont jamais esclaves d’une fonction chorale, mais modifient l’élément scénico-décoratif, fait lumineux qui se développera dans le jeu indépendant des lumières et des couleurs, véritable acteur et véritable chœur.

7Comme chaque période a eu son théâtre, notre époque, en devenir, aura aussi le sien. Et il sera d’autant plus libre qu’il aura non seulement une nouvelle signification, mais aussi une nouvelle fonction, à la lumière des nouvelles dimensions qui animent l’homme d’aujourd’hui dans le monde – en relation notamment avec les nouvelles conquêtes fondamentales de l’espace sonore et de l’espace visuel (rapport entre l’oreille et l’œil, entre eux et en eux-mêmes).

8Le développement musical d’aujourd’hui, cette précision et cette purification des éléments musicaux selon leur nature, a en soi de nouveaux fondements pour le théâtre de notre temps.

9Le problème se posera alors de savoir le représenter, l’adaptation des théâtres existants ou reconstruits selon des schémas traditionnels s’accordant difficilement avec les nouvelles exigences techniques, en relation avec une nouvelle conception spatiale, sonore et visuelle.

10Logiquement, il y aura, comme il y a déjà certainement, de nouvelles conceptions et de nouveaux thèmes pour le théâtre musical, lesquels nécessitent des moyens appropriés.

11Mais la musique d’aujourd’hui ne témoigne-t-elle pas de nouvelles conceptions et de nouveaux moyens nécessaires à sa manifestation aujourd’hui ?

12Et cela, malgré l’incapacité de certains à le concevoir.

13Ce n’est pas de l’aversion, ce n’est encore que la preuve de leur incapacité.

14Question de temps.

15Car le nouveau élargit toujours la faculté humaine de comprendre, d’écouter et de voir – de vivre, en un mot.

16Ce processus nécessite en particulier une dynamique incessante : qui en est capable sur le champ ? Qui en est capable, mais en retard ? Et qui ne l’est pas, car désormais trop fatigué ?

17Question de courage.

18Aujourd’hui, le public (et notamment les jeunes) souhaite écouter, écouter et écouter encore la musique d’aujourd’hui, qui est celle de ces jeunes, malgré la crainte de tous ceux qui sont soutenus par les centrales de diffusion, par les radios et par les salles de concert.

19La musique est pour nous une nécessité de travail et une nécessité de vie.

20La musique est pour nous une joie dans le travail et une joie dans la vie.

21Nous l’entendons simplement comme l’un de ces actes de vie dont l’homme est capable.

22Date : 1960-1963 ?

23Source : tapuscrit (ALN).

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search