Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits

 | 
Luigi Nono

« Les œuvres d’art sont pour les hommes d’affaires »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Celui qui ressent la nécessité de créer une œuvre d’art le fait sans se préoccuper d’un quelconque « geschäftstüchtiger Manager1 », son unique nécessité-urgence étant de s’exprimer, d’exprimer son époque et d’ancrer ce témoignage dans son temps. De fait, celui qui ressent cette nécessité est aussi le seul apte à choisir et à déterminer quand, comment et pourquoi il travaille.

« Lorsque je conçois mes tableaux, je ne peux que partir de ce que mon entendement peut saisir », répondit Paul Véronèse au tribunal du Saint-Office, à Venise en 1573. Condamné à corriger certains personnages d’une toile qui lui avait été commandée, il ne modifia rien de ses raisons créatrices – sinon le titre : La Cène devint Le Repas chez Lévi2.

Pourquoi demander au paysan qui obtient du raisin un vin pur si le vin est « echt oder gemacht3 » ?

Date : 1960.

Source : « Kunstwerke richten sich nach Managern », in Melos, 1960, n° XXVII/6, p. 179 (en allemand et en italien) – réponse de Nono à l’enquête : « Avant-gard...

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540