Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Introduction à l’atelier de composition de Kranichstein 1958

Texte intégral

1Ceci n’est pas une conférence, mais seulement une introduction à l’Atelier de composition. Intégrée directement et élargie aux trois Ateliers de composition.

2Les Cours d’été de Kranichstein sont une nécessité de notre temps. Rencontre de jeunes dans la problématique de la situation musicale actuelle. Pour communiquer, discuter et préciser la conscience de l’aujourd’hui. Chacun communique son histoire, son origine et son vécu. Et la diversité, contrastante, des expériences musicales contribue à la clarification de chacun de nous.

  • 1 [La correction manuscrite « sensibilité » se substitue, ici et ailleurs, au « sentiment humain » d (...)

3Il n’y a pas de vérités dogmatiques. Pas de recueils de formules. Pas de clefs de résolution. Nul ne détient la révélation divine. Mais la base est une étude sévère, une discipline rigoureuse dans le travail, et une conscience acquise par la pensée, la raison et la sensibilité1.

4Il est surtout nécessaire, il est toujours nécessaire d’utiliser la raison et de comprendre les raisons et les fondements du développement musical et de toute expérience concrète dans sa cause, son origine et sa tendance. Il est nécessaire de se reconnaître soi-même et d’avoir une responsabilité claire et précise de sa propre action : on ne vit pas par hasard et on n’agit pas par hasard, mais on vit et on agit toujours dans une situation déterminée et déterminante.

5Il est surtout nécessaire d’éveiller la sensibilité nouvelle, qui seule peut donner vie à la nouvelle musique.

6Darmstadt n’est pas la rencontre de quatre ou cinq jeunes, mais d’un grand nombre : ils ont fait des études musicales différentes, certains sont en partie formés, d’autres pas, d’autres le sont mal, à cause de l’irresponsabilité de l’enseignement dans les conservatoires actuels.

7Et la crise approche.

8La réaction : le plus souvent, on s’approprie formules et schémas, on croit ainsi pouvoir remplir quelques pages de musique, et on justifie le tout par une terminologie aujourd’hui officielle selon laquelle c’est tout ce que vous voulez, mais presque jamais de la musique.

9Tout cela sans avoir conscience des moyens utilisés, mais seulement selon des recettes, et par conséquent sans la moindre possibilité de communication humaine.

10La fonction des Concerts-ateliers pour la jeune génération a toujours été de présenter des pièces ou des exercices de composition, pour donner aux auteurs la possibilité de se rendre pratiquement compte de leur propre travail.

11Ils sont l’Atelier pour la jeune génération. Cette fonction s’est altérée : les exercices ont été pris pour des œuvres, ce qui a eu pour conséquence que leurs auteurs ont cru pouvoir faire de la musique à l’aide de formules et de recettes, sous une apparence souvent extrêmement compliquée.

12Et l’académie du dilettantisme s’est instituée. C’est contre la fonction des Cours d’été. Les Ateliers de composition remplacent cette année les Ateliers pour la jeune génération : certains problèmes musicaux (techniques et expressifs) seront analysés et discutés avec le compositeur sur la base des pièces présentées.

13Exercices ou œuvres ? Ce n’est pas important. L’important est d’en discuter et, si possible, de clarifier.

14Date : 1958.

15Sources : « Introduzione al Kompositions-Studio di Kranichstein 1958 », tapuscrit en italien, avec des formules directement en allemand (ALN) – le premier paragraphe, écrit en fonction d’un exposé oral, n’apparaît dans aucune source ultérieure ; « Vorwort zum Kranichsteiner Kompositions-Studio 1958 », in Darmstädter Beiträge zur Neuen Musik, 1959, n° 2, p. 67-68 (en allemand) ; SeC (complet), p. 44-45.

Notes

1 [La correction manuscrite « sensibilité » se substitue, ici et ailleurs, au « sentiment humain » du tapuscrit.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search