Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

La nouvelle technique de composition

Texte intégral

1Le séminaire sur la nouvelle technique de composition s’est tenu à Gravesano du 23 juillet au 5 août. Pour ce travail collectif, les six heures quotidiennes prévues à l’origine passèrent rapidement à douze, douze heures qui s’avérèrent nécessaires tant les recherches analytiques sur la nouvelle technique de composition musicale provoquèrent des discussions particulièrement animées en raison de la multiplicité du sujet traité, et suscitèrent de nouvelles études collectives et individuelles.

2Le cours était fondé sur les analyses des Variations pour orchestre opus 31 de Schoenberg et des Variations opus 30 d’Anton Webern ; la première des Structures (pour deux pianos) de Pierre Boulez fut aussi analysée ; et l’on termina avec Kontra-Punkte de Karlheinz Stockhausen et avec Incontri, pour 24 instruments, de Luigi Nono. Pour ces deux dernières œuvres cependant, le temps imparti, limité, ne permit qu’une discussion informelle, et non une analyse.

3Des bandes étaient disponibles pour toutes les compositions (à l’exception des Structures de Boulez), de sorte que l’on compléta l’étude théorique par une étude pratico-auditive.

4Le cours entendait impliquer activement les participants, en ce sens qu’ils ne devaient pas se limiter à « enregistrer » ce qu’ils écoutaient, car ils encouraient alors le risque d’accepter de nouvelles formules de composition abstraites, pour un nouvel « académisme ». Le cours les rendait donc vivants et actifs par tous les moyens : objections, doutes et discussions aboutirent à une clarification détaillée de la nouvelle technique de composition.

5Et toutes les réflexions, les objections et les discussions, toujours bien acceptées, approfondissaient encore le traitement et la compréhension de chaque question musicale.

6Parallèlement à l’étude collective furent développées des analyses individuelles, comme celle de Roberto Schnorrenberg sur l’apparition figurée de l’exposition mélodique du thème principal dans les cinquième et sixième variations de l’opus 31 de Schoenberg ; ou celle de Claude Roland sur les rapports entre les deuxième et cinquième variations, deux variations construites sur les intervalles 2-, 2 + et 3-, intervalles correspondant au B-A-C-H, et donc sur la manière dont le nom de Bach est introduit dans l’exposition mélodique du thème principal ; et enfin, celle de Marc Wilkinson et Don Banks, complétant l’analyse de la première Structure de Boulez.

7Date : 1956.

8Source : « Die neue Kompositionstechnik », in Gravesaner Blätter, 1956, n° II/6, p. 19-20 – compte rendu du séminaire de la Jeunesse musicale internationale au Studio expérimental de Gravesano (en allemand).

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search