Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Brèves considérations sur deux dates

Texte intégral

1Par deux fois, dans la vie de Mozart, s’ouvre un processus pour la liberté du musicien, jusqu’alors asservi aux princes et aux archevêques, un processus auquel Beethoven, premier homme-musicien libre, apportera une solution.

  • 1 [Le 9 mai 1781, Mozart a une altercation avec le prince-archevêque et présente sa démission, que l (...)

2En mai 1781, à Vienne, Mozart rompt avec les conditions d’esclavage que lui impose l’archevêque de Salzbourg, le prince Colloredo1.

  • 2 [Création des Noces de Figaro, à Vienne, au Burgtheater, le 1er mai 1786, sous la direction de Moz (...)

3En mai 1786, à Vienne, a lieu la première représentation des Noces de Figaro2. La relation entre ces deux dates est logique. Alors que dans d’autres pays, les droits naturels de l’homme étaient déjà un principe fondateur (États-Unis, Déclaration d’indépendance, 1776), ou étaient en passe de le devenir (Révolution française, 1789), dans le Saint Empire romain de Joseph II, les privilèges de la noblesse dominaient encore toute la société.

  • 3 [Mozart (Wolfgang Amadeus), Correspondance, vol. III : 1778-1781, Paris, Flammarion, 1989, p. 204 (...)

4Dans cette situation, la rupture de Mozart avec le prince-archevêque, qui « a la bonté de se glorifier de ses gens – il leur vole leurs profits » (lettre du 17 mars 1781), avec cet ennemi des hommes et avec ce « misanthrope » (lettre du 11 avril 17813), dépasse de simples questions d’orgueil et d’honneur. Et Mozart lui-même, dans ses lettres à son père, y fait allusion.

  • 4 [Flotte organisée pour fournir des armes aux insurgés américains contre l’Angleterre.]

5Mais la clef nous est offerte par Les Noces de Figaro. Dans le théâtre de Mozart, on retrouvait auparavant les schémas conventionnels largement influencés par le théâtre italien de l’époque ; des sujets historico-mythologiques et pastoraux, sans réel intérêt, servaient de prétexte aux virtuoses du bel canto, et le théâtre offrait à une société sans rapports réels l’occasion de se montrer. Dans Les Noces de Figaro, deux valets affirment et défendent leur droit à la vie et à l’amour contre un noble ; et les paysans fêtent la suppression d’un privilège féodal. Mais Suzanne et Figaro, comme les paysans en liesse, ne sont pas ici les personnages arcadiens d’un plaisir intrinsèque, mais l’annonce et le témoignage d’un profond changement dans les rapports humains, alors en cours de réalisation. (Et l’on comprend pourquoi, avant d’arriver sur les scènes de Paris en 1784, cette comédie dut surmonter nombre d’obstacles, dont l’arrestation de son auteur, ce Beaumarchais qui, au cours d’une vie agitée, avait été l’agent de la fictive Rodrigue Hortalez & Co.4 destinée à couvrir l’aide française à l’armée de Washington dans la guerre d’indépendance américaine qui faisait rage depuis 1777.) Mozart était-il conscient du sens nouveau exprimé dans Les Noces de Figaro ou se limita-t-il à considérer cette comédie comme un simple livret-prétexte ?

6Il est ici important de rappeler que chaque fois que Mozart met en scène des individus de ce monde nobiliaire, avec lequel il vivait en sympathie, ce sont précisément ces nobles qui sont couverts de ridicule. (Et l’on peut retrouver le principe déterminant de cette réelle force comico-satirique dans Les Noces de Figaro, Don Giovanni et Cosi fan tutte.) L’humanitas de Mozart ne pouvait et ne peut se révéler que dans cette prise de position instinctive, celle de l’artiste conscient ou non, contre ce qui offense l’homme dans son intégrité.

  • 5 [La section comprise entre : « L’humanitas de Mozart » et : « dans son travail » est manuscrite et (...)

7Un autre enseignement de celui qui était et qui est encore authentique dans son travail5.

8Date : vers 1955-1957. Sources : « Breve considerazione di due date », tapuscrit (ALN), rédaction inachevée ; SeC, p. 549-550.

Notes

1 [Le 9 mai 1781, Mozart a une altercation avec le prince-archevêque et présente sa démission, que le comte Arco refuse le lendemain, avant de congédier Mozart le 8 juin.]

2 [Création des Noces de Figaro, à Vienne, au Burgtheater, le 1er mai 1786, sous la direction de Mozart.]

3 [Mozart (Wolfgang Amadeus), Correspondance, vol. III : 1778-1781, Paris, Flammarion, 1989, p. 204 et 214. Dans la traduction italienne de la seconde lettre, « misanthrope » est traduit par « ennemi des hommes ».]

4 [Flotte organisée pour fournir des armes aux insurgés américains contre l’Angleterre.]

5 [La section comprise entre : « L’humanitas de Mozart » et : « dans son travail » est manuscrite et présente des signes évidents de réécriture et de révisions.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search