Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Pour le soixante-dixième anniversaire d’Anton Webern]

Texte intégral

1La conscience humaine d’Anton Webern est imposante par sa pureté et son caractère essentiel dans la conception comme dans la réalisation de son idée. La conscience artistique de Webern a clairement et précisément mis en évidence les questions de notre temps, reconnaissant avec la plus grande sûreté la voie nécessaire à leur développement. L’expression et la forme constituent chez lui une synthèse concise, où se distingue la qualité essentielle de l’être humain d’aujourd’hui, et où se manifeste la réalité interne, absolue, des phénomènes. Et nous, musiciens, pouvons ainsi reconnaître avec joie et enthousiasme l’essentiel de la vie. Ce sont les joies que procure la découverte de la vie dans l’essence de l’atome et sa multiplicité complexe.

2En Webern, je vois l’homme nouveau, doué de sérénité et de sûreté, qualités qui lui ont permis d’imprégner la vie actuelle de tensions intérieures. La tension dans la musique de Webern est identique à celle qui gouverne, sous forme dialectique, la nature et la vie. Ce serait une grande erreur et un profond danger de ne vouloir appréhender la force créatrice de Webern que par des schémas techniques et de ne concevoir sa technique que comme une table de calcul. Il convient plutôt de chercher à comprendre pourquoi et comment il a utilisé cette technique. Quand on ne considère que les éléments techniques de la musique, on ne peut que passer à côté du sens et du contenu. C’est seulement lorsqu’on est capable d’entendre la musique à partir de son sens propre que l’on en tire un enseignement profond, clair et très simple sur l’essence de la musique. Malgré toutes les spéculations, et en dépit de l’élément constructif, l’essentiel réside dans le son, dans le phénomène purement acoustique et dans l’expérience sonore de la musique. Tout ce que j’ai dit se trouve dans ces mots de la Seconde Cantate de Webern :

  • 1 [Webern (Anton), Seconde Cantate (1941-1943), opus 31, pour soprano, basse, chœur mixte et orchest (...)

Toutes les cloches, les cœurs,
nous voulons les faire sonner, ô hommes !
Que jamais à travers les espaces du temps,
que jamais leurs coups ne se taisent !
L’amour maintenant doit sonner comme une cloche d’orage1 !

3Date : 1953.

4Sources : tapuscrit (en allemand), intervention de Luigi Nono à l’occasion du concert pour les soixante-dix ans de la naissance d’Anton Webern, à Darmstadt, le 23 juillet 1953 – lors d’une émission de Herbert Eimert pour le NWDR de Cologne, le texte fut repris, avec d’autres contributions de Pierre Boulez, Karel Goeyvaerts et Karlheinz Stockhausen ; repris, en italien, in L’esperienza musicale, teoria e storia della ricezione, sous la direction de Gianmario Borio et Michele Garda, Turin, EDT, 1989, p. 192-193.

Notes

1 [Webern (Anton), Seconde Cantate (1941-1943), opus 31, pour soprano, basse, chœur mixte et orchestre ; texte de Hildegard Jones ; troisième mouvement, mesures 13 sq.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search