Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

[Pour les sept ans des Cours d’été internationaux pour la Nouvelle Musique]

Texte intégral

1La nécessité pour les jeunes d’établir et de maintenir en vie, intensément, des rencontres importantes sur le plan humain et culturel est le propre de cette nouvelle époque. À travers ces rencontres, et en dépassant les contingences nationales et les limites internationales, un plus large contact-échange serait possible, qui seul peut intensifier l’approfondissement et le dépassement des problèmes musicaux contemporains par la réalité d’une étude commune.

  • 1 [Au moment de la rédaction de ce texte, Nono avait déjà participé aux Cours d’été de Darmstadt en (...)

2Nous, jeunes, qui avons commencé ou qui commençons à construire notre vie dans notre travail, nous avons besoin d’être pleinement conscients de nos problèmes. Et ces problèmes se délimiteront d’autant plus clairement que nous nous reconnaîtrons entre nous et en nous. La capacité de les affronter en sera centuplée. Les Cours d’été internationaux pour la Nouvelle Musique de Darmstadt1 représentent l’une des possibilités de rencontres les plus directes et les plus pratiques entre jeunes musiciens ; et logiquement, avant même d’aller à la rencontre du nouveau, ce qui leur est offert, c’est une mise à jour sur ces musiques du passé récent qui, pour des motifs inhumains et esthétiques, étaient « interdites » ou rendues trop difficiles d’accès.

3Les concerts « Musique de la jeune génération » sont autant d’indications pour les munificentes et vivantes radios allemandes et pour les sociétés musicales : ce dont nous avons le plus besoin s’en trouve ainsi facilité : le contact direct avec un public normal.

4Que les jeunes puissent se rencontrer représente le côté le plus important des Cours d’été. C’est cette possibilité que nous devrions élargir, activer et pérenniser par une union entre les jeunes musiciens d’aujourd’hui. Une union fondée sur un rapport humain simple et profond, qui concentre et développe notre participation commune à l’étude analytico-évaluative et au dépassement de la problématique musicale actuelle, vivant dans l’échange continu et ouvert des résultats respectifs acquis par l’étude personnelle et passés au crible d’une critique sérieuse, honnête et sans le moindre préjugé.

5Et tous, nous en tirerons des impulsions positives.

6Date : 1952.

7Source : Stimmen junger Komponisten, Darmstadt, 12-24 juillet 1952, p. 47 (en italien).

Notes

1 [Au moment de la rédaction de ce texte, Nono avait déjà participé aux Cours d’été de Darmstadt en 1950, avec la création des Variazioni canoniche sulla serie dell’op. 41 di Arnold Schoenberg, et en 1951, avec Polifonica-Monodia-Ritmica. España en el corazón sera créé le 21 juillet 1952 dans ce même cadre.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search