Version classiqueVersion mobile

Écrits

 | 
Luigi Nono

Luigi dallapiccola et les Sex Carmina Alcaei

Texte intégral

1Chez Dallapiccola, la mentalité dodécaphonique s’est concrétisée petit à petit, comme la conquête progressive d’un esprit témoin d’une conception musicale totale. Cette conception avait déjà été proposée par les Flamands, et reprise par Johann Sebastian Bach, qui l’avait surtout mise en valeur dans L’Art de la fugue.

  • 1 [Cycle composé des Cinque frammenti di Saffo (1942), pour voix et quinze instruments ; des Due lir (...)

2Luigi Dallapiccola est doué d’une solide nature contrapuntique qui l’incite à construire sa musique avec un sens architectural développé, conférant à ses dernières œuvres une organicité et une logique qui trouvent leur résolution dans la vision dodécaphonique. Il affronte la technique des douze sons avec les Canti di prigionia (1938-1941), mais pas en totalité : dans le Congedo di Girolamo Savonarola (1941), il fonde toute la composition, pour chœur et percussion, sur deux séries et sur une citation (le Dies Irae grégorien). Cependant, le chœur comme les instruments ont des parties soit libres, qui ne dérivent pas des séries, soit contraintes par la sévérité formelle des canons en mouvement droit, contraire et rétrograde. Dans le cycle des Liriche greche1, Dallapiccola atteint le résultat le plus haut, avec la mentalité dodécaphonique la plus sévère.

  • 2 [« Cette œuvre, dédiée à Anton Webern le jour de son soixantième anniversaire (3 décembre 1943), j (...)

3Les Sex Carmina Alcaei sont dédiés à la mémoire d’Anton Webern, une dédicace dont la valeur dépasse le simple acte de dévotion et d’hommage à l’ami, pour exprimer l’admiration et la dette à l’égard de l’enseignement du maître et du compositeur, « nouveau parmi les nouveaux2 ».

4Du message de Webern, Dallapiccola a fait ce trésor dont témoigne sa technique polyphonique et instrumentale. Les Sex Carmina Alcaei sont fondés sur une série unique : le caractère chromatique y est manifeste, qui nourrira le principe unificateur de toute l’œuvre. L’utilisation fréquente des demi-tons contribue aussi à créer cette atmosphère de tension expressive qui caractérise souvent la musique de Dallapiccola. La série prend en compte, à travers ses intervalles, le caractère poétique du texte (voir, par exemple, l’utilisation fréquente des intervalles de tierce mineure, de seconde mineure, de sixte majeure et de tierce majeure).

  • 3 [I. Expositio, Molto sostenuto ; quasi lento, mesures 1-4 : domi fasol misila lafa ré si (...)
  • 4 [I. Mesures 5-7 ; le rétrograde est transposé à la seconde mineure supérieure, sur ♭.]
  • 5 [III. Canones diversi, Poco animando, mesures 23 sq., au violoncelle sul ponticello.]
  • 6 [II. Canon perpetuus, Moderato assai ; molto tranquillo, mesures 9-20 ; la série est transposée à (...)

5De la série originale, Dallapiccola fait dériver les trois autres formes fondamentales : inverse, rétrograde, rétrograde inverse. Il reste dans ces limites que Schoenberg considérait comme les dimensions naturelles de toute série. Si, dans le Congedo di Savonarola, il divise la série en trois fragments, qu’il déplace en opérant des mutations dans la série originale, dans les Sex Carmina Alcaei, il n’utilise plus ce moyen et respecte la succession des intervalles tels qu’ils sont exposés par la série originale ; la seule différence tient à leur interprétation rythmique variée, et cela dans le but de ponctuer le texte. Dans l’Expositio, la voix énonce la série originale3, puis le rétrograde sur un rythme varié4. Le rétrograde inverse, toujours sur un rythme varié, apparaît au commencement du troisième fragment5. Dans le deuxième fragment, la série originale, sur un rythme encore varié, est donnée à la voix6, tandis que les instruments entrent en canon perpétuel sur la série inverse ; le canon augmenté passe alternativement du piano à la harpe.

  • 7 [IV. Vago e leggero, mesures 63-64 ; il s’agit en fait de la série inverse, transposée à la tierce (...)
  • 8 [V. Mosso, ma non tanto ; ritmato con grazia et VI. Conclusio, Molto lento, ma senza trascinare.]

6Dans le quatrième fragment, la voix a la série rétrograde7, sur un rythme varié ; les instruments suivent cette voix en canon droit, à l’exception du hautbois et du violoncelle en canon renversé. Dans les autres fragments8, la construction formelle est fondée sur différentes modalités du canon. La série, adoptée presque toujours dans sa totalité, passe entre les instruments de manière fragmentaire, selon une logique timbrique. Dallapiccola minimise ainsi l’idée du phrasé linéaire et du volume sonore, et rend hommage à Webern. De la somme des mouvements fragmentaires de chaque instrument, il résulte un effet particulier de timbre et de masse. Si Dallapiccola reste lié aux quatre formes de la série, cela ne l’empêche pas d’éclairer, à l’aide de motifs particuliers, liés à l’expressivité, certaines zones, en confiant à d’autres instruments des fragments ou des notes isolées, redoublées ou non, selon un principe de logique dodécaphonique.

7Date : vers 1948.

8Sources : « Luigi Dallapiccola e i Sex Carmina Alcaei », tapuscrit (ALN) retrouvé dans les documents relatifs à la période d’études avec Hermann Scherchen et Bruno Maderna (1948-1949) ; SeC, p. 3-4.

Notes

1 [Cycle composé des Cinque frammenti di Saffo (1942), pour voix et quinze instruments ; des Due liriche di Anacreonte (1944-1945), pour voix, clarinette piccolo en mi♭, clarinette en la, alto et piano ; et des Sex Carmina Alcaei (1943), pour voix et onze instruments – création du cycle à Rome, le 3 janvier 1949. Les Liriche greche utilisent des poèmes grecs anciens dans la traduction italienne de Salvatore Quasimodo (Milan, Corrente, 1940 ; Milan, Mondadori, 1944), à laquelle puiseront Maderna (Tre liriche greche) et Nono (Due liriche greche).]

2 [« Cette œuvre, dédiée à Anton Webern le jour de son soixantième anniversaire (3 décembre 1943), je l’offre aujourd’hui, avec humilité et dévotion, à sa mémoire. 15 septembre 1945. » Cf. Dallapiccola (Luigi), Sex Carmina Alcaei, una voce canenda, nonnullis comitantibus musicis, Milan, Suvini Zerboni, 1946, p. 5.]

3 [I. Expositio, Molto sostenuto ; quasi lento, mesures 1-4 : domi fasol misila lafa ré si do.]

4 [I. Mesures 5-7 ; le rétrograde est transposé à la seconde mineure supérieure, sur ♭.]

5 [III. Canones diversi, Poco animando, mesures 23 sq., au violoncelle sul ponticello.]

6 [II. Canon perpetuus, Moderato assai ; molto tranquillo, mesures 9-20 ; la série est transposée à la tierce mineure supérieure, sur mi.]

7 [IV. Vago e leggero, mesures 63-64 ; il s’agit en fait de la série inverse, transposée à la tierce supérieure, sur mi – la flûte, le hautbois et la clarinette donnant ensuite le Canon contrario motu, avant le retour de la voix.]

8 [V. Mosso, ma non tanto ; ritmato con grazia et VI. Conclusio, Molto lento, ma senza trascinare.]

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search