Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrits

 | 
Luigi Nono

Table des matières

Philippe Albèra

Les chemins de Luigi Nono

Laurent Feneyrou

Introduction

Abréviations
Luigi Pestalozza

Musique et Resistenza

[Lettre à Der Spiegel]

SALUT À HENZE

Préface au Traité d’harmonie d’Arnold Schoenberg

1. Relation entre professeur et élève
2. Le matériau acoustique
3. Difficultés et obstacles
4. Exemples musicaux

Catalogue et notices

Due liriche greche (1948-1949), pour chœur et instruments
Variazioni canoniche sulla serie dell’op. 41 di Arnold Schoenberg (1949-1950), pour orchestre
Polifonica-Monodia-Ritmica (1950-1951), pour 6 instruments et percussion
Julius Fučík (1951), pour 2 récitants et orchestre (Première partie, inachevé)
Composizione per orchestra (1951)
Epitaffio a Federico García Lorca (1951-1953)
Y su sangre ya viene cantando
Due espressioni (1953), pour orchestre
La Victoire de Guernica (1954), chants d’après Paul Éluard pour chœur et orchestre
Der rote Mantel (1954), ballet en trois tableaux de Tatiana Gsovski d’après Don Perlimplín de Federico García Lorca, pour soprano, baryton, chœur et orchestre
Musiche di scena per « Come vi piace » di William Shakespeare (1954), pour baryton et 5 instruments
Liebeslied (1954), pour chœur et instruments
Canti per 13 (1955)
Incontri (1955), pour 24 instruments
Il canto sospeso (1955-1956), pour soprano, contralto, ténor, chœur et orchestre Texte : lettres de condamnés à mort de la Résistance européenne
Un témoignage de Luigi Nono
Sur Il canto sospeso
Varianti (1957), musique pour violon solo, cordes et vents
Entretien avec Ulrich Dibelius sur Varianti
La terra e la compagna (1957), chants de Cesare Pavese pour soprano, ténor, chœur et instruments
Piccola gala notturna veneziana in onore dei 60 anni di Heinrich Strobel (1958), pour 14 instruments
Cori di Didone (1958), pour chœur et percussion
Composizione per orchestra n. 2 – Diario polacco ’58 (1959 / révision, 1965)
Sarà dolce tacere (1960), chant pour 8 solistes
« Ha venido ». Canciones para Silvia (1960), pour soprano et chœur de 6 sopranos
Omaggio a Emilio Vedova (1960), pour bande magnétique
Intolleranza 1960 (1960-1961), action scénique en deux parties d’après une idée d’Angelo Maria Ripellino, pour solistes, chœur, orchestre et bande magnétique (Alfred Andersch, version allemande / Martine Cadieu, version française)
a. Suite da concerto da « Intolleranza 1960 » (1969), pour soprano, chœur et orchestre
Suite tirée de l’opéra « Intolleranza 1960 »
Canti di vita e d’amore. Sul ponte di Hiroshima (1962), pour soprano, ténor et orchestre
Sul ponte di Hiroshima – Canti di vita e d’amore
Canciones a Guiomar (1962-1963), pour soprano, chœur de 6 voix de femme et instruments
Da un diario italiano (1964), pour 2 chœurs
La fabbrica illuminata (1964), pour soprano et bande magnétique
Musik zu « Die Ermittlung » von Peter Weiss (1965), pour bande magnétique
Ricorda cosa ti hanno fatto in Auschwitz (1966), pour bande magnétique
A floresta é jovem e cheja de vida (1966), pour soprano, 3 voix d’acteur, clarinette, plaques de cuivre et bande magnétique
Per Bastiana – Tai-Yang Cheng (1967), pour orchestre en trois groupes et bande magnétique
Contrappunto dialettico alla mente (1968), pour bande magnétique
Musica-Manifesto n. 1
Musica per Manzù (1969), pour bande magnétique
San Vittore 1969
Y entonces comprendió (1969-1970), pour 3 sopranos, 3 voix d’actrice, chœur et bande magnétique
Voci destroying muros (1970), pour voix de femme et orchestre (retiré du catalogue)
Ein Gespenst geht um in der Welt (1971), pour soprano, chœur et orchestre
Como una ola de fuerza y luz (1971-1972), pour soprano, piano, orchestre et bande magnétique
Siamo la gioventù del Vietnam (1973), pour chœur à une voix
Für Paul Dessau (1974), pour bande magnétique
… sofferte onde serene… (1976), pour piano et bande magnétique
Con Luigi Dallapiccola (1979), pour 6 percussions et live electronics
Fragmente-Stille, an Diotima (1979-1980), pour quatuor à cordes
Das atmende Klarsein (1981), pour flûte basse, petit chœur et live electronics
Io, frammento dal « Prometeo » (1981), pour 3 sopranos, petit chœur, flûte basse, clarinette contrebasse et live electronics
Quando stanno morendo. Diario polacco n. 2 (1982), pour 2 sopranos, mezzosoprano, contralto, flûte basse, violoncelle et live electronics
¿ Dónde estás, hermano ? (1982), pour 4 voix de femme
Omaggio a György Kurtág (1983 / révision, 1986), pour contralto, flûte, clarinette, tuba et live electronics
Guai ai gelidi mostri (1983), pour 2 contraltos, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, clarinette, tuba et live electronics
Prometeo (1981-1984 / révision, 1985), « tragédie de l’écoute » pour solistes vocaux et instrumentaux, chœur, orchestre et live electronics
L’itinéraire de Prometeo
A Carlo Scarpa, architetto, ai suoi infiniti possibili (1984-1985), pour orchestre en micro-intervalles
A Pierre. Dell’azzurro silenzio, inquietum (1985), a più cori pour flûte contrebasse, clarinette contrebasse et live electronics
Risonanze erranti. Liederzyklus a Massimo Cacciari (1986), pour mezzo-soprano, flûte, tuba, 6 percussions et live electronics
Caminantes… Ayacucho (1986-1987), pour contralto, flûte basse, petit chœur, grand chœur, orgue, orchestre en trois groupes et live electronics
Découvrir la subversion. Hommage à Edmond Jabès (1987), pour contralto, basse, récitante, flûte, tuba, cor et live electronics
Post-Prae-Ludium per Donau (1987), pour tuba et live electronics
« No hay caminos, hay que caminar… » Andrej Tarkowskij (1987), pour 7 chœurs [groupes orchestraux]
La lontananza nostalgica utopica futura. Madrigale per più « caminantes » con Gidon Kremer (1988), pour violon et bandes magnétiques