Version classiqueVersion mobile

Die Soldaten de Bernd Alois Zimmermann

 | 
Philippe Albèra

Chronologie de Jakob Michael Reinhold Lenz

Introduction au « Journal »

Texte intégral

11751 - Naissance de Jakob, le 23 janvier, à Sesswegen, village de Livonie où le père de Lenz est pasteur.

21759 - Installation des Lenz à Dorpat, ancienne ville universitaire à moitié détruite par la guerre. Lenz y fait ses études secondaires. Son père est pasteur principal de la paroisse luthérienne.

31768 - Part à Königsberg où il est censé étudier la théologie. Il y suit avec assiduité les cours de philosophie d’Emmanuel Kant, traduit l’Essay on criticism de Pope et, peut-être. Peines d’amour perdues, la comédie de Shakespeare qu’il publiera en 1774, en annexe aux Notes sur le théâtre.

41771 – Part à Strasbourg. Il accompagne les frères von Kleist, deux jeunes barons livoniens venus servir comme officiers dans l’armée française.

51772 – Entre en relations avec la Société de Philosophie et de Belles Lettres, un cercle d’intellectuels que Goethe avait fréquenté lors de son séjour à Strasbourg en 1770. Première version du Précepteur. Rédaction des comédies adaptées de Plaute : Le Petit père. La Dot, La Courtisane, Les Enlèvements, L’Esclave des Turcs. Rédaction de l’essai Sur le premier principe de ta morale.

61773 - Lenz et Goethe échangent une abondante correspondance, concernant notamment l’adaptation des comédies de Plaute.

71774 - Publication, grâce à l’aide de Goethe, du Précepteur, des comédies, des Notes sur le théâtre (texte d’une conférence dont la genèse remonte à 1771). Rédaction et publication du Nouveau Menoza.

81775 - Début de la rédaction des Soldats. Goethe vient à Strasbourg : sommet de l’amitié entre Lenz et Goethe. Publication des Opinions d’un profane.

91775-1776 - Rédaction du Pandaemonium germanicum, satire littéraire.

101776 - Publication des Soldats, par les soins de Herder. Rédaction de la comédie Les amis font le philosophe, du drame L’Anglais, et de l’essai Sur le mariage des soldats. Lenz quitte Strasbourg ; il rejoint Goethe à Weimar où il est présenté au duc et à la cour. Le 1er décembre, il est chassé de Weimar à la suite d’un incident avec Goethe, affaire qui n’a jamais été élucidée. Il voyage en Allemagne du Sud et en Suisse. Premiers signes de maladie mentale.

111777 - Séjour chez Johann Georg et Cornelia Schlosser, le beau-frère et la sœur de Goethe. Rédaction du Pasteur de campagne.

121778 - Séjour chez le pasteur Oberlin en Alsace. Crises de démence accompagnées de tentatives de suicide. Büchner se servira de la relation de ces crises par le pasteur Oberlin pour rédiger sa nouvelle Lenz (1835).

131779 - Quitte l’Allemagne pour Riga où réside désormais son père, devenu surintendant général de l’Église luthérienne de Livonie.

141780-1781 - Vaines tentatives pour s’insérer dans la vie sociale et intellectuelle à Riga, Saint-Petersbourg et Moscou.

151781 - S’installe à Moscou. Il y vit grâce aux subsides de généreuses personnalités. Durant quelques années, il enseigne dans un pensionnat.

161792 - Dans la nuit du 3 au 4 juin, Lenz meurt, misérable et oublié de tous, dans une rue de Moscou, probablement à la suite d’une crise d’éthylisme. Il est enterré aux frais d’un gentilhomme russe. On ignore où se trouve sa tombe.

17Durant son séjour à Strasbourg, Lenz avait fait la connaissance de Cleophe Fibich, la fille cadette d’un grand bijoutier de Strasbourg, fournisseur de l’aristocratie de la haute vallée du Rhin et conseiller au Grand Sénat. A la fin de l’été 1773, elle s’était fiancée à Friedrich Georg von Kleist, un des deux jeunes barons que Lenz accompagnait à Strasbourg ; selon la coutume de l’époque, cet engagement avait donné lieu à l’établissement d’une promesse de mariage, rédigée de la main de Lenz. Le jeune officier partit en Courlande pour demander le consentement de ses parents, et ne revint jamais à Strasbourg. Lenz voulut d’abord réconforter la jeune fille abandonnée, mais ne put rester insensible au charme de Cleophe, que courtisait aussi le plus jeune des Kleist. C’est cette passion sans espoir que Lenz confesse à Goethe dans son Journal (1774) dont nous publions ci-après de larges extraits. Georg von Kleist y est Scipion, son frère est surnommé le beau-frère, Cleophe prend le nom d’Araminte. Un an plus tard, Lenz reviendra sur les mêmes événements en écrivant sa pièce Les Soldats (1775) : Georg von Kleist sera Desportes, son frère le lieutenant Mary, Cleophe s’appellera Marie et Lenz, sous le nom de Stolzius, tuera son rival avant de se suicider.

© Éditions Contrechamps, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search