Version classiqueVersion mobile

Die Soldaten de Bernd Alois Zimmermann

 | 
Philippe Albèra

Die Soldaten. Opéra en quatre actes (1958-1964)

Livret

Note de l’éditeur

Livret établi par Laurence Helleu, d’après la traduction de Die Soldaten de Jakob Lenz, par René Girard et Joël Lefebvre. L’Arche, Editeur © 1972 – Paris
Les filets verticaux « | » en marge du livret indiquent que plusieurs personnages chantent simultanément.
Toutes les indications de régie figurant dans le livret original de Zimmermann (Schott, Mayence) ont été traduites ici. Elles sont complétées par d’autres, extraites de la partition (Schott 6343).

Texte intégral

Distribution

1Wesener (marchand de nouveautés à Lille) : basse

2Marie (fille de Wesener) : soprano colorature très dramatique

3Charlotte (fille de Wesener) : mezzo soprano

4La vieille mère de Wesener : alto grave

5Stolzius (marchand de draps à Armentières) : baryton élevé

6La mère de Stolzius : alto très dramatique

7Le colonel (comte de Spannheim) : basse

8Desportes (noble originaire du Hainaut, servant dans l’armée française) : ténor très aigu

9Un jeune ordonnance (employé par Desportes) : acteur

10Pirzel (un capitaine) : ténor aigu

11Haudy (officier) : baryton héroïque

12Mary (officier) : baryton

13Eisenhardt (aumônier) : baryton héroïque

14Trois jeunes officiers : ténors très aigus

15La comtesse de la Roche : mezzo soprano

16Le jeune comte (son fils) : ténor lyrique très aigu

17Une Andalouse (serveuse) : danseuse

18Trois aspirants : danseurs

19Madame Roux (propriétaire du café) : rôle muet

20Le domestique de la comtesse : acteur

21Un jeune aspirant : acteur

22Un officier ivre : acteur

23Trois capitaines : acteurs

24Les soldats : parlé rythmique, contrôle de l’arsenal de percussion (tables, chaises et couverts)

Preludio. ACTE 1

Introduzione. SCENE1 (Strofe)

25Charlotte, Marie.

26Lille. La maison des Wesener : Marie est en train d’écrire. Charlotte est à son ouvrage.

27Charlotte :

« Cœur, petite chose, source de tourments
Sise au creux de la poitrine
Qui saurait ce qu’il en coûte,
Aimerait mieux n’en pas avoir. »

28Marie lève les yeux : Ma sœur, ma sœur, est-ce que tu sais comment on écrit Madame, (épelant :) M-a Ma, t-a-m tarn, m-e me ?

29Charlotte s’approche de la table et lit par dessus son épaule : C’est bien ça.

30Elle retourne à son ouvrage.

31Elle interrompt son ouvrage, se penche en arrière et se laisse aller à ses pensées.

« Tes battements, c’est trop rarement
Que s’y mêle du bonheur
Et combien vite vient la douleur.
Rançonner chaque instant de bonheur. »

32Marie : Ma sœur, écoute, je vais te lire pour voir si ça va comme j’écris. (Elle se met debout et lit sa lettre. Charlotte l’écoute attentivement.) « Ma chère Matame, nous sommes, Dieu soit loué, bien arrivés à Lille ». C’est bien ça, arrivés (épelant :) a-r ar, r-i ri, v-é vé ?

33Charlotte continue son travail. Acquiesçant :

« Et pourtant ni les joies ni les peines ne sauraient être pires
Que de ne pas t’avoir, cœur !
Cœur, mieux vaut encore qu’en une pierre de verre
(Avec une émotion plus grande :)
Te fondent les ardents rayons de mon destin. »

34Marie : Ma sœur, ma sœur, écoute ! (Elle lit :) « ... en mesure de vous revaloir toutes ces politesses et civilités. (Elle fait la révérence.) Mais parce que ce n’est pas en notre pouvoir, aussi prions de poursuivre cette affaire ultérieurement ».

35Charlotte, sèche : « Nous vous prions de poursuivre... »

36Marie : Laisse donc, qu’est-ce que tu as à me couper la parole ?

37Charlotte, sans se troubler, parlant plus nettement : « Nous vous prions de renvoyer à une date ultérieure. »

38Marie : Bah, qu’est-ce que tu racontes ? Papa aussi c’est bien comme ça qu’il écrit.

39Charlotte, impatiemment : Eh bien, lis donc jusqu’au bout.

40Marie : Le reste ne te regarde pas. (Subitement furieuse :) Ne te regarde pas.

41Charlotte : Tu n’as pas voulu me lire la fin, tu y as certainement mis quelque compliment pour Monsieur Stolzius.

42Marie : Stolzius, Stolzius ! (Furieuse :) Laisse-moi tranquille avec Stolzius !

43Charlotte : Je sais bien que tu es amoureuse de lui et que tu ne peux même pas supporter que quelqu’un d’autre prononce son nom.

44Marie est hors d’elle.

45Charlotte, avec une très grande émotion :

  • 1 Lenz, Jakob Michael Reinhold : Gesammelte Schriften, hrsg. von Franz Blei, Munich, 1909-1913, p. 98 (...)

« Aimer, haïr, vouloir, trembler,
Espérer, vaciller jusqu’au cœur des chairs.
Ah, que la vie serait fade,
Si tu n’y mêlais l’amertume »1

SCENE 2. (Ciacona I)

46A Armentières, dans la maison de Stolzius.

47Stolzius et sa mère.

48Stolzius, la tête enveloppée d’une compresse : Je ne me sens pas bien mère !

49La mère de Stolzius reste plantée devant lui et le regarde : Je crois bien que tu n’as que cette maudite fille en tête, c’est pour ça qu’elle te fait si mal, c’est pour ça. Depuis qu’elle est partie, tu n’as pas cessé d’être malheureux.

50Stolzius : Sérieusement, mère, ça ne va pas bien.

51La mère de Stolzius : Si tu me promets d’être raisonnable, j’ai là quelque chose qui va te rendre le cœur moins lourd.

52Elle tire une lettre de son corsage.

53Stolzius se lève d’un bond : Elle vous a écrit ?

54La mère de Stolzius : Tiens, tu peux lire. (Stolzius lui arrache la lettre des mains et la dévore des yeux.) Mais écoute-moi bien, le colonel veut qu’on lui mesure le drap.

55Stolzius : Laissez-moi (énervé :) répondre à la lettre. Laissez-moi, mère, répondre à la lettre.

56La mère de Stolzius : Gros bêta, gros bêta, c’est du drap que je parle, du drap que le colonel a commandé pour le régiment.

Tratto I. SCENE 3 (Ricercari I)

57Lille. La maison des Wesener. Marie est plongée dans ses pensées, un ouvrage à la main. Desportes entre un peu plus tard, sans que Marie s’en aperçoive.

58Desportes : Divine Mademoiselle !

59Marie : Oh, Monsieur le baron !

60Elle se lève d’un bond. Desportes lui fait signe de rester assise et s’approche.

61Desportes : Divine Mademoiselle !

62Marie, un peu coquette : Oh, Monsieur le baron, arrêtez-vous, je sais bien que ce ne sont que des compliments.

63Desportes se met à genoux devant elle : Je vous jure que de ma vie je n’ai vu d’être plus parfait que vous.

64Marie, avec hésitation : Mon père m’a pourtant dit... (Avec assurance :) Voyez comme vous êtes perfide !

65Desportes, avec emphase : Moi, perfide ? Pouvez-vous penser de moi chose pareille, divine Mademoiselle ?

66Marie est perplexe.

67Desportes, avec exagération : Est-ce de la perfidie si je quitte le régiment bien que j’aie cédé mon tour de congé ; si je risque que l’on découvre que je ne suis pas chez mes parents, comme je l’ai prétendu ; que l’on me jette en prison à mon retour, et cela pour le seul bonheur de vous voir ? Est-ce là de la perfidie, perfection des perfections ?

68Marie se détourne, déconcertée.

  • 2 Ibid., p. 104 (N. D. L. R.).

69Desportes : « Tous les maux que j’endure s’effacent au regard du bonheur de te dévorer des yeux, le souffle ravi, là devant toi ! Et si mon orgueil se rebiffe, je le ramène à la raison : peut-on sans tourments contempler un ange ? »2

70Wesener passe sa tête dans l’entrebaillement de la porte : Tiens, voyez donc ! Serviteur, Monsieur le baron ! D’où vient que nous ayons de nouveau l’honneur ?

71Il le serre dans ses bras.

72| Desportes : Je ne suis ici que pour quelques semaines, pour rendre visite à un parent qui est arrivé de Bruxelles.

73| Wesener : Et je n’étais pas à la maison pour vous recevoir. Vous voudrez bien excuser, vous avez dû vous ennuyer avec ma petite Marion.

74Desportes : Faites-moi l’honneur de me permettre de conduire Mademoiselle votre fille au théâtre.

75Marie, suppliant : Ah, papa !

76Wesener, outré : Monsieur le baron !

77| Desportes : On donne, on donne aujourd’hui une pièce nouvelle, une pièce toute nouvelle !

78| Wesener : Pardon ! Non, non, il n’en est pas question, Monsieur le baron ! Ne m’en tenez pas rigueur, mais n’en parlons plus.

79| Marie, suppliant : Papa, puisque personne ne connaît Monsieur le baron !

80Wesener : Ma fille n’a pas l’habitude d’aller au théâtre. Ça ne ferait que faire jaser les voisins. Et par-dessus le marché, avec un de ces jeunes messieurs de la garnison !

81Marie, effrayée : Mais papa !

82Wesener, baissant la voix : Vas-tu fermer le bec ? Vous pardonnerez, Monsieur le baron ! J’aurais bien voulu vous faire plaisir. Pour tout le reste, vos désirs sont des ordres.

83| Desportes, sèchement : Eh bien, je prends donc congé. Monsieur Wesener ! Adieu, Mademoiselle Marie.

84| Marie fait la révérence : Monsieur le baron ! (Desportes sort.) Eh bien, papa, vous pouvez dire que vous avez une de ces façons de vous comporter !.

85Wesener : Bon, voilà de nouveau que je n’ai pas agi à ton idée. Mais qu’est-ce que tu sais du monde, petite bécasse ?

86Il marche de long en large, en réfléchissant. Marie est assise sans bouger, elle rêve.

87Marie, se parlant comme à elle-même : Je suis pourtant sûre qu’il a de bons sentiments, Monsieur le baron.

88Wesener, s’énervant peu à peu : Parce qu’il t’a dit quelques flatteries et patati et patata. Ils se valent tous, et ne va pas faire la connaissance des jeunes militaires de la garnison. Ils courent toutes les auberges et tous les cafés, et se racontent leurs histoires, et avant qu’on y prenne garde, pfft, le nom d’une pauvre fille est dans la bouche de tout le monde, eh oui ! (Très énervé :) « Et il y a aussi une telle et une telle qui filent un mauvais coton, et je connais aussi une telle ou une telle, et en voilà encore une qui n’aurait pas demandé mieux ».

89Marie se met à pleurer : Vous êtes toujours aussi grossier.

90Wesener lui tapote les joues.

91| Wesener, apaisant : Il ne faut pas m’en vouloir. Tu es ma seule joie, petite folle, c’est pourquoi j’ai soin de toi. (Il lui tapote les joues, et sort.)

92| Marie : Si seulement vous vouliez me laisser prendre soin de mes propres affaires. (Un peu obstinée :) Je ne suis tout de même plus une enfant.

93Elle se retourne avec entêtement.

SCENE 4. (Toccata I)

94Le colonel, Haudy, Mary, le jeune comte, Eisenhardt (l’aumônier de la caserne), Pirzel, trois jeunes officiers.

95A Armentières, près de l’ancien fossé de la ville.

96L’aumônier et les officiers sont pris dans une discussion animée.

97| Haudy : Voilà encore qui s’appelle parler pour ne rien dire.

98| 1er officier :... Voilà encore...

99| 2e officier :... qui s’appelle parler...

100| 3e officier :... pour ne rien dire...

101Pirzel, imitant Haudy :... pour ne rien dire...

102Haudy ne prête pas attention à Pirzel, et se tourne vers Eisenhardt.

103Les trois jeunes officiers, l’un après l’autre : En un mot !

104| Haudy : Monsieur ! je vous affirme ici-même qu’une seule comédie, et quand ce ne serait que la plus méchante farce, est dix fois plus profitable non seulement aux officiers, mais...

105| Pirzel, répétant les mots de Haudy avec effroi : Quand ce ne se serait que la plus méchante farce... Eh. Haudy !

106| Eisenhardt : Je vous en prie !

107| Les trois jeunes officiers : Eh. Haudy ! La plus méchante farce ! Une seule comédie ! comédie...

108| Pirzel répète, consterné : ne serait que...

109| Haudy, irrité par Pirzel :... à tout l’État, que tous les sermons, que tous les sermons...

110Les trois jeunes officiers, caricaturant :... sermons... sermons... sermons...

111Haudy :... réunis que vous-même et vos pareils avez prononcés ou prononcerez durant (fanatique :)... durant toute votre vie.

112Les trois jeunes officiers, bruyamment : Eh ! Eh !

113| Mary, apaisant : Mais, Haudy !

114| Le jeune comte, apaisant : Messieurs !

115| Le colonel, indigné : Commandant !

116Pirzel, ouvrant largement les bras : Mes chers camarades !

117| Eisenhardt, énervé, écarte Pirzel : Répondez, je vous prie, à une seule question : qu’y apprennent donc ces messieurs ? Quoi ?

118| Haudy : Eh, quoi ?

119| Les trois jeunes officiers : Eh, quoi ?

120Haudy et les trois jeunes officiers : Eh quoi, faut-il donc toujours apprendre ? Nous nous amusons, est-ce que ça ne suffit pas ?

121Les trois jeunes officiers : Est-ce que ça ne suffit pas ?

122Eisenhardt, avec emportement : Dieu veuille que vous ne fassiez que vous amuser sans rien apprendre !

123Mary, apaisant : Mon cher pasteur !

124| Haudy : Monsieur !

125| Pirzel, apaisant : Mes chers...

126| Le jeune comte : Mon cher pasteur !

127| Le colonel, apaisant : Votre enthousiasme est digne d’éloge...

128| Pirzel : ... camarades...

129| Mary, apaisant : Mon cher pasteur !

130| Eisenhardt, à Mary, énervé : Mon cher commandant !

131|Haudy : ... mais il sent la calotte...

132| Le jeune comte : Mon cher pasteur !

133| Mary : ... pardonnez-moi de vous le dire !

134| Pirzel essaie de se faire entendre : Vous êtes de respectables...

135| Le colonel, très audible : Qu’une fille se fasse faire un enfant alors qu’elle ne demande pas mieux...

136Pirzel :... créatures de Dieu...

137Haudy, criant presque : Une putain... (écartant Pirzel :) Une putain sera toujours une putain, quelles que soient les mains dans lesquelles elle tombe.

138Eisenhardt : Une putain sera toujours une putain. Connaissez-vous si bien l’autre sexe ?

139Haudy, ironique : Ce n’est toujours pas vous qui allez me donner des leçons sur ce point !

140Les trois jeunes officiers : ha ha ha ha ha...

141Haudy : ha ha !

142Eisenhardt, indigné : Messieurs ! Vous êtes peut-être passé maître en la matière...

143Les trois jeunes officiers : Oh oh !

144| Eisenhardt :... mais permettez-moi de vous dire que...

145| Haudy : Tudieu, si c’était un autre qui me disait ça !

146| Les trois jeunes officiers : Tudieu !

147| Eisenhardt : Une putain ne sera jamais une putain si on n’en fait pas une putain.

148| Haudy : Pensez-vous, Monsieur, que nous cessons d’être des honnêtes gens dès que nous revêtons l’uniforme ?

149Eisenhardt : Tant que je verrai encore des femmes entretenues et de jeunes bourgeoises malheureuses, je ne changerai pas d’opinion.

150Il sort avec Pirzel.

151Les trois jeunes officiers : C’est inouï !

152Tous sortent.

SCENE 5. (Nocturno I)

153A Lille, dans la maison des Wesener. La chambre de Marie : Marie est assise sur son lit, profondément plongée dans des rêveries. C’est le soir. Le père entre.

154Marie sursaute : Ah ! Seigneur Jésus !

155Wesener, apaisant : Allons, ne fais donc pas l’enfant. (Il marche de long en large dans la pièce. Toujours debout :) Écoute, Marion ! (Il se remet à marcher de long en large, puis s assied près d’elle.) Τu sais que je t’aime bien, et tout ce que je te demande, c’est d’être franche avec moi, tu n’auras pas à t’en repentir. (Comme en passant :) Dis-moi, est-ce que le baron t’a parlé d’amour ?

156Marie, d’un air mystérieux, chuchotant : Papa, il est amoureux de moi, c’est vrai. (Elle court vers l’armoire. D un air important :) Voici des vers qu’il a faits sur moi. (Elle revient avec une feuille de papier ; rire étouffé.)

157Wesener lit à haute voix ; un peu pathétique, hésitant parfois, il lit à voix haute à la manière des personnes âgées. Manifestant dans l’ensemble une certaine bonne humeur :

« O toi, suprême objet de mes purs instincts
Je t’adore, mon aimée, je veux t’aimer toujours
Puisque l’affirmation de mon fidèle amour,
Merveilleuse lumière, renaît tous les matins. »

158Il rit, parcourt tranquillement encore une fois :

159« Merveilleuse lumière », ah, ah, ah !... (Il lit encore une fois :) « O toi, suprême objet de mes purs instincts... » (Il met les vers dans sa poche, répétant pensivement :) « O toi, suprême objet de mes purs instincts », je vois qu’il a des intentions honnêtes. (Brusque, pèremptoire :) La seule chose : n’accepte pas de cadeaux de lui, ma fille ! Pour l’amour de Dieu, pas de cadeaux !

160Marie : Je sais bien que mon papa ne me donnera pas de mauvais conseils. (Elle lui embrasse la main.)

161Wesener : Bon, c’est bien. (Il l’embrasse. Très intense, chuchoté :) Tu peux peut-être encore devenir une vraie dame, petite folle. Oui. On ne sait jamais quelle chance vous est parfois réservée.

162Marie : Mais papa... (Honteuse :) Que va dire le pauvre Stolzius ?

163Wesener : Ce n’est pas une raison pour faire fuir tout de suite le pauvre Stolzius, écoute un peu (il se lève, réfléchissant vite :) ça va, je te dirai comment tourner la lettre que tu lui enverras. En attendant, dors bien, mon petit rat.

164Marie : Bonne nuit, petit papa. (Elle lui embrasse la main. Maintenant qu’il est sorti, elle laisse échapper un profond soupir et s’approche de la fenêtre en délaçant son corset.) J’ai le cœur si lourd, je crois qu’il y aura de l’orage, cette nuit. Si la foudre tombait... (Elle se signe.) Dieu ! (Elle lève les yeux vers le ciel et frappe de ses mains sa poitrine découverte.)

165Qu’ai-je donc fait de mal ? Stolzius - je t’aime encore, je t’aime encore, mais si j’ai une occasion de faire mon bonheur... (elle va près de la fenêtre ouverte ; l’orage s’approche très lentement.)... et papa lui-même me donne le conseil... et mon bonheur... j’ai le cœur si lourd. (Angoissée :) Dieu, qu’ai-je donc fait de mal ? (Elle tire le rideau. Simplement :) Si la foudre me frappe, qu’elle me frappe. Cela ne me fait rien de mourir.

166Elle éteint la lumière. La scène n’est plus éclairée que par la lueur des éclairs, à travers les rideaux tirés. L’orage reprend et emplit la scène. Marie, debout, est immobile, une silhouette sombre.

ACTE II

Introduzione. SCENE 1 (Toccata II)

167Eisenhardt, Pirzel, le colonel, le jeune comte, Stolzius, trois jeunes officiers, Mary, Haudy, trois capitaines, un officier ivre, Madame Roux, l’Andalouse, trois jeunes aspirants, des officiers.

168A Armentières.
Le café : au fond, à droite et à gauche, des praticables. A gauche et à droite, deux escaliers mènent au praticable du fond. Sous ce praticable se trouvent le bar et deux portes, l’une à gauche, l’autre à droite.

169Table Ia
Praticable de droite
Trois aspirants, buvant du café. Tasses pleines - tasses vides (frappées avec des cuillères à café).

170Table IIa
Sous le praticable du centre, à gauche du bar
Trois officiers, buvant du thé. Verres pleins – verres vides (frappés avec des cuillères à thé).

171Table IIIa
Sous le praticable du centre, à droite du bar
Trois officiers, buvant du café. Cafetière, manche - cafetière, bord (frappés avec des cuillères à café).

172Table Ib
Sur le praticable du centre, à gauche
Trois officiers, fumant et s’ennuyant.
Chaise, accoudoir – chaise, siège (frappés avec le plat de la main).

173Table IIb
Sur le praticable du centre, à droite

174Table IIIb
Sur le praticable de gauche
Trois officiers, lisant le journal. Plateau plein (en métal) – plateau vide (frappés avec des couteaux de table).

175Table c
Sous le praticable de droite
Le colonel. Mary, le jeune comte.

176Table d
Au milieu, sur le devant
Pirzel, Eisenhardt.

177Table e
Sous le praticable de gauche
Trois capitaines (voix parlées).

178Table f
Devant le bar
Trois jeunes officiers.

179Table g
Sur le praticable du milieu, au centre
Le jeune aspirant (voix parlée), trois jeunes aspirants (danseurs).

180A l’exception des trois officiers jouant au skat, tous sont pris, jusqu’à l’arrivée de Stolzius, dans un mouvement constant, presque chorégraphique. A cause de la percussion, la disposition des tables décrite ci-dessus doit être reproduite le plus fidèlement possible. La table d devra être écartée au moment de la danse des trois aspirants.

181Table IIb : Grand ! Contrat ! Bien !

182Table IIa : Eh ! Bête !

183| Table Ia : Holà ! Mamselle ! (L’un d’eux, penché sur la balustrade :) Café ! Ici !

184| Table IIIb, l’un d’eux, penché sur la balustrade : Vieille ! Bête !

185| Table IIa : Thé !

186| Table IIb : Grand ! As ! Valet !

187| Table IIIb : Thé ! Ici !

188Les trois jeunes officiers entrent en riant et en blaguant : Ha ha ha !

189| Table Ia, appelant depuis la balustrade : Mamselle ! Du lait !

190| Table IIb : Grand ! Couleur ! Valet ! As !

191| Table IIIb, l’un d’eux, appelant depuis la balustrade : Madame !

192| Les trois jeunes officiers : Si un jour je prends femme, je te permettrai... Allez ! Une femme ! Allez ! Une femme ? Parfait ! Parfait !

193| Table IIIb : Du sucre ! Et tabac !

194| Le jeune aspirant, devenu attentif, à l’entrée des trois jeunes officiers ; à son bras, la jeune Andalouse s’occupe ostensiblement beaucoup de lui (travestie, elle porte l’uniforme du régiment et ne se distingue pas, en apparence, des officiers). Tous deux se penchent sur la balustrade : elle rit, il se balance.

195| Tables IIa et IIb : Et les journaux !

196| L’officier ivre somnole, sursaute parfois et s’entraîne à faire des grimaces en gesticulant, puis somnole à nouveau ; à la manière colérique des gens ivres :... la peste soit de vous !

197| Le jeune aspirant, aussi vite que possible, et très accentué ; grinçant comme un général :... je te permettrai de coucher avec elle, si tu parviens à la mettre au lit.

198| L’officier ivre donne un coup de sabre sur la table. Madame Roux le reconduit calmement sur le sofa. Tous se retournent. Les trois jeunes officiers prennent place à la table située devant le bar. Eclats de rire, TAndalouse repousse « son » jeune aspirant sur le sofa.

199| Table IIb, recommencent à jouer au skat : Allons ! Grand ! Bien ! Comme ça !

200| Eisenhardt et Pirzel entrent, pris dans une conversation très animée.

201Eisenhardt, très en colère : C’est ridicule de voir les gens bourdonner comme un essaim autour du pauvre Stolzius, comme les mouches autour d’un rayon de miel.

202| Table IIb : Pique ! Çaça ! Valet !

203| Table IIa : C’est dommage... que tu aies reçu trop d’esprit en partage...

204| Table Ia, l’un d’eux se penche sur la balustrade : Grosse Trogne ! ! ! (Les autres, apaisants :) Oui, oui !

205| Table IIIb, l’un d’eux : Ecoute ! (Les autres calmement, mais avec insistance :) Silence !

206Eisenhardt et Pirzel prennent place, devant à gauche, à la table des trois capitaines.

207Eisenhardt : Et je te le tire, et je te le pousse, c’est à qui ira se promener avec lui, jouera au billard avec lui...

208Les trois jeunes officiers, l’un se lève d’un bond et danse, le deuxième reste assis, le troisième se lève d’un bond aussi : On va s’offrir une comédie qui n’a pas sa pareille. Parfait ! Parfait !

209Eisenhardt, très en colère :... on dirait des chiens de chasse qui flairent le gibier.

210| Table IIa, calme : Tu me fais penser à une bouteille trop pleine que l’on renverse la tête en bas...

211| Table Ia, l’un d’eux crie, penché sur la balustrade :... il n’en sort pas une goutte car-

212| Table IIIb, l’un d’eux se penche sur la balustrade, calme :... l’une empêche l’autre... de passer...

213| L’officier ivre :... la peste soit de vous !

214Pirzel prend Eisenhardt par la main. Le colonel, irrité, impose d’un geste le silence.

215Pirzel, avec beaucoup d’énergie : D’où cela provient-il, Monsieur le pasteur ? De ce que les gens ne pensent pas, (avec insistance :) ne pensent pas. (Il se lève et prend une pose très théâtrale, à demi tourné vers le groupe des officiers :) Il y a un Etre parfait. Cet Etre parfait Je peux ou bien l’offenser, ou bien ne pas l’offenser.

216Le colonel et le jeune comte se retournent.

217Le colonel : Tiens, le voilà qui recommence ?

218Pirzel, avec beaucoup de conviction : Si je pouvais l’offenser (il se tourne entièrement vers la compagnie), alors il cesserait d’être parfait.

219| Les trois jeunes officiers : Mais oui, Pirzel ! tu as raison ! Alors il cesserait d’être parfait.

220| Le colonel : Mais oui, Pirzel ! Tu as raison !

221| Table IIb : Mais oui, Pirzel ! Pique, ça ! Pique, çaça ! Pique et pique !

222|Tables Ia, II, IIIb, ennuyés : Mais oui, tu as cent fois raison ! Ils prennent l’air enjoué.

223| Mary : Mais oui, Pirzel ! tu as raison !

224Le colonel, irrité, fait un geste de dénégation : Tiens !

225Pirzel se tourne rapidement vers l’aumônier : Si je ne peux pas l’offenser... (Il lui prend la main et reste figé, plongé dans de profondes pensées.)

226Les trois jeunes officiers, le jeune comte, Mary, le colonel, tables Ia, IIa, IIb, IIIb : Que diable, Pirzel ! Est-ce à nous que tu causes ?

227Pirzel, ouvrant largement les bras, se tourne vers eux avec sérieux : Mes chers camarades, vous êtes des créatures de Dieu et, à ce titre, respectables. Donc je ne peux pas faire autrement que vous respecter et vous estimer.

228Entre temps, les trois jeunes aspirants (les danseurs) se sont levés, ils se promènent et doublent Pirzel en pantomime, sans que celui-ci s’en aperçoive. L’un d’eux descend deux marches en dansant d’une manière exubérante.

229Les trois capitaines, sérieusement : Ça, si on a un conseil à te donner !

230Pirzel : Je suis aussi une créature de Dieu, donc vous devez me faire le même honneur.

231Eisenhardt : Tiens, je suis...

232Pirzel lui prend la main : Pardonnez-moi, Monsieur le pasteur ! (Il se rassied à la table. Les trois jeunes aspirants descendent quelques marches en dansant.)

233| Le jeune aspirant cherche la discussion : Les amis !

234| L’Andalouse le ramène tendrement mais énergiquement sur le sofa.

235| L’officier ivre :... la peste soit de vous !

236| Tables Ia, IIa, IIb, IIIb, avec animation : Eh ! Allons ! Eh ! Tiens donc ! Oh !

237A partir de ce moment, la scène devient lente (très lente !), de plus en plus sonore ; le dialogue entre Eisenhardt et Pirzel de moins en moins clair, couvert par les cris.

238Eisenhardt, énergique : Capitaine, je suis en tout point de votre avis. Mais la question était de savoir comment faire entrer dans la tête de ces gens...

239| Les trois capitaines (la discussion s’enflamme :) On la connaît, ta grande politique ! (Les trois jeunes aspirants sont arrivés, en dansant, en bas de l’escalier.) Penses-tu qu’il n’a pas assez de lubies en tête ? Qui ? Le Stolzius ? Eh tiens !

240| Pirzel, à nouveau debout : Cela provient de ce que les gens...

241| Eisenhardt :... qu’il faut laisser tranquille, ce pauvre Stolzius et ne pas semer la jalousie et le soupçon...

242Les trois capitaines, avec insistance : Et s’il se pend ?

243| Eisenhardt :... dans deux cœurs qui peut-être auraient pu se rendre heureux pour l’éternité.

244| Les trois capitaines, (l’un d’eux sursaute ; avec insistance :) N’est-ce pas. Monsieur le pasteur ? Ou s’il la laisse tomber ? Tiens, tu seras bien avancé. Tiens. (Tourné vers l’aumônier :) La vie d’un homme, c’est pas des haricots !

245| Le jeune aspirant, avec passion : O peur ! Oh ! (Il oublie ce qu’il voulait dire et se rassied.)

246| Pirzel se relève précipitament : Comme j’avais l’honneur et le plaisir de vous le dire, Monsieur le pasteur.

247| Les trois jeunes aspirant retournent dans l’escalier ; ils montent et descendent.

248Pirzel : Cela provient de ce que les gens ne pensent pas ! Penser, penser à ce qu’est l’homme.

249| Les trois capitaines : Penser, penser à ce qu’est l’homme, tiens ! Notre vie, c’est pas des haricots, n’est-ce-pas, Monsieur le pasteur.

250| Pirzel essaie de se faire entendre :... c’est bien là mon propos. Regardez, ce qu’est l’homme, c’est là que ça se tient...

251| Les trois jeunes officiers : Par contre, si on éveille ses soupçons, il va croire que l’on... Tu veux le rendre fou, ce type ?... Il est incapable de sortir une parole dès que...

252| Eisenhardt, indigné : Laissez-moi en dehors de cette affaire !

253| (Il s’approche du colonel, le prend par le bras et l’entraîne pour une conversation à l’écart.)

254L’officier ivre, d’une voix pâteuse :... la peste soit de vous !

255Il gesticule, Mme Roux accourt : tumulte, éclat de rire, agitation. ·

256(Tous se lèvent, gesticulent et rient ; le premier des trois aspirants [danseurs] se balance sur la balustrade du praticable, les deux autres descendent les escaliers avec exubérance par la gauche et par la droite, pour commencer leur danse. Entre temps, tous se sont à nouveau assis. Ils exécutent, à l’exception des refrains pendant lesquels ils sont à l’unisson, une polyphonie à trois voix. Les « figures » sont en contrepoint les unes par rapport aux autres, tant du point de vue rythmique que du point de vue spatial ; les sons émis par la pointe, le talon et tout le pied doivent avoir la même précision que s’ils étaient joués par la percussion. Ces bruits, exécutés si possible en liaison avec les sauts, donnent à la danse son caractère. Cette « danse de caractère » met en scène la « vie des soldats ».)

Rondeau à la marche

Couplet I, Refrain

257| Tables Ia, Ha, IIb, IIIb : Eh ! Eh ! Allons !

258| Les trois jeunes officiers : Eh ! Eh !

259| Le jeune comte : Eh ! Eh !

Couplet II

260| Tables Ia, Ha, IIb, IIIb : Holà ! Madame Roux ! Ho ! Eh ! Holà ! Un rhum !

  • 3 Ibid., p. 107 (N. D. L. R.).

261| Le jeune aspirant, à la balustrade, trouve enfin ses mots ; intervenant avec enthousiasme : « O peur ! Vivre mille vies !3 »

Couplet II, Refrain

262| Le jeune aspirant : « Tituber, tournoyer, planer ! »

263| Le jeune comte se lève d’un bond, avec enthousiasme : « O courage ! Le cœur dilaté ! »

264| Tables Ia, IIa, IIb, IIIb : He-ho ! Madame Roux ! Ici !

Couplet III

265| Les trois jeunes officiers, l’un d’eux se lève d’un bond : Ho ! Eho ! « Comme s’il fallait sans tarder quitter le monde ! Libres ! »

266| Le jeune comte : « Libres comme l’air ! »

267| Le jeune aspirant : « L’haleine brève ! Le souffle du plaisir ! Tous brisés... »

268| Tables Ia, Ha, IIb, IIIb : Un rhum ! Madame Roux !

Couplet III, Refrain

269| Le jeune comte : « Libres ! »

270| Mary : « Libres ! »

271| Le jeune comte : « ... Les liens et les chaînes ! Libres comme l’air ! »

272| Tables Ia, IIa, IIb, IIIb : « Le souffle du plaisir ! L’haleine brève ! Libres comme l’air ! Tous brisés ! Les liens et les chaînes ! »

Couplet IV

273Le jeune aspirant : « Nous sommes des dieux ! Les liens et les chaînes, tous brisés ! »

274Les trois jeunes officiers : « Nous sommes des dieux ! »

275Le jeune comte : « Libres comme l’air ! Nous sommes des dieux ! »

276Mary : « Libres comme l’air ! Nous sommes des dieux ! »

277Tables Ia, IIa, IIb, IIIb : « Le souffle du plaisir ! Nous sommes des dieux ! »

Couplet V

278Ils crient tous à la fois, quittent les praticables, dégringolent les escaliers et entourent les aspirants-danseurs ; grand enthousiasme.

279L’officier ivre :... la peste soit de vous !

Danse de l’Andalouse. Variations sentimentales.

280Aussi brusquement que l’Andalouse, contrebasse, guitare, clarinette et trompette arrivent sur la scène.

281A la fin de la danse, l’Andalouse est complètement entourée par les officiers qui trépignent ; le colonel, Eisenhardt et Haudy entrent en scène ; la danse est interrompue.

282Haudy : Eh ! Messieurs ! Ça y est, je le tiens !

283Tous se pressent autour de lui ; l’Andalouse reste accroupie, oubliée, loin du monde ; personne ne lui prête attention ; elle part furtivement.

284Eisenhardt : Et qui donc, commandant ? Peut-on savoir ?

285Haudy, sans le regarder : Rien, rien, c’est un ami à moi.

286Les trois jeunes officiers : Est-ce que la noce est pour bientôt ?

287Haudy : Mon astuce, c’est de lui redonner confiance en sa bonne femme.

288Les trois jeunes officiers : Madame Roux ! Un rhum !

289Haudy : Que l’on trinque ! (Ils retournent tous à leurs places ; seuls ceux qui sont sur les praticables restent debout. Sérieusement :) Tenez-vous le donc pour dit et n’allez pas m’esquinter le bonhomme.

290Pirzel, suppliant : Mes chers frères et camarades...

291Les trois jeunes officiers, presque désespérés : Le voilà qui recommence ! Tiens ? oui, oui !

292Pirzel, se lève : Ne faites de tort à personne.

293Les trois jeunes officiers, ennuyés : Oui !

294Pirzel : La vie d’un homme est un bien...

295| Les trois jeunes officiers : Oui, oui !

296| Pirzel :... qu’il ne s’est pas donné lui-même...

297| Le colonel : Oui, oui, Pirzel !

298Stolzius entre, Pirzel se tourne vers la porte. Haudy se lève d’un bond. Tous se taisent à l’arrivée de Stolzius.

299Haudy : Ah, mon cher ! Venez !

300Il le conduit à une table.

301Stolzius, quittant son chapeau et s’adressant aux autres personnages : Messieurs, vous me pardonnerez d’avoir l’audace de me présenter dans votre café.

3021er officier, se lève et s’approche : Votre serviteur ! C’est pour nous un honneur particulier.

303Tous quittent leur chapeau, se montrent très polis et font des ronds de jambes.

304Stolzius porte encore une fois la main à son chapeau, avec une certaine froideur, et s’assied à côté de Haudy : Il souffle un vent si glacial dehors, je pense que nous allons avoir de la neige.

305Les trois jeunes officiers se lèvent de nouveau et disent des compliments.

306Haudy bourre la pipe et la tend à Stolzius : Je le crois aussi.

307Stolzius, un peu contraint, prend la pipe : on fume.

308Les trois jeunes officiers, d’un air innocent, s’installent ostensiblement à la table de Stolzius : Avez-vous reçu récemment des nouvelles de Lille ? Comment se porte Mademoiselle votre fiancée ?

309Ils retournent à leur table en dansant.

310Stolzius, embarrassé : Je suis votre serviteur, Messieurs, je ne sais de quelle fiancée on pourrait parler, je n’en ai pas

311Mary, étonné : Desportes me l’a pourtant écrit !

312| Le colonel, étonné : Et la demoiselle Wesener de Lille ?

313| Le jeune comte : N’est-elle pas votre fiancée ?

314| Les trois jeunes officiers : Ce Desportes.

315Stolzius, froid : Alors, Monsieur Desportes doit le savoir mieux que moi.

316Le colonel : Je vous assure, Monsieur Stolzius.

317Les trois jeunes officiers : Desportes !

318Mary :... est un homme honnête.

319Le jeune comte, protestant : Je connais Desportes.

320Les trois jeunes officiers : C’est un garnement qui ne pense qu’à s’amuser.

321Le jeune comte, le colonel, Mary, les trois jeunes officiers : Que fait-il ? Quoi ? Depuis si longtemps à Lille ?

322Haudy, d’un air innocent : De là à entreprendre de détourner de lui sa fiancée...

323Les trois capitaines, comprenant brusquement : Ce Desportes...

324Stolzius se lève d’un bond, très en colère : Desportes, Desportes, Desportes ! (S’efforçant de garder contenance :) Messieurs, j’ai l’honneur de prendre congé.

325Haudy, effrayé : Quoi, où voulez-vous aller ?

326Il tente de le retenir.

327Stolzius, le repoussant brusquement : Pardonnez-moi, mais je ne puis rester ici un moment de plus sans me trouver mal.

  • 4 Zimmermann conserve ici le lapsus de Lenz : car c’est bien sûr la Lys, et non le Rhin, qui coule à (...)

328Les trois jeunes officiers : C’est l’air du Rhin !4 Stolzius : Au revoir. Il s’éloigne en chancelant.

329Haudy, en rage : Nous voilà bien avancés. (Crié avec fureur :) Sacrée bande de trous du cul !

330Grand tumulte.

Intermezzo. SCENE 2 (Cappricio, Corale et Ciacona II)

331Marie, Desportes, la vieille mère de Wesener, la mère de Stolzius, Stolzius.

332A Lille. Marie, assise dans un fauteuil, pleure, une lettre à la main. Entre Desportes.

333Desportes : Qu’est-ce qui ne va pas, Marion, mon trésor, qu’avez-vous ?

334Marie cherche à mettre la lettre dans sa poche : Ah !

335Desportes : Pour l’amour du ciel, qu’est-ce donc que cette lettre ?

336Marie, en baissant la tête : Voyez donc ce que m’écrit ce personnage, ce Stolzius.

337Elle continue de pleurer. Desportes reste d’abord indécis.

338Desportes lit des yeux, furieux : C’est un impertinent et un âne. Mais, dites-moi, pourquoi échangez-vous des lettres avec ce vaurien ?

339Marie s’essuie les yeux : Je vais vous dire, Monsieur le baron, c’est qu’il a demandé ma main et que je lui suis quasiment promise.

340Desportes : Lui ? Demandé votre main ? Comment cet âne-là peut-il se permettre ? Attendez, je vais répondre à sa lettre.

341Marie : Oui, mon cher Monsieur le baron !

342Ils vont à la table. Marie prépare de quoi écrire.

343Desportes, debout derrière elle : Je connais bien la situation de cet homme. Et pour parler net, vous n’êtes pas faite pour un bourgeois.

344Marie : Non, Monsieur le baron, il n’en sortira rien, ce n’est qu’une vaine espérance avec laquelle vous cherchez à m’abuser. Votre famille ne le permettra jamais.

345Desportes : Ça, c’est mon affaire. Avez-vous une plume et de l’encre ? Je vais répondre à la lettre de ce chenapan, vous allez voir.

346Marie : Non, je vais écrire moi-même.

347Desportes : Alors je vais vous dicter.

348Marie : Ça non plus, je ne le veux pas.

349Elle écrit.

350Desportes lit par-dessus son épaule : Monsieur... Butor, ajoutez : butor.

351Il trempe une plume dans l’encre et veut ajouter le mot.

352Marie, couvrant la lettre de ses deux bras : Monsieur le baron...

353Desportes : Monsieur, ha, ha, ha !

354Marie : Ha, ha, ha !

355Ils commencent à se taquiner. Dès qu’elle déplace le bras, il fait mine d’écrire ; ils rient beaucoup, elle lui trace avec sa plume pleine d’encre une grande balafre au travers du visage ; elle continue à écrire.

356Il s’approche ; elle le menace de sa plume ; elle finit par mettre la feuille de papier dans sa poche ; il veut l’en empêcher, ils s’empoignent à bras-le-corps ; Marie le chatouille, il pousse des cris épouvantables, avant de s’effondrer à bout de souffle dans un fauteuil. Elle danse en badinant autour de lui. Desportes essaie de l’attraper. Marie se glisse dans la chambre voisine, il la suit. Marie s’échappe par une autre porte, il la suit. Finalement, elle retourne dans la chambre, suivie de Desportes.

357Pendant que l’on continue d’entendre des cris et des éclats de rires venant de la chambre, la vieille mère de Wesener traverse la pièce en traînant les pieds, ses lunettes sur le nez ; elle s’asseoit dans l’angle de la fenêtre, tricote et chante de sa voix rauque de vieille femme.

358La scène devient sombre, prend un caractère irréel : au fond à gauche, « derrière » la scène (mais visibles) Marie et Desportes, un couple d’amoureux. Au premier plan à droite, la vieille mère de Wesener tricote et psalmodie ; au fond à droite, à mi-hauteur, la maison de Stolzius à Armentières : la tête enveloppée d’une compresse, Stolzius est assis à une table sur laquelle brûle une lampe, une lettre à la main ; sa mère est près de lui. (Les trois groupes sont séparés les uns des autres, comme des îles, et sont visibles simultanément jusqu’à ce que la vieille mère de Wesener sorte en appelant Marie et Desportes.)

359La vieille mère de Wesener : Mon enfant, ô mon enfant !

360La mère de Stolzius s’échauffe : Tu n’iras donc pas te coucher, être impie ? Allons, parle, dis ce que tu as. Cette garce n’était pas digne de toi.

361La vieille mère de Wesener :

Une jeune fille est un dé
Qu’on a jeté sur la table
La petite rose du Hainaut
Ira bientôt à la table de Dieu.

362La mère de Stolzius : Pour cette espèce de putain à soldats !

363Stolzius, manifestant une extrême irritation : Mère !

364| La mère de Stolzius : Qu’est-elle d’autre ? Et toi, aussi, pour t’attacher à de pareilles créatures ?

365| Stolzius, suppliant : Ma chère mère !

366La vieille mère de Wesener :

Pourquoi ce sourire joyeux, ma chère enfant,
Ta croix, tu l’auras bientôt
O mon enfant, ô mon enfant

367La mère de Stolzius : Qu’est-ce que tu as à te morfondre ?

368La vieille mère de Wesener :

Quand on dira que la rose du Hainaut
A maintenant pris un mari.
O mon enfant, quelle douleur je ressens,
A voir tes petits yeux rire
Et quand je vois les mille larmes

369Stolzius, insistant : Ma chère mère, ne l’injuriez pas, elle est innocente, l’officier lui a tourné la tête.

370La vieille mère de Wesener : Qui baigneront tes joues.

371La vieille femme pénètre dans la chambre pour un rappel à l’ordre. On ne voit plus sur la scène que Stolzius et sa mère.

372Stolzius tourne en rond, énervé, la lettre à la main : Regardez ce qu’elle m’écrivait jadis, il y a de quoi en perdre la raison, un cœur si bon !

373La mère de Stolzius, dans une grande colère : Une si belle garce ; que va-t-il arriver, que va-t-il sortir de tout cela ?

374Stolzius : Marion... non, ce n’est plus elle, ce n’est plus la même. (Il se lève d’un bond.) Laissez-moi.

375La mère de Stolzius pleure : Où vas-tu, âme impie ?

376Stolzius : Retrouver le diable qui me l’a pervertie.

377La mère cache son visage dans ses mains. Il retombe sans force sur le banc, les deux mains levées vers le ciel.

378La mère de Stolzius : Que va-t-il sortir de tout cela ?

379Stolzius : Oh, tu vas me payer ça, tu vas me payer ça. Les jours se ressemblent, ce qui ne vient pas aujourd’hui vient demain, et ce qui vient lentement vient à point. (Regardant devant lui :) Comment dit-on dans la chanson, mère, si des années durant un petit oiseau emportait de la montagne un petit grain de sable, il finirait bien par réussir dans son entreprise ?

380La mère de Stolzius : Je crois que tu commences à délirer. (Elle lui prend le pouls.)

381Stolzius, comme en transe : Enfin... enfin... tous les jours, tous les jours un grain de poussière, une année a dix, vingt (presque crié :) trente, cent, cent (sanglotant :) cent, cent (chuchoté :) cent... (Il marmonne.)

382La mère veut l’emmener hors de la pièce. D’une voix forte : Laissez-moi, mère, je suis en bonne santé.

383Il sort à grand pas, suivi de sa mère.

Preludio. ACTE III

SCENE 1 (Rondino)

384A Armentières. Une promenade aménagée dans l’ancien fossé de la ville. Eisenhardt et Pirzel se promènent.

385Eisenhardt : Monsieur de Mary veut passer son semestre en congé à Lille, qu’est-ce que ça peut bien signifier ?

386Pirzel : Lui non plus n’est pas de ceux qui ont inventé la poudre. Superficiel, superficiel... (Geste à l’appui.)

387Eisenhardt, à part : Malheur de moi, comment faire pour tirer cet homme de sa métaphysique ? (Insistant :) Pour connaître l’être humain, il faudrait (se parlant plutôt à lui-même :) si vous voulez m’en croire, commencer par la femme. (A part. Pirzel secouant la tête en signe de dénégation :) Ce que les autres ont en trop, lui l’a en moins.

388Tous deux s’abandonnent en silence à leurs pensées.

389Pirzel : Vous pensez que c’est par la femme ? Cela reviendrait, ha ! à commencer par les brebis. Non, ce qu’est l’homme...

390Il reste immobile et se touche le bout du nez de l’index.

391Eisenhardt, à part : Il me fera mourir, avec sa philosophie. (Insistant :) J’ai fait l’observation, ce mois-ci, que l’on ne peut pas faire un pas devant la porte de la ville sans voir un soldat caresser une fille.

392Pirzel fait un geste significatif mais reste silencieux.

393Eisenhardt, interrompant les pensées de Pirzel, pressant : J’ai fait l’observation que l’on ne peut pas faire un pas devant la porte de la caserne sans...

394Pirzel, appliqué : Cela vient de ce que les gens ne pensent pas. De ce que les gens ne pensent pas.

395Eisenhardt, fait un geste de résignation : Mais est-ce que penser ne vous gêne pas de temps à autre lorsque vous faites l’exercice ?

396Pirzel, très appliqué : Absolument pas, c’est de la mécanique.

397Eisenhardt, sarcastique : Tout un régiment avec la tête à l’envers doit faire des miracles, ha ha ! Tout un régiment avec la tête à l’envers...

398Pirzel : Tout cela c’est de la mécanique. Tout cela., tout cela, c’est de la mécanique.

SCENE 2. (Rappresentazione)

399A Lille. La maison du lieutenant Mary.

400Mary. Stolzius, en uniforme de soldat, a l’air d’une apparition. Il reste immobile durant toute la scène.

401Mary dessine sur une feuille de papier ; il lève les yeux : Qui va là ? (Il regarde Stolzius longuement et se lève :) Stolzius ?

402Stolzius : Oui, Monsieur.

403Mary, bruyamment : Mais d’où diable venez-vous donc ? Et dans cet uniforme ? (Il le fait pivoter sur lui-même.) Comme vous êtes changé ! Comme vous avez maigri ! Comme vous êtes pâle !... Vous pourriez bien m’affirmer cent fois que vous êtes Stolzius, que je ne vous croirais pas.

404Stolzius : C’est à cause de la moustache, Monsieur. (Immobile, comme s’il récitait :) J’ai entendu dire que Votre Grâce a besoin d’une ordonnance, et comme le colonel a confiance en moi, il m’a donné la permission de me mettre à votre service.

405Mary, tonitruant : Bravo, vous êtes un brave garçon. Et ça me plaît de vous voir servir le roi. Que voulez-vous qu’il advienne de la vie de philistin qu’on vous fait mener ? (Racoleur :) Et vous avez de quoi payer des suppléments, vous pouvez vous faire une existence honnête et entamer une carrière qui vous mènera loin. (Protecteur :) Je vais m’occuper de vous, vous pouvez y compter.

SCENE 3 (Ricercari II)

406La maison de Wesener.

407Charlotte, Marie, Mary, Stolzius en uniforme de soldat (méconnaissable).

408Charlotte : C’est une honte, comme tu te comportes avec lui... Je ne vois pas de différence ; (presque chuchoté :) comme tu t’es conduite envers Desportes, tu te conduis aussi envers lui.

409Marie : Que veux-tu donc que je fasse, Lotte ? Maintenant que Desportes est parti... (Chuchoté :) Puisqu’il est son meilleur ami et qu’il est le seul à pouvoir nous procurer de ses nouvelles.

410Charlotte : S’il ne te faisait pas tant de cadeaux, tu aurais sûrement une autre attitude.

411| Marie : Veux-tu donc que je lui jette ses cadeaux à la figure ? Il a commandé des chevaux et un cabriolet. Faut-il les renvoyer ? Alors viens donc avec nous. Lotte ! Qu’est-ce que je vais faire ? Il faut bien que je sois polie avec lui, puisqu’il est le seul à correspondre avec Desportes.

412| Charlotte : Parlons net ; je ne veux pas que tu sortes avec lui, je ne le tolérerai pas. Que m’importe ? Tu ne sais pas ce que j’endure à cause de toi. Commence par te taire, tais-toi ! Tu es insolente avec ça !

413Marie se pare devant le miroir. Charlotte la regarde sans amitié.

414Charlotte, méprisante : Fille à soldats !

415Marie tressaille, fait comme si elle n’avait rien entendu et continue de se parer devant le miroir.

416Charlotte, articulant : Fille à soldats !

417Marie, profondément touchée : Ah !

418Elle joint les mains sur sa poitrine.

419Charlotte : Que veux-tu qu’on y fasse ? C’est ta conduite qui te vaut ça.

420Entre Mary. Il est suivi de Stolzius (méconnaissable sous l’uniforme) qui reste au fond de la pièce.

421Marie se compose rapidement un visage gai et va à sa rencontre avec le plus grand enjouement et la plus grande amabilité : Votre servante, Monsieur de Mary. Avez-vous bien dormi ?

422Mary : Incomparablement, chère Mademoiselle.

423Marie : Votre servante.

424| Mary : J’ai revu en rêve tout le feu d’artifice d’hier soir.

425| Marie : Je l’ai trouvé bien beau, Monsieur de Mary.

426Mary : Il ne peut qu’avoir été beau, puisqu’il a votre approbation.

427| Marie : Oh, je ne suis pas connaisseuse en la matière. Je me contente de répéter ce que je vous ai entendu dire. Oh, je ne suis pas connaisseuse... (Elle fait une profonde révérence.)

428| Charlotte : Elle se contente de répéter ce qu’elle vous a entendu dire.

429| Mary : Il ne peut qu’avoir été beau ! (Il baise la main de Marie.)

430| Charlotte et Marie : Vous nous trouvez encore en plein remue-ménage.

431| Mary : Vous êtes en plein remue-ménage.

432Marie : Ma sœur ne va pas tarder à être prête.

433Mary : Mademoiselle Wesener vient donc avec nous ?

434Charlotte, sèchement : Et pourquoi ça ? Il n’y a pas de place pour moi ?

435Mary, empressé : Oh si, je resterai debout à l’arrière de la voiture...

436Charlotte montre Stolzius de la tête, sans le reconnaître : Et votre ordonnance ?

437| Mary :... et mon drôle marchera devant.

438| Marie, soudain attentive : Dites-moi...

439Marie, insistant et Charlotte : Dites-moi, votre soldat ressemble à une certaine personne...

440Mary, sarcastique : Et vous l’avez éconduit ! (Mouvement galant de la main :) Je suppose que la faute en revient aussi á Desportes.

441Marie, amère : Il me l’a fait payer cher.

442Mary : On y va ?

443II lui tend la main. Marie fait une révérence et désigne sa sœur d’un geste. Il donne la main à Charlotte. Tous sortent.

Romanza. SCENE 4 (Nocturno II)

444A Lille. La demeure de la comtesse de la Roche.

445La comtesse, un domestique, le jeune comte.

446La comtesse lit un livre ; elle regarde sa montre ; le domestique entre : Le jeune maître n’est-il pas encore rentré ?

447| Le vieux domestique : Non, Madame, il n’est pas encore rentré.

448| La comtesse : Donnez-moi la clef de la porte d’entrée et allez vous coucher. J’ouvrirai moi-même au jeune maître.

449| Le vieux domestique, répétant encore, avec la patience des vieilles personnes : La petite Catherine a, ce soir...

450| La comtesse : Que fait ma petite Catherine ?

451| Le vieux domestique : Elle a une forte poussée de fièvre, ce soir.

452| La comtesse : Allez donc jeter un coup d’œil pour voir si la gouvernante est encore éveillée. Dites-lui donc que je ne me couche pas, je viendrai la relayer à une heure.

453| Le vieux domestique : Oui Madame, oui Madame. La petite Catherine a une forte fièvre. Bien Madame, Madame. (Il sort.)

454La comtesse : Faut-il donc que les douleurs de l’enfantement durent jusqu’au tombeau ? (Elle marche de long en large.) Il me prépare des jours sombres. Je ne lui ai jamais imposé de limite, je me suis toujours occupée de ses affaires en amie, jamais en mère. Pourquoi se met-il maintenant à faire un secret de ses affaires de cœur, alors qu’il ne m’a jamais caché auparavant aucune de ses folies de jeune homme, et que moi, parce que je suis moi-même une femme, j’ai toujours su lui donner les meilleurs conseils ? S’il n’était pas mon fils unique, et si je ne lui avais pas donné un cœur aussi vulnérable ! Faut-il donc que les douleurs de l’enfantement durent jusqu’au tombeau ?

455Elle regarde de nouveau sa montre.

456On frappe.

457| Le jeune comte entre : Mais enfin, chère mère, chère mère, où est donc le domestique ? Maudits soient ces gens ! S’il n’était pas aussi tard, j’enverrai sur le champ chercher la garde. Mais il faut bien dire que c’est insupportable. Mais il faut bien dire que c’est insupportable. Chère mère, chère mère.

458| Il lui baise la main.

459| La comtesse : Doucement, doucement, mon fils. Doucement, mon fils. Que dirais-tu si j’allais m’emporter contre toi comme tu le fais contre lui ? C’est moi-même qui l’ai envoyé se coucher. Ne suffit-il pas que cet homme soit obligé de veiller sur toi toute la journée ? Il faut que j’aie une conversation sérieuse avec toi, jeune homme.

460Le jeune comte lui baise la main en pleurant : Mère, je vous jure que je n’ai pas de secrets pour vous. Vous m’avez rencontré après le dîner en compagnie de Mademoiselle Wesener, vous avez tiré des conclusions de l’heure de cette rencontre et de la façon dont nous nous entretenions... C’est une gentille fille, et c’est tout.

461La comtesse : Je ne veux rien savoir de plus. A partir du moment où tu crois avoir raison de me cacher quelque chose... Mais songe aussi qu’il te faudra ensuite ne rendre que toi-même responsable des conséquences de tes actes. Je sais que Mademoiselle Wesener n’a pas la meilleure réputation, sans que ce soit de sa faute, je crois ; on dit que la pauvre enfant a été trompée.

462Le jeune comte : C’est justement ça, mère, c’est justement là son malheur... Si vous connaissiez les circonstances, oui, il faut que je vous dise tout, je sens que je prends part au destin de cette fille... Et pourtant...
| Comme il a été aisé de la tromper, elle a tant de légèreté, de franchise, d’innocence dans le cœur... Je suis à la torture, maman, à l’idée qu’elle n’est pas tombée dans de meilleures mains. (Il la regarde longuement et tendrement.)

463| La comtesse : Mon fils, laisse-moi l’exercice de la pitié, et sois assuré qu’il n’arrivera rien de mal à Mademoiselle Wesener. Tu lui as laissé en moi la plus tendre des amies... Tu me le promets ? Calme-toi, calme-toi.

464| Le jeune comte : Bien maman, je vous promets tout ce que vous voulez... Un seul mot encore avant que je ne parte. C’est une fille malheureuse, c’est sûr. Maman, c’est une fille malheureuse, c’est sûr.

465| La comtesse : Calme-toi. (Elle lui tapote les joues.) Je le crois davantage à te voir faire qu’à te l’entendre dire.

466La scène s’obscurcit lentement.

SCENE 5 (Tropi)

467La maison des Wesener.

468Marie, Charlotte, le domestique de la comtesse, la comtesse.

469Marie : Ne vous en occupez donc pas ! Je m’en vais le tourmenter comme il faut.

470Charlotte : Allons qu’est-ce que tu racontes là ! Il t’a oubliée, ça fait trois jours qu’il n’est pas venu, et tout le monde dit qu’il est tombé amoureux de la petite Madame Duval, celle qui habite dans la rue de Bruxelles.

471Marie : Vous ne pouvez pas savoir combien le comte est prévenant avec moi.

472Charlotte : Tu parles ! On dit que lui aussi est déjà fiancé.

473Marie : Le comte revient ce soir après le souper. Si seulement le lieutenant Mary pouvait nous rencontrer avec sa Madame...

474Entre le domestique de la comtesse.

  • 5 Le personnage s’inspire de l’idée que se faisait Lenz de la romancière Sophie La Roche (1731-1807), (...)

475Le domestique : La comtesse de la Roche5 fait demander si vous êtes chez vous.

476Marie : O ciel, la mère de Monsieur le comte... Dites-lui donc... ma sœur, dites-moi, que doit-il dire ? Dites-lui donc que c’est un grand honneur pour nous... Ma sœur ! Mais parlez donc !

477Charlotte : Tu ne sais plus te servir de ta langue ? (Au domestique :) Dites-lui que c’est pour nous un grand honneur... bien que nous soyons dans le plus grand désordre.

478(Elle se hâte de faire un peu d’ordre.)

479Marie : Bien que nous soyons dans le plus grand désordre. (Au domestique :) Non, non. attendez, je vais descendre moi-même jusqu’à la voiture.

480Elle descend avec le domestique.

481Entrent la comtesse de la Roche et Marie.

482| Charlotte : Vous nous excuserez, Madame, tout est ici dans le plus grand tohu-bohu.

483| La comtesse : Ma chère enfant, vous n’avez pas besoin de faire avec moi la moindre cérémonie. (Elle prend Marie par la main et s’assoit avec elle sur le canapé.) Considérez-moi comme votre meilleure amie (elle l’embrasse), je vous assure que je prends part, le plus sincèrement du monde, à tout ce qui peut vous arriver.

484Marie, s’essuyant les yeux : Je ne sais pas ce qui me vaut la grâce particulière... (Elle lui baise la main avec ferveur.)

485La comtesse : Savez-vous donc, chère nouvelle amie, que l’on parle beaucoup, beaucoup de vous dans la ville.

486Marie : Je sais bien qu’il y a partout des mauvaises langues.

487La comtesse : Pas seulement des mauvaises, des bonnes aussi parlent de vous. Mais dites-moi, je vous prie, comment en êtes-vous venue à vous chercher un mari au-dessus de votre condition ? La beauté n’est jamais un moyen de faire un bon mariage. Et personne n’a davantage de raison de trembler qu’un joli visage.

488Marie : Ah, Madame, je sais bien que je suis laide.

489La comtesse : Vous êtes belle, c’est par là que le ciel vous a punie. Pauvre enfant ! Comme vous auriez pu rendre heureux un honnête bourgeois.

490Marie, pleurant : Mais il m’aime ! (Elle tombe aux pieds de la comtesse, se cache le visage sur les genoux de celle-ci, et sanglote.)

491La comtesse : Décide-toi, chère enfant ! Malheureuse fille, renoncez à tous vos desseins sur mon fils, il est promis. Mais venez habiter chez moi, votre honneur a souffert un grand dommage, c’est le seul moyen de le rétablir.

492Marie, d’un geste touchant, lève la tête qui reposait sur les genoux de la comtesse : Madame !

493Charlotte, qui jusque là était restée respectueusement à l’écart, court vers Marie et l’enlace fraternellement.

494| La comtesse :

  • 6 Gesammelte Schriften, op. cit., p. 179 (N. D. L. R.).

« Ah. les désirs de vos jeunes années
Sont trop beaux pour ce monde !
Nos plus belles fleurs se flétrissent,
Le meilleur de nous-même. avant nous,
Approche du tombeau. »6

495| Marie :

« Ah, les désirs de vos jeunes années
Sont trop beaux pour ce monde !
Nos plus belles fleurs se flétrissent,
Le meilleur de nous-même. avant nous,
Approche du tombeau. »

496| Charlotte : Ah, chère Madame, chère Madame... Mais elle l’aime, elle l’aime.

497La comtesse, Marie, Charlotte :

« Ah, les désirs de vos jeunes années
Sont trop beaux pour ce monde !
Nos plus belles fleurs se flétrissent,
Le meilleur de nous-même, avant nous,
Approche du tombeau. »

498La comtesse : Devenez ma demoiselle de compagnie !

499| Marie, toujours à genoux, les mains jointes : Ah, Madame permettez-moi de réfléchir à ce que vous me proposez.

500| Charlotte, toujours à genoux : Ah, Madame !

501La comtesse : Bien, chère enfant, faites de votre mieux. Il faut que je m’en aille. (Elle sort rapidement. Au moment de franchir la porte, elle se tourne encore une fois vers Marie, allongée sur le sol dans la position de la prière, fait un dernier signe à Charlotte et sort.) Adieu, chère enfant.

Preludio. ACTE IV

SCENE 1 (Toccata III)

502Cette scène a le caractère d’un rêve : les événements de plusieurs scènes, déliés de leur lieu et de leur temps, anticipant sur l’action, revenant sur elle, se jouent en même temps sur le plateau, sur trois écrans de cinéma et dans les haut-parleurs. Les « lieux » de l’action sont un café, une salle de la maison de Madame Bischof, et un tribunal imaginaire, constitué par tous les chanteurs. Dans l’ensemble, la scène est enveloppée d’obscurité. La cage de scène, dans sa hauteur, sa largeur et sa profondeur, s’illumine, comme par éclairs, de fragments des scènes les plus différentes, tremblotant de-ci de-là comme dans un rêve. Le viol de Marie symbolise le viol de tous ceux qui sont mêlés à l’intrigue - viol brutal : physique, psychique et spirituel.

503Le café : sur scène, six tables disposées comme à l’acte II.

504Marie, Charlotte, la comtesse, la mère de Stolzius, la vieille mère de Wesener, Desportes, le jeune comte, Pirzel, Stolzius, Eisenhardt, Wesener, le colonel, Mary.

505Le rideau se lève pendant qu’on joue le prélude. La scène reste sombre. Immédiatement après la fin du prélude, un projecteur s’allume sur le serviteur de la comtesse, situé dans le public, qui crie : « Marie, partie ! »

506| Film I : Desportes en prison, écrivant précipitamment une lettre.

507| Film II : Marie, au fond, partant furtivement de chez la comtesse : allant au-devant de l’ordonnance de Desportes.

508| Film III : L’ordonnance de Desportes, un solide gaillard, tenant à la main une lettre de son maître, attendant Marie : les yeux fixes.

509| Table Ia : Est-ce que tu as pu tout savoir ?

510| Table IIa : Penser, penser à ce qu’est l’homme...

511| Table IIb : Penser...

512| Table IIIb : Est-ce que la noce...

513| Les trois capitaines : C’est bien là notre propos !

514| Pirzel, ouvrant largement les bras : Mes chers camarades !

515| Stolzius : Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

516| Eisenhardt : Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ?

517| Film I : Desportes, seul au milieu d’une soirée ; on danse le twist, ou n’importe quelle autre danse actuelle ; la musique de danse est inaudible, on voit seulement les mouvements des danseurs : J’ai constamment son image devant les yeux... Au diable ces pensées ! Qu’y puis-je, si elle a mal tourné ?

518| Film II : Marie, presque agenouillée devant la comtesse : Ah. mon Dieu ! pardonnez-moi, seulement pour cette fois.

519| Film III : Toujours les yeux fixes de l’ordonnance de Desportes. On entend la respiration précipitée de Marie en fuite, (invisible dans le film III) : Ha ha ! Voilà une belle pièce de gibier qui vient de tomber dans mes filets. Oh, je m’en vais te remonter.

520| Voix des officiers, retransmises par haut-parleurs : Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

521| Eisenhardt : Répondez, je vous prie...

522| Film I : L’Andalouse dans une danse extatique, comme avant.

  • 7 Il faut probablement lire ici : « Wesener, le vieux serviteur de la comtesse ». Zimmermann transcri (...)

523| Film II : Le vieux Wesener, le serviteur de la comtesse7. Wesener : Marie. partie ? C’est ma mort. Il sort, suivi du serviteur.

524| Film III : L’ordonnance de Desportes. Toujours le même regard, la même respiration précipitée de Marie (invisible).

525| Table Ia : Pirzel ! Ecoute, grosse trogne, car l’une empêche l’autre de passer !

526| Table IIa :... c’est dommage que tu aies reçu trop d’esprit en partage !...

527| Table IIb : Pique çaça ! Valet !... Il n’en sort pas une goutte !

528| Table IIIb : Holà ! Tu me fais penser à une bouteille trop pleine que l’on renverse la tête en bas !

529| Eisenhardt : ... à une seule question.

530| L’officier ivre : ... la peste soit de vous !

531| Film I : Marie, dans un profond désarroi : elle comprend, à travers la lettre de Desportes, qu’il l’abandonne ; elle poursuit son chemin.

532| Film II : La comtesse surprend Marie pendant son rendez-vous avec Mary, dans son propre jardin. Marie extrêmement effrayée.

533| Film III : Stolzius rôde devant la pharmacie. Il pleut. (Intercalée, une photo fixe : Marie violée.) Stolzius se promène de long en large en grande agitation (même photo). Il entre pour acheter le poison.

534| Table Ia : Hé !

535| Table IIa : Allons !

536| Table IIb : Hé tiens !

537| Table IIIb : Allons !

538| Tables Ia, IIa, IIb, IIIb : Et s’il se pend ?

539| Haut-parleurs : Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

540| Film I : (Sans interruption, les yeux de l’ordonnance de Desportes. A l’arrière-plan, Marie en fuite vers Philippeville. Mary, enfourchant son cheval ; Stolzius debout, pâle et ravagé.)

541| Film II : (Sans interruption, les yeux de l’ordonnance de Desportes.) Wesener et Charlotte de retour, épuisés par la recherche de Marie (venant d’Armentières au premier plan).

542| Film III : (Sans interruption, les yeux de l’ordonnance de Desportes.) Le vieux serviteur de la comtesse demande des nouvelles de Marie. Charlotte, désespérée, hausse les épaules.

543| Eisenhardt, dans une grande irritation : Une putain ne sera jamais une putain si on n’en fait pas une putain.

544| Les trois jeunes officiers : Si un jour je prends femme...

545| Les trois jeunes aspirants :... je te permettrai de coucher avec elle, si tu parviens à la mettre au lit.

546| Film I : Le visage de l’ordonnance de Desportes, à Marie (invisible) debout devant lui : Oh. la pauvre enfant, je m’en vais te remonter.

547| Film II : Desportes, au milieu des danseurs de twist : J’ai constamment son image devant les yeux... Au diable...

548| Film III : Le visage angoissé de Marie, qui comprend enfin que Desportes l’a livrée à son ordonnance : Non, non, non ! (crié).

549| Les doubles des chanteurs s’élancent sur la scène et crient en tous sens : Marie, partie ! Wesener erre, totalement désespéré... de même le double de Stolzius... le double de Marie erre comme Wesener...

Salle de danse

550Le Heu représenté sur scène est désormais la maison de Madame Bischofi où l’on danse. Danses de société de différentes époques, depuis la bourrée, le menuet et la valse jusqu’aux danses actuelles (ballet des doubles des acteurs). Les autres doubles des acteurs, jusqu’à la « Tribunalszene », miment leur recherche infructueuse de Marie, pendant que celle-ci implore la comtesse, qui a surpris son rendez-vous avec le lieutenant Mary et l’a chassée de la maison. Tous sont pris dans le tourbillon de la danse (danse muette et asynchrone par rapport à la musique). Les trois films exposent en simultané trois phases différentes des événements représentés sur la scène, là encore de manière asynchrone : les yeux de l’ordonnance de Desportes, en fondu-enchaîné incessant avec Desportes qui, au milieu de l’agitation des danseurs, a toujours l’image de Marie devant les yeux. Pour cette partie de la scène, et jusqu’à Τribunal, les voix sont retransmises par haut-parleurs. Les chanteurs jouent ici le rôle du chœur de la tragédie antique.

551| Tous : Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ? Savoir ce que Desportes fait avec elle, ce qu’il fait avec nous tous.

552| Desportes : J’attends de voir ce qu’il fera d’elle.

  • 8 Zimmermann précise dans la partition (p. 440) que pour les mots qui suivent « Stolzius doit absolum (...)

553| Stolzius : Ce qu’il fait avec nous tous. Savoir dans quel coin elle est en train de mourir de faim. Entre, Stolzius8, si ce n’est pas pour lui, ce sera sûrement pour toi.

554| Wesener : Ce qu’il fait avec nous tous. Dieu ! Tout cela ne sert à rien ! Savoir ce que Desportes fait avec elle !

555| Eisenhardt : Qui sait où elle s’est noyée !

556| Le jeune comte : Qui sait où elle s’est noyée ! Si seulement on pouvait savoir dans quelle direction...

557| Pirzel : Mes chers frères, ne faites de tort à personne ! Mes chers frères !

558| Les trois jeunes officiers : Car c’est chez lui qu’elle se trouve, c’est sûr !

559| Mary : Tout cela, c’est de ma faute. A Armentières ! Où peut-elle être allée, sinon là-bas ? Savoir ce que Desportes fait avec elle !

560| Haudy, le colonel : Savoir ce que Desportes fait avec elle. Car c’est chez lui qu’elle se trouve, c’est sûr !

Tribunal

561La scène prend à partir de là le caractère d’un « tribunal » : tout se joue devant tous ! Le viol de Marie est représenté simultanément sur les trois films à trois stades différents : fondu-enchaîné permanent, dans un rythme d’images croissant : chars et hussards attaquant, soldats tombant, sont représentés simultanément sur des photos fixes. Sur scène, l’ordonnance de Desportes, tenant à la main une lettre de son maître, attend le double de Marie : tout d’abord immobile, fixant longuement sa victime ; résistance désespérée de Marie, puis, jusqu’à la fin de la scène, la défaite de Marie (« l’accomplissement » du viol dans les trois films). Le « tribunal » agit et reflète à la fois. Il faut absolument qu’il soit clair que tous les personnages, en des lieux différents, en des temps différents, agissent en même temps : complète annulation de l’espace et du temps par une scène en quelque sorte giratoire.

562| Marie, qui se rend à Armentières par une autre route, se repose sous un arbre ; elle tire un morceau de pain sec de sa poche : En être réduite à mendier... (Elle regarde le morceau de pain.) Je ne peux pas le manger. Dieu m’est témoin. Mieux vaut mourir de faim. (Elle jette le morceau de pain, rassemble ses forces et se lève.) Je vais me traîner aussi loin que je pourrai, et si j’y reste, ce sera tant mieux. Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice !

563| Charlotte revient, vêtue d’une pèlerine : Mais sait-on jamais, papa... (Au domestique de la comtesse :) Transmettez notre plus profond respect à Madame la comtesse et à Mademoiselle. Faut-il donc qu’ils tremblent ceux qui subissent l’injustice ! Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

564| La comtesse, à son domestique : Si seulement on pouvait savoir dans quelle direction... Savoir ce que Desportes fait avec elle. Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ?

565| La mère de Stolzius : Ne faites de tort à personne ! Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Savoir ce que Desportes fait avec elle, ce qu’il fait avec nous tous.

566| La vieille mère de Wesener : Il faut avoir confiance en Dieu. Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

567| Desportes, en prison : Si elle rapplique, mon bonheur est gâché ! (Chez Madame Bischof, au milieu des danseurs :) J’ai constamment son image devant les yeux... Au diable ces pensées ! Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ?

568| Le jeune comte : Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ? Savoir ce que Desportes fait avec elle... Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

569| Pirzel : Ne faites de tort à personne, mes chers camarades ! Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ?

570| Stolzius : Marie, partie ! Tout cela ne sert à rien. (Devant la pharmacie :) Qu’as-tu à trembler ? Je peux à peine remuer la langue, je crains de ne pouvoir sortir une seule parole. Il va remarquer quelque chose. Savoir dans quel coin elle est en train de mourir de faim. Savoir où elle meurt de faim. Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ?

571| Eisenhardt : Marie, partie ! Savoir ce que Desportes fait avec elle. (Aux officiers :) Pourquoi vous tournez-vous vers celles qui ne peuvent pas vous résister ? Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

572| Wesener : Marie, partie ! Marie, partie ? C’est ma mort. (La maison des Wesener.) On a voulu mettre les scellés sur toute la maison, à cause de la caution pour Monsieur le baron. Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

573| Les trois jeunes officiers : Ne faites de tort à personne, mes chers camarades ! Mes chers frères et camarades, ne faites de tort à personne ! Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

574| Mary : Marie, partie ! (A Stolzius :) Il faut partir à sa poursuite, mille tonnerres ! (Chez Madame Bischof, au milieu des danseurs. Il donne à Stolzius son cachet pour qu’il puisse acheter à la pharmacie du poison contre les rats :) Qu’est-ce que ça peut faire ? Qu’on mette du poison ! Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

575| Haudy, le colonel : Marie, partie ! Ne faites de tort à personne, mes chers camarades ! Mes chers frères et camarades, ne faites de tort à personne ! Faut-il donc qu’ils tremblent, ceux qui subissent l’injustice ? Et que seuls vivent dans la joie ceux qui commettent l’injustice ?

Tratto II. SCENE 2 (Ciacona III)

576Mary, Desportes, Stolzius. A Armentières. L’appartement du lieutenant Mary. Le lieutenant Mary et Desportes sont assis à une petite table, en manches de chemise ; le couvert est mis ; Stolzius sort des serviettes.

577Desportes : C’est comme je te le dis, ça a toujours été une putain, depuis le début, et si elle a été gentille avec moi, c’est seulement parce que je lui faisais des cadeaux. Bref, camarade, avant que j’aie pu me retourner, voilà que je reçois une lettre de la fille, qui veut me rejoindre à Philippeville. Rends-toi compte du bruit que ça aurait fait si elle était tombée sur mon père. (Stolzius change plusieurs fois les serviettes de place, pour avoir l’occasion de rester plus longtemps dans la pièce.) Rends-toi compte du bruit que ça aurait fait si mon père... Que voulais-tu que je fasse ? J’écris à mon ordonnance qu’il doit la recevoir et la consigner dans ma chambre. Tu sais que mon ordonnance est un costaud, le temps va leur sembler long tous les deux, tout seuls dans une chambre.

578Mary : Écoute, Desportes, c’est quand même malhonnête.

579Desportes : Quoi, malhonnête ? Qu’est-ce que tu veux... Ne sera-t-elle pas assez bien casée si mon ordonnance l’épouse ? Et pour cette espèce de…

580Mary : Elle était pourtant très bien vue de la comtesse. Et, que le diable m’emporte, je l’aurais épousée si le jeune comte n’était venu se mettre en travers.

581Desportes : Tu te serais mis sur le dos une jolie salope.

582Stolzius sort.

583Mary lui crie : Faites en sorte que Monsieur ait rapidement sa soupe au vin !

584Stolzius entre, sert Desportes et va se placer derrière sa chaise ; il est pâle comme un mort.

585Mary : Bien sûr, quand j’ai entendu dire qu’elle s’était enfuie de chez la comtesse...

586Desportes avale sa soupe avec avidité : Quand aurons-nous fini de ronger cet os ? Je vais te dire, camarade, tu me feras plaisir si tu ne fais

587plus mention de son existence devant moi. Ça m’ennuie, de devoir penser à elle.

588Il repousse son assiette.

589Stolzius, debout derrière la chaise, grimaçant : Vraiment ? Vraiment ?

590Les deux officiers se regardent avec surprise.

591Desportes se jette dans un fauteuil : Ça me pique ! (II se tient la poitrine et gémit.)

592Stolzius bondit sur lui, le prend par les oreilles et colle son visage tout contre le sien, alors que Mary regarde fixement Stolzius en silence. D’une voix terrible : Marie ! Marie ! Marie !

593Desportes, se tordant de douleur : Aie ! Je suis empoisonné ! (Le lieutenant de Mary tire l’épée et cherche à transpercer Stolzius. Stolzius retrouve son sang-froid, se retourne et saisit l’épée par la lame.)

594Stolzius : Ne vous donnez pas la peine, c’est déjà fait, je meurs content, puisque j’emmène celui-là.

595Mary lui abandonne l’épée et sort en courant : Au secours ! Au secours !

596Desportes : Je suis empoisonné !

597Stolzius : Et moi, je suis Stolzius, à qui tu as pris sa fiancée pour en faire une putain. (Desportes meurt.) Si vous ne pouvez vivre sans faire le malheur des femmes, pourquoi vous tournez-vous vers celles qui ne peuvent pas vous résister, qui vous croient tout de suite sur parole ? Ma Marie ! Dieu... (il s’écroule)... ne peut pas me damner. (Il meurt.)

SCENE 3 (Nocturno III)

598Les bords de la Lys, avec une route bordée de peupliers, partant à l’infini. Sur le pont de chemin defer au-dessus de la Lys, un convoi roule durant toute la scène, avec des chars à l’arrière-plan. Un défilé gris, ininterrompu, à l’infini, durant toute la scène : ce sont les ombres des soldats morts à la guerre, casqués, qui avancent sans voir le long de la route, seuls ou par groupes. En contraste violent, des groupes d’officiers passent de temps à autre : ils cherchent l’établissement de Madame Bischof. On entend des commandements militaires en plusieurs langues. Wesener se promène le long de la Lys, plongé dans ses pensées. C’est le crépuscule. Une femme emmitouflée le tire par la manche.

599| La voix d’Eisenhardt : Pater noster, qui es in coelis... sanctificetur nomen tuum : adveniat regnum tuum...

600| Wesener, sans aucune expression, comme absent : Laissez-moi ! Laissez-moi... Je ne suis pas amateur de ce genre de choses. Laissez-moi ! Allez, courez après vos soldats !

601| La voix d’Eisenhardt :... fiat volontas tua sicut in cœlo et in terra...

602| La femme : Pour l’amour de Dieu, une petite aumône, Monsieur.

603Pendant ce temps, un groupe d’officiers cherche l’établissement de Madame Bischof. Quelques officiers et les instrumentistes du jazz-combo, leurs instruments à la main, tournent autour de Wesener et de Marie : acrobaties, twist, hully-gully, alors que les autres font claquer leurs doigts et frappent dans leurs mains. Ils entrent ensuite chez Madame Bischof.

604| La voix d’Eisenhardt :... panem nostrum quotidianum da nobis hodie...

605| La femme : Pour l’amour de Dieu, une petite aumône, Monsieur !

606Wesener : Avec la bande de dévergondées qu’il y a par ici, si l’on donnait des aumônes à toutes, on aurait de quoi faire.

607| La voix d’Eisenhardt :... et dimitte nobis debita nostra...

608| La femme, dans un grand désespoir : Monsieur, ça fait trois jours que je n’ai pas eu un morceau de pain à me mettre sous la dent.

609| La voix d’Eisenhardt :... sicut nos dimittimus debitoribus nostris...

610| Wesener : Espèce de dévergondée ! N’avez-vous pas honte de faire ces propositions à un honnête homme ?

611L’Andalouse en tête, les trois aspirants, les instrumentistes du jazzcombo et les officiers sortent précipitamment dans la rue : tous sont ivres et vêtus de façon désordonnée. L A ndalouse danse autour de Marie, tous la suivent et entourent Marie, qui semble paralysée par le regard de Wesener.

612La musique de danse s’interrompt brutalement ; les musiciens et le groupe d’officiers ivres qui les entourent regardent fixement, comme aveuglés, ne sachant par quoi et cherchant à le savoir : puis, avec des visages d’agonisants, ils rejoignent la longue file des soldats morts à la guerre.

613Wesener, sortant sa bourse : Qui sait où ma fille est en train de quémander des aumônes ? (Il lui tend en tremblant une pièce de monnaie.)

614La femme se met à pleurer : O Dieu ! (Elle tombe à terre.)

615La voix d’Eisenhardt : Et ne nos inducas in tentationem... sed libera nos a malo !

616Pendant que Marie git à terre, comme anéantie, Wesener, avec une lenteur infinie, rejoint le défilé ininterrompu des soldats morts à la guerre, qui, comme toute la scène, s’estompe progressivement, jusqu’à l’obscurité complète. Simultanément, le nuage atomique s’élève lentement (il est essentiel de ne pas représenter le « champignon » atomique, mais seulement le nuage du champignon atomique).

Notes

1 Lenz, Jakob Michael Reinhold : Gesammelte Schriften, hrsg. von Franz Blei, Munich, 1909-1913, p. 98. Ce poème, comme les trois autres, a été ajouté par Zimmermann (N. D. L. R.).

2 Ibid., p. 104 (N. D. L. R.).

3 Ibid., p. 107 (N. D. L. R.).

4 Zimmermann conserve ici le lapsus de Lenz : car c’est bien sûr la Lys, et non le Rhin, qui coule à Armentières.

5 Le personnage s’inspire de l’idée que se faisait Lenz de la romancière Sophie La Roche (1731-1807), amie de Wieland et auteur du roman sentimental Histoire de Mademoiselle de Sternheim (N. D. T.)

6 Gesammelte Schriften, op. cit., p. 179 (N. D. L. R.).

7 Il faut probablement lire ici : « Wesener, le vieux serviteur de la comtesse ». Zimmermann transcrit exactement ce qui figure dans l’édition de la pièce de Lenz qu’il a utilisée pour établir son livret : Stuttgart, Philipp Reclam, 1957, IV, 5, p. 47.

8 Zimmermann précise dans la partition (p. 440) que pour les mots qui suivent « Stolzius doit absolument être compris » (N. D. L. R.).

© Éditions Contrechamps, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search