Version classiqueVersion mobile

Essais sur la musique

 | 
Hans Zender

Hans Zender

Messiaen et l’esprit du haïku

Traduction de Hélène Chen-Ménissier et Maryse Staiber

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis que je connais les Sept Haïkaï – c’est, de toutes les œuvres de Messiaen, celle que je préfère –, je me demande en quoi consiste, pour le compositeur, leur analogie formelle avec cette forme de poésie japonaise.

D’un point de vue formel, cette série de petites pièces de caractère – dont l’unité est créée par la répétition finale de la première phrase – correspond, bien entendu, à l’enchaînement caractéristique de ces poèmes japonais que l’on appelait, dans des temps anciens, haïkaï ou renga, souple juxtaposition de brefs poèmes pleins d’esprit et parfois même d’humour de différents auteurs. Le premier poème de la série, appelé hokku, avait une place à part ; c’est lui qui donnait au cycle son atmosphère et en définissait les images poétiques. Il comportait toujours dix-sept syllabes, réparties en trois lignes de cinq, sept et cinq syllabes. Plus tard, ce concentré poétique devint autonome, et on le nomma haïku. Il fut dès lors la forme poétique la plus populaire et la plus pri...

© Éditions Contrechamps, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search