Version classiqueVersion mobile

Quinze analyses musicales

 | 
Claude Helffer

III. Ludwig van Beethoven

Sonate N° 7 (opus 10 N° 3)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque je suivais les cours d’interprétation de Marguerite Long, j’avais été séduit par cette sonate que jouaient plusieurs de mes camarades. Parmi eux, Pierre Barbizet était celui qui savait le mieux en faire comprendre la profondeur. Mon travail personnel m’a encore plus attaché à une œuvre qui est celle d’un compositeur à la fois jeune, enthousiaste et en pleine possession de son métier.

La tonalité choisie est celle de majeur. Traditionnellement, c’est celle des pièces brillantes qui emploient les trompettes (les plus courantes étaient en ré) : en témoignent les Fireworks de Haendel, le Magnificat ou les Suites nos 3 et 4 de Bach, ainsi que de larges fragments de la Messe en si, etc. Dans le cas de Beethoven, cette tonalité sera celle de nombreux chefs-d’œuvre tels que la Deuxième Symphonie, le Concerto pour violon, le Trio opus 70 n° 1, la Sonate n° 5 pour violoncelle et piano, et je ne manquerai pas de relever des parentés avec certains de ces ouvrages. De plus, la Sonate n...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search