Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La construction de l'idée musicale

 | 
Jean-Louis Leleu

Développement II : Debussy

« Debussy l’obscur… » : les Trois poèmes de Stéphane mallarmé à travers le prisme de la critique et de la littérature musicologique entre 1913 et 19511

Paolo Dal Molin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réception des Trois Poèmes de Stéphane Mallarmé

Près d’un siècle après leur publication chez Durand et leur création à Paris, cinq mois plus tard (le 21 mars 1914), par Ninon Vallin et le compositeur lui-même au piano1, les Trois Poèmes de Stéphane Mallarmé de Debussy restent aujourd’hui largement méconnus. L’œuvre a été d’emblée, et durablement, sujette à controverse. La majeure partie de la production du dernier Debussy – en dehors des trois Sonates – a certes partagé ce destin. En 1920 déjà, André Suarès consacrait tout un chapitre de son essai sur Debussy à défendre les dernières œuvres du compositeur contre l’incompréhension à laquelle elles se heurtaient : « On y a vu, écrivait-il, un jeu de la forme rare. L’extrême audace de l’harmonie a trompé sur les sentiments : ici, le parfum cruel de la fleur égare le musicien qui la respire ; il ne discerne plus assez la nature de la plante et la beauté lui échappe2. » Des propos tenus en 1955 par Pierre Boulez – qui devait faire beau...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540