Version classiqueVersion mobile

La construction de l'idée musicale

 | 
Jean-Louis Leleu

Développement II : Debussy

Structures d’intervalles et organisation formelle chez Debussy : une lecture de Sirènes*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son ouvrage sur Debussy, Charles Koechlin écrit à propos de Sirènes, le troisième des Nocturnes :

Les Sirènes ont un charme subtil et des lentes vocalises se dégage l’irrésistible et mortelle volupté. Si la construction en paraît un peu incertaine – surtout après les Fêtes, si précises – cette incertitude est sûrement voulue. Une excellente exécution (chose rare) pourrait, croyons-nous, parer à l’impression de longueur quelquefois ressentie à cette musique d’ailleurs délicieuse1.

L’« incertitude » apparente de la construction que relève ici Koechlin à propos de Sirènes tient d’abord, sans nul doute, à l’absence, dans cette composition, d’une structure formelle aussi nettement affirmée que peut l’être celle de Fêtes, que Jean Barraqué, dans sa propre monographie, assimile sans hésitation à un « scherzo », – « de forme ternaire », tout comme Nuages, note-t-il, « respecte la coupe ternaire du lied »2. Cette structure tripartite, pourtant, est bien présente dans Sirènes, comme le rem...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search