Version classiqueVersion mobile

La construction de l'idée musicale

 | 
Jean-Louis Leleu

Développement I : Webern

Le choix des registres dans le deuxième mouvement des variations pour piano op. 27 de Webern : ce que disent les esquisses*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’une des questions sur lesquelles ne cessent de revenir les analyses consacrées au deuxième mouvement des Variations pour piano de Webern est de savoir à quelle règle précise y obéit l’organisation des hauteurs. L’étude des esquisses du mouvement1, et la possibilité qu’elle offre d’en reconstruire la genèse, incitent à revenir sur cette question en s’appuyant sur les hésitations mêmes du compositeur. Loin d’avoir eu dès le départ une idée précise du dispositif qu’il allait adopter, Webern n’a, en effet, arrêté son parti qu’après de nombreux tâtonnements, abandonnant tour à tour diverses voies dans lesquelles il s’était engagé.

Dès les premières ébauches du début de la pièce (p. 53, 1er et 2e systèmes), datées du 25 août 1936, plusieurs traits essentiels de l’idée musicale et de l’agencement même de l’énoncé sont fixés : le canon par mouvement contraire, le choix des deux formes de départ – RI3 et R3 (= 4/2 dans le tableau de Webern lui-même)2 –, et la distribution des hauteurs autou...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search