Version classiqueVersion mobile

La construction de l'idée musicale

 | 
Jean-Louis Leleu

Développement I : Webern

Désintégration et reconstruction de la phrase musicale chez Webern : une étude comparée de l’op. 10 no 2, de l’op. 15 no 4 et de l’op. 17 no 3*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a souvent insisté, à propos de la musique de Webern, sur le phénomène de la « petite forme ». Il ne s’agit pas là, pourtant, d’un problème d’ordre purement formel. Le rétrécissement des dimensions de l’œuvre, en effet, tient pour beaucoup à la manière dont se trouve mise en question dans le détail l’existence d’unités structurées à partir desquelles le déploiement d’une « grande forme » devient lui-même possible. Les pièces composées par Webern autour de 1910 se rattachent nettement, en cela, au courant expressionniste, dont l’une des impulsions profondes, dans quelque forme d’art qu’on le rencontre, est de mettre en pièces la cohésion du discours (ou de l’image), et d’en laisser parler pour eux-mêmes les éléments disjoints. Dans son essai fameux sur la « grandeur » et la « décadence » de l’expressionnisme, Georg Lukács, se référant à un texte de l’un des théoriciens du mouvement, Herwarth Walden, met l’accent sur l’importance prise dans la littérature expressionniste par le mot ...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search