Version classiqueVersion mobile

La construction de l'idée musicale

 | 
Jean-Louis Leleu

Exposition : repères théoriques

Le rapport de Bartók à l’atonalité : la configuration des complexes sonores dans le Deuxième Quatuor*

À la mémoire d’Émile Douez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’originalité de Bartók réside en ceci que, voyant s’ouvrir devant lui, dans les années dix, les voies tracées par Debussy et par Schönberg, il sut éviter de se sentir placé, précisément, à la croisée des chemins – am Scheideweg, pour reprendre le titre de la première des Satires composées par Schönberg en 1925, « Tonal oder atonal ? ». Ce qui, du point de vue du « progressisme » incarné par Schönberg, put apparaître un moment – selon l’expression de Leibowitz1 – comme un « compromis » résulte bien plutôt la volonté de jeter un pont entre les deux formes de modernité, à maints égards antinomiques, que représentaient, d’un côté, les musiciens de l’École de Vienne – avec qui Bartók a en commun la proximité avec la tradition germanique –, et, de l’autre, Debussy (et, dans son mouvement, Stravinsky, Ravel, etc.), un lien étroit se tissant ici avec les musiques de tradition populaire auxquelles s’est très tôt intéressé le compositeur hongrois2. Chez Debussy, la rupture avec la tradition ...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search