Version classiqueVersion mobile

Correspondance (1931-1965)

 | 
Edgard Varèse
, 
André Jolivet

Annexes

Notes sur Varèse*

André Jolivet

Texte intégral

  • * Texte d’André Jolivet noté sur petit cahier rose d’écolier (sans date, probablement fin des années (...)

1Dès le prime début d’une œuvre de Varèse, que ce soit un bruit, un son isolé, un appel, un accord, vous êtes saisi, agrippé par le caractère sonore même du phénomène acoustique que constitue ce début.

2Phénomène dont l’étrangeté acoustique fait naître immédiatement d’ailleurs une émotion. Quel que soit l’imprévu de sa nature, de son intensité, de son timbre, il contient toujours le germe d’un processus émotionnel.

3En somme, dès sa naissance, l’œuvre de Varèse que l’on entend justifie toute la musique : joie supérieure de l’intellect, émotion intense et généralisée de l’individu, provoquées par les moyens physiques de l’interférence des sonorités et de la production d’ondes sonores savamment calculées.

4Varèse est l’homme qui actuellement connaît le mieux l’orchestre et ses possibilités.

5Je peux affirmer cela parce que chez lui la virtuosité de l’orchestre n’est qu’une manifestation de sa connaissance innée de la matière sonore.

6On naît orchestrateur est-on d’accord de proclamer.

7Mieux, Varèse, lui, est né architecte de sonorités, avec bien entendu la connaissance parfaite des matériaux utilisables.

8Lui qui n’aura été de sa vie capable de faire une gamme de piano, ne s’est jamais trompé dans ses recherches instrumentales. Et les innombrables inventions de combinaisons sonores nouvelles qui émaillent ses partitions ont toujours produit à l’exécution ce qu’il en attendait. Même les plus osées.

9Il projeta un traité d’instrumentation, ou mieux, un additif à celui de Widor (continuation de celui de Berlioz). Nous tombions d’accord que, mieux encore, il devrait écrire un traité d’orchestration. S’il le réalise, ce livre sera le dernier de ce genre. (Bien que traité d’une façon nouvelle).

10Il représentera la somme complète de la connaissance (et de l’instinct) sur ce sujet.

11Et la destruction même de l’orchestre actuel (ou de l’orchestre tel qu’il pourrait être actuellement).

12En offrant toutes les possibilités pour passer des instruments existants aux instruments électriques de l’avenir, puisqu’écrit en connaissance et application de tous les principes acoustiques.

13« Le Bruit est un son en formation ». Cette définition de Varèse est à la base de toute sa technique de la batterie.

14Et il suffit de lire ses partitions pour s’en convaincre.

15Point n’y sont rares les dessins d’un instrument soliste uniquement soutenus par la percussion qui en dégage l’harmonie.

16En effet la percussion schématise alors le contrepoint d’autres phrases musicales qui pourraient accompagner le seul dessin entendu.

17C’est qu’alors Varèse attribue aux instruments de percussion des accents et des rythmes qui suffisent, malgré leur caractère élémentaire, à synthétiser, tant ils sont bien choisis, les plus riches « broderies » que pourraient fournir les autres instruments.

18Il n’est pas rare de voir la percussion travaillant presque en « concertino », résumer les moments essentiels d’une œuvre, synthétisant grâce au rythme et même par sa couleur vraiment particulière leur caractère musical et jusqu’à leur « atmosphère ».

19Il arrive aussi, comme au début d’Amériques, que certains instruments de l’orchestre (ici les harpes) soient traités comme instruments percussifs, les notes produites servant plus pour leur rythme et leur timbre que pour l’harmonie produite.

20Cette définition citée plus haut, « Le bruit est un son en formation », est démontrée d’une façon éclatante et indiscutable pour les tams-tams, les gongs, les cymbales (frappées, frottées ou suspendues) et le fameux tambour à corde.

21Ce dernier (dont le vrai nom, le nom anglais : Lion roar, est si expressif) constituant une invention de Varèse qui offre des possibilités sonores et affectives d’une rare puissance.

22Personne ne discutera les bases harmoniques inouïes que donnent aux cuivres particulièrement les instruments métalliques de percussion, non plus que l’atmosphère harmonique que peut créer dans un orchestre une cymbale suspendue bien employée. La chose est démontrée depuis Debussy. Quant au tambour à corde, il enrichit aussi bien les cordes et les bois graves que les cuivres, et même à découvert ou survolé de quelques voix espacées, mais suffisamment puissantes, il produit un effet certain. Il marque puissamment les démarrages des basses et il s’enrichit volontiers des harmoniques produites par les instruments mêmes dont il a aidé ou accentué l’attaque.

23Les sirènes jouent aussi un grand rôle dans la musique de Varèse. Que leur mise en action soit dévolue aux batteurs et que leurs parties soient inscrites parmi celles de la percussion, ne répond pas seulement au besoin de satisfaire à des commodités matérielles. Cela indique aussi, ces sirènes ayant une voix si intensément expressive, toute l’expression vraiment humaine que Varèse prétend tirer de la percussion. Car bien qu’elle serve souvent à soutenir l’orchestre, elle doit produire parfois elle-même, seule, sa propre expression, ainsi qu’il est dit plus haut.

24De beaux gongs bien fondus, longuement et savamment martelés, des tams-tams clairs ou graves à l’ample et large sonorité, une cymbale chinoise à la basse centrale bien modelée, tous ces instruments dont Varèse possède de remarquables exemplaires provenant d’Extrême-Orient ont une sonorité ample et riche d’harmoniques. On peut les mettre en vibration de tant de façons différentes et toutes plus expressives les unes que les autres que bien des gens en restent stupéfaits.

25Leur étonnement fait vite place à l’admiration, à l’émotion. Pour ceux qui ont eu de Varèse lui-même la démonstration de leurs possibilités sonores, aucun doute ne subsiste sur l’enrichissement qu’ils peuvent apporter à l’expression de l’orchestre.

26Et cependant, Varèse a su par sa façon de les traiter individuellement ou de les associer, de les unir, de les grouper et de les opposer, faire rendre le maximum à des instruments de percussion qui, par leur nature, rendaient méfiants d’autres musiciens : grelots, castagnettes, fouet...

Notes de fin

* Texte d’André Jolivet noté sur petit cahier rose d’écolier (sans date, probablement fin des années trente).

© Éditions Contrechamps, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search