Version classiqueVersion mobile

Correspondance (1931-1965)

 | 
Edgard Varèse
, 
André Jolivet

Annexes

Concerto pour ondes Martenot et orchestre de Jolivet

Virgil Thomson

Texte intégral

1[...] Le Concerto d’André Jolivet est d’une trempe vigoureuse. D’une écriture harmonique et rythmique très recherchée, dans la nouvelle manière parisienne (l’auteur est un compagnon d’armes de Messiaen), il est d’un coloris orchestral très particulier et d’une extrême éloquence dans les passages les plus marquants. On souhaiterait que notre public entendît plus souvent la musique de cet admirable artiste, mais sans l’adjonction des ondes Martenot. C’est un compositeur habile et doué d’une imagination riche. Plus on entend sa musique, plus on souhaite l’entendre. [...]

2Extrait d’un article de Virgil Thomson publié dans le New York Herald Tribune du 10 novembre 1949, suite à un concert du Boston Symphony Orchestra sous la direction de Charles Münch, avec en soliste Ginette Martenot.

© Éditions Contrechamps, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search