Version classiqueVersion mobile

Correspondance (1931-1965)

 | 
Edgard Varèse
, 
André Jolivet

Annexes

Les Danse incantatoire d’André Jolivet*

Florent Schmitt

Texte intégral

  • * Extrait d’un article de Florent Schmitt paru dans Le Temps, 27 juin 1936.

1[...] Le cas de M. André Jolivet est un peu mélancolique. Après une assez importante production de lieds et de musique de chambre où l’on aurait plaisir à encourager des recherches parfois bien un peu inutilement laborieuses, mais souvent couronnées de trouvailles, le voilà aujourd’hui qui s’engage de gaîté de cœur, longtemps après Edgar Varèse – dont Arcana serait, pour ainsi dire, l’aboutissement par anticipation de cette Danse incantatoire – dans un labyrinthe où Varèse lui-même erre à tâtons depuis des lustres sans parvenir – en dépit d’une confiance inébranlable dans sa fameuse étoile de l’Apocalypse – à y allumer le bienheureux rais d’espoir. Comme dans Varèse, sans se développer, ne modifiant leurs apparitions successives que par la diversité des plans, ces thèmes étales iront, se répétant avec une insistance obsédante, dans un adagio peut-être seulement apparent, mais constant, où le rythme, ce créateur du mouvement, n’engendrera qu’une sorte d’immobilité statique, où des agrégations harmoniques agglutinées en grappes compactes, dominées çà et là par les sirènes aiguës ou les puissants rugissements de trente-deux pieds des ondes Martenot, envelopperont cette magie d’un halo de couleurs étranges et indécises. Tentative des plus intéressantes, certes, mais que, je crains, hélas ! imperfectibles et sans issue. [...]

Notes de fin

* Extrait d’un article de Florent Schmitt paru dans Le Temps, 27 juin 1936.

© Éditions Contrechamps, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search