Version classiqueVersion mobile

Correspondance (1931-1965)

 | 
Edgard Varèse
, 
André Jolivet

Annexes

Amériques (Edgar Varèse)*

Paul Le Flem

Texte intégral

  • * Ce texte de Paul Le Flem a paru dans le programme du concert du 30 mai 1929, salle Gaveau à Paris, (...)
  • Ce texte résulte vraisemblablement d’une discussion entre Varèse et Le Flem ; la citation finale d (...)

1Edgar Varèse est le chef incontesté du jeune mouvement musical aux États-Unis. Ses œuvres y ont provoqué de violentes polémiques ou suscité de vifs enthousiasmes. Âprement discuté par les uns, il est considéré par d’autres comme le champion de l’audace et de la force.

2C’est lui qui fonda à New York l’International Composers’ Guild, la première Société qui se soit exclusivement consacrée là-bas à la diffusion de la musique contemporaine. Grâce à Edgar Varèse, 56 compositeurs, appartenant à 14 nations différentes, y ont été joués, et l’École française, pour sa part, y était mise en bonne place.

3Tout en se dévouant à la cause de ses confrères Varèse composait. Citons parmi ses ouvrages de musique de chambre : Hyperprism, Octandre, Intégrales, Offrandes ; et parmi ses œuvres d’orchestre : Trois pièces pour orchestre, Chanson des jeunes hommes, Rapsodie romane, Prélude à la fin d’un jour, pour l’Églogue de Léon Deubel, Bourgogne, Mehr Licht, Gargantua, Les Cycles du Nord, Amériques, Arcane [sic]. La guerre a interrompu une collaboration avec Hoffmannsthal : Œdipe et le Sphinx. Actuellement, Edgar Varèse travaille à une œuvre développée pour orchestre et chœurs, qui sera jouée à la [sic] Philadelphia Orchestra, sous la direction de Stokowski.

4La partition d’Amériques – qui figure à ce programme – composée à New York en 1921-22, a été jouée pour la première fois à Philadelphie les 9 et 10 avril 1926, sous la direction de Stokowski, puis à New York le 13 avril de la même année. Diverses villes des États-Unis l’exécutèrent par la suite.

5Le titre ne doit pas ici prêter à équivoque. Le musicien n’a pas cherché dans son œuvre à traduire ou à exalter la vie prodigieusement active du Nouveau Monde. Le titre a une valeur de symbole. Il tend à éveiller des idées de découverte, de libres horizons, de même qu’au moment de la Renaissance, les imaginations poussaient les chercheurs d’aventures vers l’Amérique, symbole d’espoirs nouveaux.

6Dans cette partition, les idées musicales, après avoir été exposées, ne servent pas de prétextes aux développements qu’on pourrait attendre. Quand elles reparaissent, c’est dans des masses sonores différentes, où elles créent d’autres perspectives. Le musicien ne cherche pas tant à broder sur le canevas de ses thèmes qu’à faire entrer ceux-ci dans des ensembles d’un tout autre caractère. « La marche de la partition, écrit M. Lawrence Gilman, l’éminent critique américain, pourrait être présentée comme une idée de déplacements variés et continuels des plans et des volumes sonores autour de pivots solides qui supportent la charpente de la composition sans être eux-mêmes apparents ».

7« Le rappel des thèmes, explique M. Zanotti, dans une excellente étude, Varèse et la géométrie sonore, se fait au moyen de passages de caractères différents, qui fonctionnent comme des corps élastiques entre les masses principales. A plusieurs reprises, l’œuvre offre de ces bonds soudains, de ces syncopes haletantes qui lui donnent une saveur barbare. Ce caractère se condense encore dans les dernières pages, qui forment une rapide synthèse de toute l’œuvre rappelant tous les éléments essentiels. »

8Deux densités agissent surtout dans Amériques : l’orchestre proprement dit et son stimulant, la batterie. Le rôle de la batterie n’est pas de marquer des accents ou d’accentuer certaines cadences, mais de pénétrer les masses instrumentales, de leur communiquer des vibrations spéciales et variées. La batterie sera donc tantôt profonde, tantôt souple et légère, le rythme changeant et puissant.

9Quelque soit la nouveauté d’une technique, elle ne doit pas être le seul but du compositeur, déclare Varèse : « Un artiste, dit-il, doit avoir une parfaite connaissance de ses moyens, mais il ne doit pas en être l’esclave ».

Notes de fin

* Ce texte de Paul Le Flem a paru dans le programme du concert du 30 mai 1929, salle Gaveau à Paris, où l’Orchestre des Concerts Poulet, sous la direction de Gaston Poulet, exécuta Amériques en première audition française.

Ce texte résulte vraisemblablement d’une discussion entre Varèse et Le Flem ; la citation finale de Varèse est très proche de celle transcrite par le journaliste américain du journal Santa Fe New Mexican (voir supra).

Auteur

© Éditions Contrechamps, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search