Version classiqueVersion mobile

Correspondance (1931-1965)

 | 
Edgard Varèse
, 
André Jolivet

Avis aux lecteurs

Texte intégral

1La transcription des lettres est conforme à la présentation de Varèse ainsi qu’à son orthographe :

  • Varèse complétait ses lettres par de fréquents ajouts disposés en haut, en bas et sur les côtés de page (voir les documents reproduits ci-après). Leur positionnement est partout spécifié.
  • La présentation des dates a été respectée : le mois est indiqué tantôt en chiffres romains, tantôt en toutes lettres. Nous avons rajouté l’indication d’expédition lorsque celle-ci n’était pas présente (elle est alors placée entre crochets).
  • Les mots écrits en capitales ou débutant par une capitale ont été maintenus, de même que l’ont été ceux qui devraient en avoir (exemple : gaité au lieu de Gaîté).
  • Les paragraphes sont souvent précédés d’un titre souligné : les mots soulignés sont signalés par des italiques. Lorsqu’un mot est souligné deux fois, il apparaît en italique souligné. La mention des œuvres est gardée telle quelle.
  • L’utilisation du signe = est fréquente, notamment à la place des deux points (:).
  • Varèse n’emploie presque jamais de signes de ponctuation : les idées sont, à de rares exceptions près, séparées par des tirets courts. Toutefois, points, points d’exclamation et points d’interrogation apparaissent ici ou là.
  • Il manque souvent les accents graves ou circonflexes, ainsi que les traits d’union dans les mots composés. Nous avons signalé la plupart des fautes d’orthographe par un [sic] entre crochets. Mais les traits d’union ont été rétablis dans les mots composés, afin de ne pas alourdir la lecture (ils étaient trop nombreux !). Une rectification a été effectuée par respect pour l’origine flamande du nom de De Nobele que Varèse écrivait avec un accent : De Nobèle.
  • Certaines orthographes sont fluctuantes, comme celle de Salzedo (ou Salzédo). Elles ont été maintenues pour l’amusement du lecteur, d’autant qu’elles sont parfois intentionnelles. Varèse pratique beaucoup les jeux de mots, comme par exemple « la 4è raie publique ». Ses déformations proviennent aussi d’une américanisation du français ou d’une francisation de l’américain.
  • Certaines abréviations ont été signalées à leur première occurrence, comme « s.v.pl. » pour s’il vous plaît, ou « c.à.d. » pour c’est-à-dire, ou encore « bcp » pour beaucoup.
  • La signature se résume fréquemment à un « V. » souligné ; rarement le nom de Varèse est écrit en entier. Son prénom apparaît le plus souvent sans le d final d’origine (Edgar au lieu d’Edgard).
  • Varèse disait lui-même de son style : « Céline écrit comme je parle ». Alejo Carpentier mentionne que « Varèse parlant était un spectacle verbal, marqué par la langue verte, l’argot, le parler des faubourgs » (Varèse vivant, Paris, Le nouveau commerce, 1980, p. 25). Ainsi, dans une même lettre (comme la lettre n° 31), se trouvent à la fois un exemple de contrepèterie (« que l’on coule et mouillotte et non... ») et des modèles de grossièreté dont la plus anodine est l’expression « trou du cul »...
  • Les abréviations utilisées dans les notes sont :

2DBM, Dictionnaire biographique des musiciens, Theodore Baker — Nicolas Slonimsky, Paris, Collections Bouquins, Robert Laffont, 1995.

3DIF, Dictionnaire des Intellectuels français, sous la direction de Jacques Julliard et Michel Winock, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

4ALGD, Louise Varèse, A looking. glass diary, New York, Norton, 1972.

© Éditions Contrechamps, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search