Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques en création

 | 
Philippe Albèra

Réponses

L’erreur comme nécessité

Luigi Nono

Texte intégral

1Le silence.

2Il est très difficile à écouter.

3Il est très difficile d’écouter, dans le silence, les autres. D’autres pensées, d’autres bruits, d’autres sonorités, d’autres idées. Par l’écoute, on essaie souvent de retrouver soi-même chez les autres. On veut retrouver ses propres mécanismes, son propre système, son rationalisme - chez l’autre.

4Il y a là une violence tout à fait conservatrice.

5Au lieu d’écouter le silence, d’écouter les autres, on espère s’écouter encore une fois soi-même. Cette répétition est académique, conservatrice, réactionnaire. C’est un mur dressé contre les pensées, contre ce qu’il n’est pas possible, aujourd’hui encore, d’expliquer. C’est le fait d’une mentalité systématique, basée sur les a priori - intérieurs ou extérieurs, sociaux ou esthétiques. On aime le confort, la répétition, les mythes ; on aime écouter toujours la même chose, avec ces petites différences qui permettent de démontrer son intelligence.

6Ecouter la musique.

7Cela est très difficile.

8Je crois qu’aujourd’hui, c’est un phénomène rare.

9On écoute quelque chose de littéraire, on écoute ce qui a été écrit, on s’écoute soi-même...

10L’espace.

11La salle de concert traditionnelle est un espace horrible, car elle ne donne pas des possibilités, mais une possibilité.

12Il y a pour chaque salle un travail spécifique à faire, comme autrefois on écrivait pour tel ou tel lieu, telle ou telle circonstance. La musique que je cherche actuellement est écrite avec l’espace : elle n’est jamais semblable dans n’importe quel espace, mais travaille avec celui-ci. Cela permet une grande diversité.

13Pour Musil, s’il existe un sens de la réalité, il doit aussi exister un sens des probabilités. Ce que l’on a choisi n’est pas forcément juste ; peut-être, ce qui n’a pas été choisi était-il plus juste. On passe par une telle expérience dans le travail en studio : il y a beaucoup d’imprévus, de hasards, d’erreurs - mais des erreurs qui ont une grande importance, comme Wittgenstein l’a théorisé.

14Car l’erreur casse les règles. Elle est transgression. Elle est opposition à l’institution stabilisée. Elle est ce qui pousse vers d’autres espaces, d’autres cieux, d’autres sentiments humains - à l’intérieur et à l’extérieur, sans dichotomie entre les deux, contrairement à ce que la mentalité banale et manichéiste soutient encore aujourd’hui.

15Diversité de la pensée musicale : non des formules, des règles, ou des jeux. Mais une pensée qui transforme la pensées des musiciens, plutôt que de leur donner un métier permettant de faire de la musique soi-disant actuelle. Schoenberg, lorsqu’il organisait ses concerts, imposait toujours de très nombreuses répétitions : pour la Symphonie de chambre opus 9, il en fit une dizaine ; mais il ne fit pas de concert. Cela m’a fait réfléchir : le travail de recherche est infini. La finalité, la réalisation, appartiennent à une autre mentalité. Peut-être l’idée de Schoenberg n’est-elle pas une folie et contient-elle une grande vérité. Ainsi, dans le travail de recherche ou de répétition, il éclate souvent des conflits. Ce sont des moments très émouvants. Vient ensuite la ritualité du concert. Mais peut-être est-il possible de changer cette ritualité et de réveiller l’oreille.

16Réveiller l’oreille, les yeux, la pensée, l’intelligence, le maximum d’intériorisation extériorisée : voilà l’essentiel aujourd’hui.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 979k

© Éditions Contrechamps, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access