Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques en création

 | 
Philippe Albèra

Réponses

Toru Takemitsu

Texte intégral

Le compositeur

1Je reconnais avoir fait des progrès du fait de mon expérience acquise en technique de composition, mais ils n’ont cependant pas grand-chose à voir avec l’essence même de l’acte de composition. Mon moi intérieur reçoit tout naturellement un grand nombre d’influences venant des multiples changements de situation de ce monde, et l’influence que je peux subir de la part des diverses techniques musicales représente bien peu de choses par rapport à ce que je peux recevoir de cette nature qui m’environne.

Le sérialisme

2La technique sérielle, sur le plan de la pensée de la structure musicale, est une invention importante, mais, en même temps, elle a tendance à n’être accomplie en tant qu’événement que sur la surface plane représentée sur le papier. Le son y est pris comme une simple fonction et risque de se retrouver emprisonné dans une esthétique stérile. On peut utiliser la technique sérielle ou tout autre système de même nature, mais l’important est d’avoir toujours à l’esprit les lois naturelles de la physique du son.

Le concept de musique pure

3En dehors de la musique, je suis toujours influencé par toutes les autres formes d’expression artistique. Les beaux-arts et le cinéma, en particulier, exercent sur moi une grande influence.

Fonction de la musique

4En tant que musicien, je compose avant tout pour moi-même, mais en espérant que cela réveillera, en ceux qui écouteront ma musique, le sentiment de la nature caché à l’intérieur de chacun d’entre nous. Moi, je compose ma musique comme un témoignage de l’amour que je porte à l’existence humaine, en tant que partie du grand tout de la nature, indépendamment des pays et des peuples.

Technique et pensée musicale

5Je crois que la musique contemporaine a tendance à devenir bien trop intellectuelle. Beaucoup de choses ont perdu toute sensualité musicale. Je pense cependant que nous ne devons pas être craintifs vis-à-vis de l’utilisation de la technologie (les ordinateurs y compris). Pour un artiste, il n’y a rien de plus dangereux que la stagnation de soi-même. Nous nous servons de la technologie pour amplifier notre imagination (auditive), et si cela nous permet de voir se créer un nouveau monde musical, les compositeurs devront l’affronter modestement, mais aussi positivement.

Musique contemporaine et institutions

6On ne peut pas généraliser à l’heure actuelle, car je crois que les problèmes sont différents selon les systèmes de chaque état, mais le milieu social où se place la musique contemporaine n’est pas toujours favorable. Je crois que le système, y compris pour l’éducation, est encore trop conservateur, et même, trop fermé.

Musique d’aujourd’hui et traditions

7Etant un Japonais qui fait de la musique européenne, mon problème est différent de celui des compositeurs d’Europe et d’Amérique. Mais, de la même façon que j’aime ma propre tradition, je ressens un grand respect et un profond amour à l’égard de la tradition de la musique européenne. En apprenant la musique européenne, je veux relativiser la tradition de mon propre pays. Et, dans la musique que je compose, je veux exploiter l’essence de la musique (traditionnelle) japonaise et non l’utiliser en tant que matériau superficiel. C’est la recherche de la couleur, de la particularité de la forme, et de la structure temporelle.

L’œuvre

8Mes œuvres prennent naissance par divers procédés de composition. Et ces procédés, justement, sont toujours pour moi le plus important. J’obtiens l’inspiration de la création par différentes influences extérieures qui produisent de l’effet sur mon moi intérieur. Mon procédé de composition diffère toujours selon ces influences.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/2269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

© Éditions Contrechamps, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access